Se réorienter pour finir par se trouver

Avoue-le. Si tu as cliqué sur ce lien, c’est sans doute que tu remets en questions ta carrière. Je me trompe? Beaucoup d’autres, dont moi-même, sont passés par-là et crois-moi, tu n’as pas à t’en faire. Se réorienter n’est pas un échec et c’est faisable! 

Soulageant n’est-ce pas? L’an dernier j’étais moi aussi dans ta position. Après des études que j’ai adorées à l’UQAM, j’étais prête à conquérir le marché du travail et j’ai eu la chance de décrocher une série d’emplois que plusieurs auraient enviés. Mais voilà que j’avais beau changer de rôle, de département, et même de compagnie, que je n’étais pas plus heureuse au travail.

 

Ces signes qui ne trompent pas

Tu as de la difficulté à te lever le matin pour aller au travail, tu es mauvaise humeur sans raison, tu n’as pas ou très peu d’intérêt dans les tâches qui sont sur ta to-do list. L’argent ne suffit plus à te motiver, tu envies les gens qui occupent des emplois complètement différents, ton niveau de stress augmente continuellement, tu fais le strict minimum, tu call malade juste pour ne pas avoir à rentrer travailler, et j’en passe!

Cela dit, être déçu par un premier boulot peu payant ou vouloir se réorienter simplement parce qu’on n’aime pas son rôle de niveau d’entrée, ne sont pas ce qu’on appelle de «bonnes raisons» pour se réorienter. Pas plus que parce qu’on s’entend plus ou moins bien avec un collègue de travail ou parce qu’on se sent imposteur.

 

Prendre les grands moyens

C’est après quelques années durant lesquelles j’ai tout fait pour raviver une flamme que je n’avais pas pour le genre d’emploi que j’occupais, que j’en suis venue à la décision de me réorienter dans ma carrière. J’ai commencé par faire le point, en listant ce que j’aimais et ce que je n’aimais pas de mon boulot. Puis, à noter ce que je recherchais dans un nouvel emploi. J’ai aussi pris le temps de repérer parmi mes compétences professionnelles, celles qui pourraient être transposables dans un nouveau métier et enfin, lister ces potentiels «métiers de rêve» que je pourrais exercer.

J’aimerais pouvoir dire que la tâche s’arrête là, mais ce n’est pas le cas. Pour ma part, je savais que je recherchais maintenant un travail moins routinier, moins administratif, plus créatif et offrant plus de flexibilité. Mais les emplois que j’avais sélectionnés passaient de propriétaire d’un café, à traductrice, en passant par médecin ou journaliste. Je devais clairement faire un choix…sensé! Pour m’aider à mieux comprendre la réalité des emplois que j’avais listés, j’ai décidé de travailler dans un café pendant quelque temps, de contacter une traductrice pour lui poser des questions sur la réalité du métier, de faire des recherches sur le temps et l’argent que je devrais investir dans des études en médecine, et c’est pour m’aider à un peu mieux comprendre la rédaction que j’ai commencé à écrire pour NERDS.

 

Trouver, enfin!

Après un moment, j’ai réalisé qu’aucun des métiers que j’avais sur ma liste ne me conviendraient vraiment. Mais au cours du processus, j’ai pu confirmer avec beaucoup plus de certitude ce qui me rendait heureuse dans la vie, les critères non négociables que mon futur emploi devrait avoir, ainsi que ce que j’étais prête à investir en matière de temps et d’argent pour y arriver. Et puis un jour, j’ai eu un déclic: j’allais devenir styliste culinaire!

En moins d’un an, j’ai donc quitté mon emploi de bureau en tant que coordonnatrice dans le milieu des médias pour investir toutes mes économies dans un cours culinaire professionnel, pour ensuite aller gagner de l’expérience en travaillant dans un des meilleurs restos à Londres, avant de me bâtir un tout nouveau réseau de contacts et de décrocher mes premiers contrats en tant qu’assistante styliste culinaire!

Je peux te dire que me réorienter professionnellement est une des meilleures décisions que j’ai prises dans ma vie. Crois-moi, c’est possible de se réveiller le matin et d’avoir envie d’aller travailler. J’ai eu de la chance de trouver la combinaison parfaite qui répondait à tous les critères que je recherchais. Mais si tu es prêt à mettre un peu de temps, d’argent, et si tu es prêt à faire quelques sacrifices (comme celui de recommencer au bas de l’échelle) pour trouver satisfaction dans ta vie professionnelle, ta réorientation de carrière sera un investissement payant à long terme. N’hésite pas non plus à contacter un conseiller d’orientation qui pourra t’aider à trouver ce pour quoi tu es fait.

Bonne chance dans tes recherches!

 

Pour trouver ta voie, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires