Maîtrise et marché du travail: comment choisir?

«Ok, je termine mon bac dans une session, mais je fais quoi après?». Cette situation, nous sommes bien nombreux à l’avoir vécue. Les études, c’est souvent long et douloureux. Lorsque notre programme se termine, il y a toujours ce questionnement: continuer ou pas? Faire une maîtrise ou aller travailler?

Je ne vous donnerai pas de réponse parce que tout dépend des envies et des projets de chacun! La pression est très forte quand on termine un baccalauréat. Dans certains domaines, la maîtrise est obligatoire, et même le doctorat, pour pouvoir travailler. Dans d’autres cas, il n’est absolument pas obligé de s’engager encore pour minimum deux ans d’études. Mais alors, comment s’y retrouver dans tout ça? Comment faire le bon choix? Je vais tenter dans les prochains paragraphes de vous montrer que, dans les deux cas, ce sont des bons choix. Tout dépend de nos projets et de nos objectifs. Une chose est certaine, il ne faut jamais céder à la pression extérieure que l’on peut parfois avoir sur nos épaules: celle de notre famille et de nos proches qui aimeraient nous voir aller plus loin. Rappelons-nous constamment que nos choix sont les nôtres.

 

Faire une maîtrise

– La maîtrise de recherche te donne accès au doctorat: Oui, ça te semble bien évident, mais sans maîtrise il n’y a pas de possibilité d’aller plus loin au doctorat, dans la plupart des cas. Personnellement, c’est la raison pour laquelle je termine bientôt mon mémoire de recherche, avec douleur.

– Développer un grand sens de l’autonomie et de l’organisation: Même si on ne se destine pas à la recherche, le travail demandé en maîtrise est très exigeant et permet de développer beaucoup d’autonomie, d’organisation, de gestion du temps, etc. Quand on doit terminer un mémoire ou un projet dirigé en un an, gérer son temps devient une priorité absolue! Ces compétences-là sont bien utiles une fois le diplôme terminé pour se rendre sur le marché du travail!

– Accéder à certains postes particuliers: Je ne parle pas de salaire, mais bien de postes. Certains emplois nécessitent une maîtrise, comme des postes en gestion par exemple ou pour devenir bibliothécaire.

– Se plonger dans un sujet qu’on aime: Parfois, on souhaite faire une maîtrise pour plusieurs raisons, mais le plaisir d’étudier un sujet qui nous passionne ne doit jamais nous quitter. Dépendant de votre domaine d’étude, vous pourriez avoir la chance de travailler sur quelque chose qui vous passionne dans la vie, et ça, ça n’a pas de prix!

 

Se lancer sur le marché du travail

 

– Enfin entrer dans l’action: Les études, c’est long et ça peut être plate par bouts. Travailler c’est difficile aussi, mais quand on a la chance de faire ce qu’on aime, c’est bien enrichissant et dynamique! Et puis, quoi de mieux que d’enfin mettre en pratique les choses apprises à l’école?

– Devenir indépendant: Qu’on le veuille ou non, les études ça coûte de l’argent. Même si beaucoup parviennent à vivre sans aide, c’est difficile. Travailler nous donne cette sensation de liberté et d’indépendance, cette impression que nous sommes maîtres de notre vie et de ce que nous voulons faire.

– Retrouver le goût des loisirs: On s’entend, en tant qu’étudiants, on s’amuse beaucoup! Mais demandez à n’importe quel étudiant de maîtrise ce qu’il lit en ce moment, ça risque de le fâcher bien fort! Les études occupent beaucoup de temps libre, en dehors des cours. Avec de la chance, travailler nous permet de couper loisirs et activités professionnelles.

 

Les mauvais choix

Il arrive parfois que nous choisissions de faire l’un ou l’autre pour les mauvaises raisons. Nous devrions être prudents en ce qui concerne notre avenir. Je tente ici de vous présenter quelques raisons qui, selon moi, sont des mauvais choix:

– Continuer une maîtrise pour le «diplôme»: La maîtrise, ce n’est pas facile, ça demande beaucoup d’implication et de motivation. Comment trouve-t-on de la motivation si notre seul but c’est une ligne sur un CV? Est-ce que ça vaut vraiment la peine?

– Abandonner par fatigue ou démotivation: Parfois, on est épuisé. La fin de session a souvent cet effet pervers! Mais un projet demande que l’on se surpasse pour qu’il s’accomplisse. C’est vraiment dommage d’abandonner à cause de la fatigue, alors qu’on souhaiterait continuer. Pensez-y, pour ne pas regretter!

– Viser le salaire: Un peu comme viser le diplôme et la ligne sur le CV, ne viser QUE le salaire est quelque chose de bien délicat. Bien sûr, l’argent peut aider, mais ce n’est pas tout! La motivation et l’envie sont les seules choses qui devraient nous pousser à continuer pour une maîtrise ou aller travailler.

 

Faites-vous confiance! Ne choisissez pas de continuer ou d’arrêter pour les autres. La pression sociale d’être «meilleur», de faire partie de l’«élite» ne doit pas contrôler vos décisions. Il n’y a pas de meilleur ou d’élite: c’est à vous de déterminer ce qui est le meilleur pour votre avenir, que vous souhaitiez continuer vous études ou vous lancer sur le marché du travail!

 

Pour trouver ta voie, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires

Esther Armaignac Gameuse assumée, elle trippe aussi sur la culture et le cinéma. Dans une autre vie, elle était chanteuse dans un band de garage et danseuse de ballet.