All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Et si c’était la dernière rentrée scolaire de ta vie?

Par Alice Gaudreau – le dans Chroniques
Septembre est toujours un moment de l'année où je fais un bilan. Les cours recommencent, la routine reprend. La vie suit son cours, les jours défilent, et moi je reste là, immobile. Subjuguée par la frénésie de la vie, je m'arrête.

Qu’est-ce que je fais ici? Septembre me murmure à l’oreille que c’est le temps de prendre le pouls de ma vie. Depuis l’âge de cinq ans, chaque fois que le neuvième mois arrive, c’était immanquablement le retour sur les bancs d’école. C’était comme ça, je posais pas de questions.

Cet automne, c’est différent. Peut-être parce qu’il s’agit de ma dernière rentrée scolaire, celle qui fera de moi une bachelière. J’ai mon futur entre les mains et je ne sais pas quoi en faire. J’ai 21 ans. Je devrais être une adulte. Même les États-Unis sont prêts à m’octroyer ce titre. Parfois, je l’assume. D’autres fois, non.

Septembre me fait penser aux chemins que j’ai choisi de ne pas prendre. Ma vie aurait pu être différente, car on fait toujours des choix en cours de route. Un millier, un million peut-être. Ces choix nous aiguillent, parfois subtilement, parfois drastiquement, sur les multiples voies possibles.

people-coffee-notes-tea-e1472050803103-600x429Unsplash

S’il y avait de nombreuses possibilités dans le passé, il y en a au moins tout autant qui nous attendent dans le futur. Il faut être prêt à accepter le mystère dans nos vies.

Nos choix pour notre futur sont illimités. Je contemple les multiples possibilités. Le choix à faire est là, devant moi. Tentant, déchirant. Souvent les deux à la fois. Il me faudra choisir.

Ou pas.

On dit que c’est bien d’être orienté vers le futur et de ne pas rester emprisonné dans le passé. C’est vrai qu’il faut regarder vers l’avant, mais encore faut-il avoir confiance en notre avenir.

Vite de même, ça peut sembler simple. Mais par moment, le futur, c’est anxiogène. Comme penser à l’infini trop longtemps.

Quand j’évalue ma vie, j’hésite, je pèse, je soupèse. Je recommence. Comme si je travaillais constamment sur la version brouillon de moi-même en me disant qu’un jour, je serai prête à écrire le propre.

Je suis ambivalente. Choisir m’apparaît catégorique, définitif. L’impression de ne plus pouvoir revenir en arrière, d’avoir mis un terme à mon passé pour de bon. C’est comme si chacune de mes décisions devenait une partie de mon identité. Une partie de mon insécurité. Je sais que la vie est moins drastique que cela. Peu de choses sont totalement irréversibles.

Alors au lieu de craindre cette vie d’adulte, il ne me reste qu’à la créer. À ma façon. D’abord en l’imaginant, pour qu’elle me mène vers de nouveaux paysages et de nouveaux challenges. J’ai envie de m’accorder le droit de rêver un peu. Même si tout ce que je peux imaginer n’arrive pas nécessairement, au moins je l’aurai vécu un petit peu par en dedans.

Je ne sais pas à quoi le futur ressemble. En attendant, j’en ai plusieurs, des plus réalisables que d’autres. Des plus intenses que d’autres. Des plus fous que d’autres. On verra. Est-ce que je dois vraiment tout choisir, tout de suite?

Plus de chroniques

Dénoncer, une décision difficile

Dénoncer, une décision difficile

Comprendre le mouvement «Black Lives Matter»

Comprendre le mouvement «Black Lives Matter»

Ma marraine la bonne fée

Ma marraine la bonne fée

Populaires

5 comptes Instagram érotiques qui vont te donner chaud!

5 comptes Instagram érotiques qui vont te donner chaud!

10 signes qu’il veut vraiment une relation sérieuse

10 signes qu’il veut vraiment une relation sérieuse

Le meilleur des descriptions Tinder pour rire ou pleurer de découragement

Le meilleur des descriptions Tinder pour rire ou pleurer de découragement