3 méthodes antistress qui me stressent

Je détiens un PHD en stress, avec une spécialisation en anxiété. J’apprends à vivre avec ce boulet à mes pieds depuis que je suis toute petite. Ça m’a tout de même occasionné des avantages au cours de ma vie. Comme je pense toujours aux conséquences hypothétiques des gestes que je pose, je me suis évitée plusieurs ennuis. Par exemple, je respecte toujours les dates d’échéance,  je n’ai jamais eu de contraventions (les stationnements, ça ne compte pas) et mon appartement est toujours impeccable. Il ne faudrait pas que quelqu’un débarque chez moi à l’improviste et s’accroche dans une graine de toast.

L’autre côté de la médaille, c’est que je vis constamment dans la peur. La peur de déplaire, la peur d’arriver en retard, la peur de ne pas être à la hauteur. Comme je dois apprendre à apprivoiser mon stress, j’essaie de poser des actions concrètes afin de mieux le gérer. Mais voilà, j’ai remarqué que certaines techniques censées m’apaiser ne font qu’augmenter mon anxiété.

 

Les mandalas

Les mandalas, ça me rend folle. Ça vient toucher une de mes cordes sensibles, qui est le souci du détail. Je me transforme en gamine qui n’a qu’une idée en tête; que son mandala devienne la plus grandiose oeuvre d’art jamais vue. Donc pour moi, c’est tout sauf relaxant parce qu’au lieu de me laisser bercer par les vertus thérapeutiques de l’art-thérapie, je m’applique avec beaucoup trop d’intensité à ce que mon coloriage soit joli.

 

La méditation

À en juger par mon cours de relaxation au Cégep, dans lequel je me suis littéralement endormie à tous les cours, la méditation aurait pu être un bon moyen de relaxer pour moi. Quelle bonne blague. Impossible que je m’assoie pendant quinze minutes à faire le vide en écoutant de la flûte de pan. Mes pensées vagabondent et causent un embouteillage dans ma tête. Quand je réalise que je pense à tout sauf à mon bien-être, je me juge et je tente de chasser mes pensées négatives, mais en vain. Je finis par m’impatienter et je laisse tomber. Ce n’est pas faute d’avoir essayé.

 

Faire des listes

J’ai une relation amour-haine avec les listes. D’un côté, je ne peux pas m’en passer, car j’ai presque la même mémoire que Doris dans Nemo. D’un autre côté, dès que je coche un élément, je pense à trois nouvelles choses à ajouter sur ma liste. C’est un processus sans fin, et je tombe dans la spirale de performance. J’ai tendance à me concentrer davantage sur tout ce qui me reste à faire.

Heureusement, il y a des tonnes de trucs qui fonctionnent bien pour gérer mon stress. J’écris mes pensées dans un journal, je prends de grandes respirations, je bouge, je bois de la tisane en lisant un bon livre ou je passe du temps avec les enfants de mon entourage. Je vous encourage à trouver vos propres moyens pour vous sentir mieux. Lâchez pas, les anxieuses!

 

Pour mieux gérer ton stress, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires

Josiane Ménard Grande sensible, Josiane est rarement aperçue sans un livre ou une tasse de thé à la main. Elle fonce dans la vie en riant juste un peu trop fort.