Vanessa Duval, la tête créative derrière Les Beaux Jours

C’est par un beau soir de printemps dans un petit bar de l’avenue Mont-Royal que j’ai eu la chance de rencontrer une fille inspirante pour qui l’entrepreneuriat n’était pas effrayant. Une jeune femme haute en couleur, avec du caractère, mais surtout, avec des rêves plein la tête. Je vous présente Vanessa Duval, le cerveau derrière le Studio Couleur Vive et Les Beaux Jours.

Voici donc ce que je relève d’une courte entrevue réalisée entre quelques gin-soda, beaucoup de placotage de filles, mais également bien du plaisir!

 

Son parcours professionnel

Diplômée d’une technique et d’un baccalauréat en design graphique, Vanessa a fait ses études dans la ville de Sherbrooke, sa ville natale, pour migrer vers la métropole afin de suivre un stage dans le même domaine. On peut dire qu’elle a tiré de ce stage une expérience assez profitable, car son stage s’est déroulé dans l’une des agences les plus influentes à Montréal: Sid Lee. Elle a travaillé par la suite comme pigiste auprès de diverses agences, mais en tant que travailleuse autonome. Après maintes expériences, c’est confirmé: la vie d’agence ne lui convient pas!

Accumulant de bonnes (et de moins bonnes!) expériences professionnelles, elle décide de se dédier à ce qu’elle aime, soit la direction artistique. Elle lance donc son propre studio, devient sa propre patronne et s’entoure d’une équipe de pigistes. Par la suite, des projets personnels ont grandi et vu le jour pour finalement devenir la marque qu’est aujourd’hui Les Beaux Jours.

 

Ce qui l’a mené à se lancer en affaires

Pour la simple et bonne raison de faire son chemin seule.

 

Les Beaux Jours

 

 

Tout d’abord, Les Beaux Jours c’est non seulement un laboratoire créatif, mais également la boutique signée par le Studio Couleur Vive. C’est le terrain de jeu où Vanessa et ses collaborateurs peuvent laisser cours à leur imagination sans limites. Cette marque d’articles et de vêtements présente des statements tels que t-shirt et des crewnecks aux couleurs simples, mais aux slogans punchés! Pourquoi Les Beaux Jours? Elle tire son inspiration de la pièce de théâtre de Oh les beaux jours de Samuel Beckett, de la douceur de l’expression, mais aussi du fait que le nom sonnait bien à l’oreille en plus d’être francophone!

 

L’évolution de son entreprise

Vanessa ne s’est pas lancée corps et âme dès le départ afin de lancer son entreprise. Petit à petit, elle a su y mettre le temps nécessaire et savoir quand en prendre et en laisser. Avec un emploi on the side et des petits contrats en graphisme, Vanessa meublait une partie de son temps libre à la création du Studio Couleur Vive. Elle n’a pas nécessairement vécu d’obstacles importants, car elle a toujours attendu le moment opportun pour prendre et appliquer des décisions stratégiques. Comme elle l’a si bien mentionné, le studio et la marque sont comparables à une «bibitte à deux têtes». Deux types de projets différents, mais le cœur est à la même place. Désormais, grâce à la vente des produits Les Beaux Jours dans plusieurs boutiques, ainsi que sur la boutique en ligne NERDS, la machine opère presque seule une fois les livraisons effectuées.

 

L’entrepreneuriat au Québec

C’est avec surprise et étonnement que Les Beaux Jours a su faire sa place dans l’industrie québécoise et a réussi à se démarquer des autres marques de vêtements d’ici. Au départ, la microcollection Linge Mou n’était qu’un test avec Véronique Grenier, auteur chez Urbania et créatrice du blogue Les p’tits pis moé. Ce fût un succès presque assuré et les items se sont vendus comme des petits pains chauds! À la suite de cette bonne nouvelle, Vanessa a su repérer l’opportunité d’affaires et a continué à pousser son produit encore plus loin. Elle a donc continué dans la même lignée avec le côté simple, sympathique, en proposant un produit unisexe, québécois, sérigraphié en Estrie et surtout francophone.

 

Je lui ai également demandé si elle croit qu’on naît entrepreneur ou si on le devient. Sans hésitation, Vanessa m’a fait part d’une petite tranche de vie plutôt cocasse. Dès sa tendre enfance, elle faisait du porte-à-porte auprès de ses voisins pour leur vendre des produits/items et ainsi faire du profit. À l’adolescence, elle s’est créé une boutique Ebay et vendait des lots de vêtements encore une fois avec comme but premier d’être profitable. Donc, selon elle on naît clairement avec la fibre entrepreneuriale!

 

Des projets en vue?

Le Studio Couleur Vive a participé à l’Exposition Skateboard Spectrum organisée par l’espace Art Lounge MTL, en mai dernier, qui consiste en un regroupement d’artistes émergents. Il y avait d’ailleurs de la création sur planche pour lequel le lancement est prévu pour juin.

 

Une collaboration avec Savonnerie 2 verra le jour d’ici peu et se trouvera sur les tablettes de la superbe boutique montréalaise Lowell. Les deux entreprises ont travaillé de pair afin de créer un emballage intéressant et attirant, mais aussi un produit de qualité inspiré du drink préféré de Vanessa: le gin-soda!

Il y aura également une deuxième collaboration avec Véronique Grenier ayant comme thématique le féminisme (#girlpower)! À suivre…

 

Un conseil pour toutes celles qui désirent se lancer en affaires

Un jour, il y a un momentum qui arrive et tu dois savoir quand te lancer. Il faut être patiente, se faire confiance et prendre l’expérience nécessaire. La roue tourne, de contrat en contrat, ça t’amène toujours de plus en plus loin. Bien évidemment, c’est beaucoup de travail, des heures non comptées, mais quand tu te laisses le temps de bien faire les choses, ça arrive! C’est bien évident qu’on ne peut pas atteindre le top en partant, mais le moteur de tous les projets c’est l’ambition.

Chaque chose en son temps, faites-vous confiance et le reste suivra! 

 

Pour bien te lancer en affaires, inscris-toi à notre infolettre!

 

Commentaires