0

Les belles années de la vie d’adulte

Combien de fois avons-nous entendu la chanson: «Profitez-en de votre jeunesse, ça passe tellement vite» et surtout: «Arrêtez de vous plaindre, vous êtes encore juste aux études, attendez de voir c’est quoi la vraie vie d’adulte?» La vraie vie d’adulte… Qu’est-ce qu’elle a de si terrible la vraie vie d’adulte? De mon côté, depuis la fin de mes études, je pense ne jamais avoir été aussi comblée! 

 

 

Il semblerait, selon certains, que la vraie vie d’adulte soit la suite tragique de la vie étudiante. Oui, bien sûr! Tout le monde sait que la vie universitaire est typiquement paradisiaque comme dans les films: fêtes, belles résidences sur le campus, plusieurs congés, nul besoin de travailler et encore moins d‘étudier, puis soudainement, une belle remise de diplômes. Si c’était ma réalité, je n’aurais jamais autant désiré terminer cette étape! Mon passage de quatre ans à l’université ressemblait davantage à l’absence de vie sociale, à travailler de gauche à droite pour payer mes études et mes déplacements, porter les cernes jusqu’au menton, combattre le sommeil en classe et à étudier jusqu’aux petites heures du matin ainsi que pendant mes nombreuses heures de bus et de métro. Malgré tout, étant continuellement envahie de commentaires sur à quel point la vraie vie d’adulte était complexe, c’était pratiquement comme si je redoutais le moment où je finirais mes études et que j’entrerais dans ce terrible monde.

 

 

Oui, un terrible monde où mon travail est maintenant récompensé. Un monde où mes journées de congé sont des vraies journées de congé! Un monde où je peux faire des sorties ou des loisirs sans le sentiment de culpabilité qui me dicte que je devrais être en train d’étudier. Évidemment, il faut être naïf pour croire que cette belle étape durera éternellement. La vie d’adulte vient avec son nouveau lot de responsabilités, mais n’est-ce pas tout simplement ça la vie? Nous évoluons, les objectifs et les priorités changent, mais est-ce juste de dire que le quotidien devient pire pour autant? Je ne suis pas de cet avis.

Il fut un temps où mon principal souci était le succès dans mes études. Maintenant, cette étape derrière moi, mon souci actuel est de progressivement m’établir dans la vie: dénicher un emploi stable, trouver un petit toit à moi et ce, tout en profitant de la belle vingtaine. Les grosses décisions quoi! Plus tard, ce sera la vie de famille, la course entre l’épicerie, le terrain de soccer et la piscine, 7 jours sur 7. Une tout autre expérience, mais semble-t-il qu’elle est belle celle-là! Est-ce que tous ces défis sont des raisons de regretter le passé et de hanter les adultes en devenir sur les difficultés de la vie? Ne devrions-nous pas croire qu’au contraire, la vie s’enrichit? Nous avançons, certes avec une montagne de responsabilités sur le dos, mais nous allons de l’avant. Nous accumulons les expériences et les souvenirs, et c’est exactement ça qui donne toute la valeur à la vie d’adulte.

Chers vrais adultes, vous avez tout mon respect d’avoir passé au travers de ces épreuves avec tant de fierté. Vous me donnez envie de les vivre aussi et cette envie, elle est bien plus forte que toutes les mégardes que vous pourrez me dire.

 

 

Moi, je l’aime ma nouvelle vie d’adulte. Elle est encore jeune et je sais qu’il y a encore bien des obstacles sur mon chemin, mais je l’aime. Je ne m’ennuie pas du passé. Malgré tout ce qu’on m’a dit sur la magnifique vie étudiante et la sombre vie de travailleur, je suis contente d’avoir franchi cette étape. Je sors de ce premier torrent saine et sauve, mais surtout fière. Fière d’avoir enfin mon laissez-passer pour la vraie vie d’adulte!

 

Pour ne pas manquer nos prochains articles, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires

Annick Gendron Kinésiologue diplômée, elle transmet sa passion de l’activité physique au suivant. Ses outils? L’écriture, l’enseignement et l’entraînement.