0

Réaction allergique ou paranoïa?

Les allergies occupent de plus en plus de place dans la réalité actuelle. Et il y en a pour presque tout! Les allergies printanières et à l’herbe à poux génèrent certes des désagréments: les yeux secs, le nez congestionné, la gorge irritée, et j’en passe. Mais je ne veux pas parler de celles-ci pour le moment. J’évoque plutôt les allergies alimentaires, qui peuvent se manifester avec des symptômes encore plus dangereux. Et surtout, je veux tenter de rectifier quelques mythes qui s’y rattachent. Il s’agit d’un sujet mystérieux en santé, surtout qu’on ignore pourquoi on peut en développer à un aliment en particulier. Mais se tromper à cause d’une rumeur peut être fatal.

 

 

Si j’me sens drôle quand je mange tel aliment, devrais-je l’éliminer de mon alimentation?

Une personne qui a une réaction allergique alimentaire ne dit pas qu’elle se sent drôle, car les symptômes sont trop importants. Les réactions varient d’une personne à l’autre: elles peuvent se manifester sur la peau, comme des démangeaisons et de l’enflure. Les symptômes se retrouvent aussi dans le système respiratoire avec la gorge qui enfle et dans le système digestif avec des crampes abdominales allant jusqu’aux vomissements. Enfin, dans les cas plus graves, le système cardiovasculaire est affecté par les signes suivants: pouls faible, étourdissements et perte de conscience. La docteure Dominique Larose affirme que la sensation d’un malaise après l’ingurgitation d’un aliment n’est pas une raison pour l’éliminer complètement. Il ne faut pas devenir paranoïaque non plus. Se priver d’un bon aliment n’est pas la solution.

 

Peut-on ingurgiter l’aliment auquel on est allergique en petite quantité?

Ce mythe va dans le sens opposé du précédent, mais il est aussi faux. Tenter le diable s’avère encore plus dangereux que la paranoïa: si on sait qu’on a une réaction allergique à un aliment, il ne faut pas faire exprès pour se rendre malade. Dans certains cas, même l’inhalation du produit allergène provoque une réaction. Cette vérité va encore plus loin: le fait d’éviter complètement l’aliment en question peut aider à éliminer l’allergie. Dans le cas de certaines personnes allergiques au lait ou aux œufs, elles peuvent les consommer cuits ou dans une recette. Ne pas consommer un aliment pour cause d’allergie peut guérir complètement ce mal. Toutefois, cette affirmation n’est pas coulée dans le béton pour tous.

 

Est-ce possible d’être allergique à tel aliment rendu à un certain âge?

Se dire cela, c’est se mettre la tête dans le sable. Les réactions allergiques peuvent se déclencher à tout moment au cours de sa vie. En fait, les allergies dépendent de deux facteurs: des tendances génétiques et de la forte exposition à l’aliment. On n’est donc jamais à l’abri.

 

Les allergies alimentaires ne touchent que les aliments et les boissons?

C’est faux! Tout objet ou tout lieu ayant été en contact avec l’aliment à proscrire peut déclencher une réaction. Par exemple, les personnes allergiques aux arachides doivent regarder la composition de leurs médicaments, de leurs cosmétiques, de leurs crèmes solaires, et même de la nourriture pour animaux.

 

Allergie et intolérance sont des synonymes?

Cette idée est à bannir. Alors que l’allergie touche le système immunitaire, l’intolérance provoque des effets désagréables comme des maux de ventre. L’intolérance n’est toutefois pas fatale.

 

Les praticiens de thérapie alternative peuvent diagnostiquer des allergies alimentaires avec différents tests?

Ces personnes (naturopathe, ostéopathe, acupuncteur, etc.) n’ont pas une formation assez poussée pour traiter les allergies, qui sont assez complexes. Les tests en question qu’ils proposent ne sont pas efficaces. À titre informatif, en voici quelques-uns:

– Les tests sanguins IgG: ils ne détectent que l’exposition récente à un aliment, pas le danger de celui-ci sur la santé.

– La kinésiologie appliquée: cette approche consiste à disposer sur un membre du corps (l’avant-bras, par exemple) des gouttes d’un allergène et à examiner la réaction musculaire en pressant le membre pour voir s’il est plus faible. Il a été démontré que ce type de test peut être manipulé par la personne qui l’applique.

– Le test Vega: il s’agit de la mesure du courant électrique dans le corps avec l’acupuncture en injectant un allergène dans ce courant. Il n’y aurait donc aucun lien entre ce test et la réalité, encore moins avec les allergies.

– L’analyse de cheveux: ce test est utile uniquement pour voir l’exposition du corps à certains médicaments et produits chimiques.

– Le test de pulsation: ce test sert uniquement à détecter des intolérances alimentaires. On regarde le pouls de la personne avant et après l’injection d’un allergène.

 

Il existe plusieurs autres mythes sur ce sujet assez complexe qu’est l’allergie alimentaire. Je ne vous conseille toutefois pas de développer une tendance paranoïaque si vous n’avez aucun symptôme d’allergie. Si vous en souffrez, ne dénigrez pas ce mal. Faites attention si vous êtes allergique, ne paniquez pas si vous ne l’êtes pas.

 

 

 

Pour plus d’articles sur la nutrition, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires

Virginie Marceau Stagiaire en rédaction, avec un baccalauréat en littérature et bientôt un autre en rédaction professionnelle. Diplômée de l'Université Laval