All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

À toi, chère personne dépendante affective (que nous avons aimée)

Par Félix Bernier – le dans Sexe

Bonjour à toi,

Tu es une et plusieurs personnes à la fois. Tu es un gars ou une fille, et tu as un âge ainsi qu’une orientation sexuelle variable.

Je me contenterai de te parler directement, comme si tu n’étais qu’une seule personne. Parce qu’au fil des discussions avec certains proches, on a remarqué que toi et tes semblables partagez à peu près tous les mêmes caractéristiques.

Au début, on encaisse…

Bien sûr qu’au début, tu nous fais fondre. Ton sourire nous fait déjà chavirer, et ton romantisme n’a déjà pas d’égal. Au début, tout est beau, même magnifique.

On est rapidement embarqué dans ces enivrantes paroles. On est charmé, comme rarement on l’a été dans notre vie (ça ne nous arrive pas très souvent).

Aussi indépendants qu’on veuille l’être, on ne peut qu’être subjugué par tant d’amour qui nous tombe dessus.

Mais ça se complique rapidement.

Tu nous vois comme la personne qui te sauvera du quelconque marasme émotionnel dans lequel tu te trouves. Comme si on était la réponse à tous tes maux.

En fait, sans qu’on le réalise, on est simplement ta bouée de sauvetage. Sans que tu ne puisses l’avouer, tu profites de notre naïveté.

On est ton oxygène et ta raison de vivre. On est donc servi par de grandes phrases bouleversantes, du style « je mourrais sans toi ».

dependanteaffective

En plus, jamais tu ne te fâches contre nous. Aucun reproche, aucune remarque, rien du tout.

Puis un jour, subitement, c’est fini.

Tu nous abandonnes sans aucun avertissement, et ce, après qu’on ait finalement acquiescé à t’insérer dans nos vies. Nos souvenirs sont alors anéantis, et notre entourage se voit incrédule.

Puisque tu t’es inséré dans nos projets et dans nos rêves, soit ce qu’on a de plus précieux en nous, tu nous as vraiment volé une partie de notre for intérieur strictement pour ton plaisir égoïste.

On s’imagine alors se venger, te faire le pire coup chien. On prépare déjà nos phrases dévastatrices à te lancer. On s’imagine souvent que le « karma » interviendra, qu’il te fera payer pour tes actes et qu’on s’en sortira victorieux au final.

On comprend vite que la vengeance ne sert à rien parce que lorsqu’on regarde attentivement ta situation, on ne peut qu’éprouver de la sympathie pour toi.

 …ensuite, on comprend.

Ceci explique cela.

Tu ne vis que via le regard des autres. Ton plus grand rêve serait d’être admiré sans faire de réels efforts. Être consacré, comme une vedette ou un mannequin, face à un public ébahi, demeure ta plus grande espérance. Tu as cruellement manqué de valorisation dans ta vie, et tu en souffres désormais. Souvent, un échec professionnel ou une ignorance te font cruellement mal.

Tu n’as pas de rêves, ni de projets à long terme. La solitude est ta plus grande peur. Tu souhaites seulement être occupé par quelqu’un.

Justement, dès que cette personne ne t’intéresse plus, « que tu en as fait le tour », que quelque chose de nouveau pop ailleurs, tu changes. Tu es une personne immensément trop instinctive. La réflexion et le dialogue ne font pas partie de ton mode de fonctionnement.

On ne peut donc ressentir que de la sympathie pour toi. Ce continuel inconfort envers la vie est définitivement navrant.

De notre côté, même si on s’en relève éventuellement, un tort irréparable a été commis. Tu as été la personne qu’on a le plus aimée, mais tu as été également celle qui nous a fait le plus mal. On ne peut pas devenir de simples amis comme tu le proposes nonchalamment, sans aucune réelle sensibilité.

On survit avec la résilience, et on recommence tout. Ce sont les projets et les rêves qui nous gardent en vie lorsqu’on se voit dérobé du plus profond de nous-même.

Suite à un tel affront, on avance difficilement, les yeux embués et la rage au ventre. La route est pénible.

Mais ce sont les premiers pas qui sont les plus ardus. Au final, on retrouve le goût de marcher normalement.

Les personnes dépendantes affectives laissent derrière elles des personnes qui les ont beaucoup aimées. En plus des personnes avec qui elles ont été en couple, on peut également y compter parfois des amis trop rapidement oubliés, ou même des membres de la même famille laissés-pour-compte au fil des années.

Ne t’occupe pas de nous, s’il te plaît. Ne nous dis pas : « à bientôt, j’espère ». Le pire, c’est que tu reviendras probablement nous voir quand même puisque tu devras être de nouveau distraite. 

On est capable de s’occuper de nous-même, je t’assure. Toutefois, lorsque les regrets et les remords surgiront en toi, nous serons probablement ailleurs.

Un peu de loyauté, ça ne peut jamais faire de tort dans une vie.

Bref, la seule chose que l’on peut te dire, c’est : « bonne chance ».

Au revoir.

Vidéo récente
- Sexe

Le polyamour, qu'est-ce que c'est exactement ?

Plus de sexe

Le polyamour ou aimer plus qu’une personne à la fois

Le polyamour ou aimer plus qu’une personne à la fois

Et si on s’envoyait quelques sextos aujourd’hui?

Et si on s’envoyait quelques sextos aujourd’hui?

La deuxième chance de trop

La deuxième chance de trop

Kim Bélisle -

Populaires

Tout abandonner pour réaliser ses rêves en Gaspésie

Tout abandonner pour réaliser ses rêves en Gaspésie

Julien Benca -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
10 signes que c’est terminé

10 signes que c’est terminé

Valerie Landry -