J’ai choisi d’arrêter la pilule

J’ai souvent eu l’impression que la société moderne dictait mes décisions. J’ai souvent pris le chemin facile puisque c’était normal, jusqu’au jour où je me suis rendu compte que la normalité n’était pas toujours bonne. J’ai donc arrêté pour mon propre bien, de prendre la pilule, pour moi et moi seule.

Ce choix est venu après de longues années d’essais de différentes pilules, d’hospitalisation, passant par l’injection d’hormones menant à une forte dépression et une prise de poids excessive. Ça fait maintenant 4 ans que je ne m’inflige plus cette torture, et je m’en sors très bien. Pas de grossesse surprise, pas de crainte, mais beaucoup de jugement.

Après de longues années de recherche de pilules qui fonctionnaient avec mon corps, j’ai dit à ma gynécologue: «J’arrête, ce n’est pas pour moi». Elle m’a dit que je faisais une très grande erreur et que j’allais le regretter quand j’allais avoir une grossesse surprise. You know what? J’ai changé de docteur. Le deuxième m’a dit exactement la même chose, en essayant de me convaincre de me gaver d’hormones artificielles puisque, c’est ça qu’il faut faire. Encore là, j’ai changé. Pourquoi devrais-je écouter des gens qui ne sont pas dans mon corps? Pourquoi devrais-je hypothéquer ma santé pour plaire aux médecins qui veulent vendre à tout prix des petites pilules anti-bébés? Je me suis écoutée et je ne regrette rien.

Puis, est venue l’histoire du couple. On me demandait souvent: «Mais quand tu vas être en couple, tu vas recommencer? T’es pas pour utiliser un condom à chaque fois?» Vraiment? Parce que c’est la fin du monde de se protéger? Je peux vous garantir que non. Le plus difficile en fait c’est d’être célibataire et d’avoir à convaincre un one night de porter un condom puisque tu ne prends pas la pilule, c’est un peu plate comme introduction au lit pour un gars borné qui «n’est pas capable avec protection». Dans ce cas-là, bye bye!

 

Mais comment est-ce possible d’être dans une relation sans prendre la pilule? Tu t’assures de trouver un homme assez respectueux de ta personne pour accepter que tu ne t’infliges pas de fausses hormones qui te détruisent pour éviter le condom! Je l’ai fait pendant un an et demi et je vous jure que notre sexualité allait très bien.

Je n’essaie pas de vous convaincre de me joindre dans ce refus de me bourrer d’hormones artificielles. Je crois toutefois qu’il est important d’analyser les vraies raisons qui nous poussent à faire des choix pour notre corps. Si la réponse à cette interrogation est que vous voulez arrêter, assumez cette décision, c’est votre corps!

 

Pour ne pas manquer nos prochains articles, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires