La Grosse Lanterne, ta découverte de l’été

On pourra dire ce qu’on voudra, nous sommes largement gâtés au Québec en ce qui a trait aux festivals qui nous sont offerts tout au cours de l’année. Nous n’avons qu’à penser à Osheaga, aux Francofolies, au Festival de Jazz, au Festival d’été de Québec, au Zoofest et à Montréal en lumière, pour ne nommer que ceux-ci. Étant une grande habituée de certains de ces événements, j’ai décidé d’essayer quelque chose de nouveau cet été. La fin de semaine du 28 juillet au 30 juillet, je serai donc à Béthanie pour participer à la quatrième édition du festival La Grosse Lanterne. Voici quelques raisons qui m’ont poussée à choisir ce festival de musique pour l’été 2017.

 

Le site

Vous n’avez qu’à regarder les photographies Instagram du festival pour constater à quel point le site est enchanteur. L’événement se déroule en pleine forêt, laquelle est parsemée de lumières, de ballons et de décorations les plus féeriques les unes que les autres.

 

Le camping

Comme le festival se passe sur plusieurs jours, les festivaliers dorment sur les lieux dans une formule camping. Les campeurs peuvent s’installer confortablement tout près de la jolie Rivière Noire dans laquelle une baignade est permise. Je sais déjà ce que je ferai le samedi après-midi. Je crois que ce point ajoute beaucoup à mon choix. Chaque année, j’ai besoin de ma retraite dans la nature. Je ne pouvais pas trouver mieux qu’un événement qui m’offre ça, mais aussi la musique de plusieurs artisans de chez nous. Malgré qu’il n’y ait pas d’électricité ni d’eau potable sur le site (tsé comme un vrai camping sauvage), les festivaliers pourront profiter de la nourriture de plusieurs producteurs locaux et de Food-Trucks d’ici ainsi que de petits barbecues libre-service. Tout pour nous rendre heureux.

 

La musique

Évidemment, le gros morceau du festival c’est les invités musicaux qu’il nous permet de voir et de découvrir. J’aime le mélange des noms très connus et de ceux un peu plus underground qui figurent dans la programmation cette année. Charlotte Cardin se mélange à Duchess Says. Dead Obies côtoie Beyries. Dans tout cet amalgame de bonheur, les langues d’ici s’embrassent dans une belle proximité. Bref, il y en a pour tous les goûts. Voici trois de mes recommandations!

 

– Charlotte Cardin

Vous la connaissez, cette ancienne participante de La Voix qui s’est frayé tout un chemin depuis. Juste pour sa voix des plus magnifiques, elle vaut le détour. Son EP Big Boy est un véritable délice.

 

– Andy Shauf

Il s’agit de ma découverte 2016. Son album The Party m’a complètement chamboulée. J’ai eu la chance de le voir performer sur scène en décembre dernier au National et j’ai découvert un musicien polyvalent à la timidité charismatique. Selon moi, il s’agit du spectacle à voir durant la fin de semaine afin de profiter d’un moment d’épanouissement et de plénitude.

 

– Duchess Says

Les festivals servent aussi et beaucoup à découvrir des artistes et c’est en parcourant la programmation que je suis tombée sur Duchess Says, un groupe de musique électro-rock alternatif de Montréal. Leur son particulier m’a tout de suite impressionnée. Ils ne sont pas comme les autres et rien ne peut plus attirer mon attention. Les rumeurs disent que leurs performances sur scène sont toujours explosives. Espérons que les rumeurs se confirmeront cette fin de semaine.

 

Il ne me reste plus qu’à patienter quelques jours avant d’aller me faire dorer sous le soleil de Béthanie sur la musique de plusieurs groupes d’ici et d’ailleurs. Pour ceux que j’aurais convaincus, il reste encore des billets en vente juste ici. Au plaisir de vous voir vous déhancher une bonne bière à la main éclairés des lumières artificielles et naturelles que nous offrent nos nuits d’été.

 

Pour connaître tous les événements de l’été, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires