Mon summer love de… 8 étés

Aaaaah, le fameux « summer Love »! Qui n’a jamais eu le béguin pour quelqu’un qui revenait constamment dans sa vie et plus particulièrement l’été? La saison parfaite pour flirter et s’amuser. J’ai vécu ce pattern avec le même « crush » pendant 8 ans.

Simon.

J’avais 10 ans quand je l’ai rencontré. C’était mon premier « amour », mes premiers papillons, mes premières larmes, mais surtout mon summer love de plus d’un été.

Nous nous sommes connus lors d’un spectacle. Au premier regard, mon cœur a chaviré. Ce gars était un rêve. J’en avais les mains moites, le corps en surchauffe et la tête éprise de vertiges. Et pourtant, à 10 ans, quelle émotion renversante… non, INTENSE!

Souvenir éternel de cette soirée.

 

 

Un an est passé sans que l’on se revoie. Mais j’avais toujours une petite pensée pour ce beau brun aux yeux foncés. Nous n’habitions pas dans la même ville, alors tout ce qui me restait de lui était le souvenir d’un amour perdu.

Un matin, ma mère m’a annoncé que nous déménagions. Je n’étais pas très contente de quitter mon ancienne demeure. Ce déménagement impliquait de me faire de nouveaux amis, de m’adapter à un nouvel environnement, bref, de vivre juste ben ben du stress. Maigre consolation, une piscine demeurait disponible aux résidents de mon nouveau quartier.

La piscine… Lieu de retrouvailles insoupçonnées.

« Hey Marie, ça fait longtemps! Comment ça va ? »

Ça ne m’en prenait pas plus pour qu’une bouffée d’émotions revienne à la charge, comme si tous les mois qui nous avaient séparés n’avaient jamais existé. Simon était là, devant moi, un an plus tard. Il se souvenait de moi. Et moi, seigneur, s’il avait su à quel point je tripais sur lui!

C’était le garçon mystérieux, légèrement plus âgé que moi et surtout, extrêmement libre! La séduction même

Déjà, à son jeune âge, il avait ses bébelles de gars, ses chums de gars, sa routine de gars… Simon, c’était l’homme. Il faisait battre la chamade à mon coeur. Sa confiance en lui me troublait. Tout de lui opérait un charme fou sur moi.

Moi? J’étais la fille ordinaire, celle qui passe inaperçue, un peu égarée, mais toujours diablement volontaire pour vivre une aventure idyllique…

On est sortis ensemble cet été-là. Simplement l’été. Le bonheur parfait le temps d’une saison.

L’été suivant, à la piscine, toujours cette heureuse rencontre. Et un autre été, au même endroit, lieu de retrouvailles. Et encore un été, entente tacite… pendant 8 ans.

 

amourUnsplash

Mon bonheur d’été reprenait: les messages sur MSN (oui oui, on remonte jusque-là), les soirées à parler au téléphone, les visites surprises chez moi en scooter et puis, plus rien. L’automne s’annonçait. On fermait la piscine. Les changements de décor exigeaient, aurait-on dit, un nouveau scénario, forçaient la tombée du rideau sur notre amour comme si seule la magie de l’été nous permettait ainsi de nous aimer.

Éphémère, mais ô combien intense. Et j’adorais ça.

Simon était le seul garçon capable de m’allumer. Le seul garçon qui pouvait me faire sentir aussi vivante. Je me sentais belle, libre, parfaite dans mes imperfections. C’était le seul garçon qui pouvait me donner des ailes. Le seul qui pouvait me faire redescendre sur terre sans avertissement.

On a tenté de devenir un véritable couple. Si l’amour était au rendez-vous sous le soleil et le vert de l’été, l’engagement sérieux, lui, faisait défaut. Aussitôt les vacances terminées, on allait chacun de notre côté. Il n’y avait rien à faire, quelque chose nous manquait.

Le temps a passé. Plus rien n’était pareil.

Il m’aura donné des petits papillons jusqu’à mes 18 ans. Il m’aura trotté dans la tête pendant 8 ans. Quand on pense à ça, c’est quand même presque la moitié de ma vie.

Est-ce que je le croise encore? Bien sûr! Est-ce qu’il a gardé le titre de summer love? Oui. L’est-il encore? Non. Il faut savoir avancer, tsé. Étrangement, dès que je vois ce beau brun qui réussit encore à m’accrocher un sourire au passage et qui a son regard tout aussi brillant qu’autrefois, quelque chose de bien arrive dans ma vie.

Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, quelques jours après avoir reparlé avec le mystérieux Simon, j’ai fait la rencontre d’un autre garçon merveilleux, qui est devenu mon amoureux, quatre saisons par année!

 

Commentaires

Marie-France Poulin Dans son univers, tu côtoieras ses idées, sa vie et ses mots. Intenses, exubérants, mais toujours honnêtes, touchants et réfléchis.