All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Je suis différente, et puis?

Par Marine Villomé – le dans Chroniques
Je suis différente, oui. Peut-être pour mes voisins, pour les gens qui me croisent dans la rue ou pour ceux qui me dévisagent. Je n’ai ni la peau blanche, ni les yeux ronds, et encore moins le nez pointu. Non. Moi, je suis basanée, j’ai les yeux en amande et un tout petit nez plat. J’en suis consciente, je suis différente.

Quand j’étais plus jeune, je ne comprenais pas cette différence. Dans le monde des enfants, c’est une autre réalité. Les enfants sont méchants. Et sans s’en rendre compte, ils déterminent une partie de nos complexes et la façon dont on se sent par rapport à la société. Je comprenais juste que les autres m’appelaient « l’esti de chinoése ». Ça te marque un enfant, des expressions de même.

enfant_separation_tristessemisscouetteblog.com

Alors j’ai grandi avec l’idée qu’être asiatique (vietnamienne, dans mon cas), c’était mal. Je me disais que j’étais pas cool et que je ne le serais jamais. Je m’en voulais. Je m’en voulais de ne pas pouvoir ressembler aux autres et d’avoir la peau « jaune ». Je m’en voulais d’être différente. J’en ai même voulu à mes parents de m’avoir adoptée. Cette pensée m’a suivie une grande partie de mon enfance, et même de mon adolescence.

Aujourd’hui, à 22 ans, je ne vois plus les choses de la même façon. J’ai mûri. Je comprends maintenant que l’ampleur d’une parole peut rester incomprise par celui même qui la prononce. Malheureusement, ces paroles ont des conséquences, on ne sait jamais lesquelles.

Cette semaine, Khoudia Diop m’a inspirée. Elle aussi s’est fait intimider étant plus jeune. Elle aussi est différente. Elle vient du Sénégal, et elle a la peau noire. Mais plus noire que noire. On la surnommait « la nègre, la fille de la nuit ».

À 17 ans, elle a déménagé à Paris et a commencé une carrière de mannequin. Aujourd’hui, à 19 ans, Khloudia révèle qu’elle a appris à s’aimer de plus en plus chaque jour, et que de temps en temps les gens lui envoient encore des messages d’intimidation. Mais elle a arrêté de porter attention à ces gens.

Son message est clair : « L’apparence importe peu, tant que tu te sens belle à l’intérieur. » Cette jeune fille défie les standards de la beauté. « Si tu es assez chanceuse pour être différente, ne change jamais », dit-elle.

unsetemmanuelsblog.com
khoudia-diop-the-melanin-goddessjpgafricancelebs.com

La différence, c’est ce qui fait que notre monde est beau. C’est ça, la vraie beauté. On dit qu’il faut toute sorte de monde pour faire un monde, ben c’est ça. Des blancs, des noirs, des jaunes, des rouges. On est tous différents, aussi beaux les uns que les autres. Personne ne devrait être mis de côté à cause de son apparence. Personne ne devrait être intimidé pour son physique.

Ça fait du bien de voir des personnes comme Khoudia faire une différence dans notre société. Personne n’a le dernier mot sur les standards de la beauté.

« Aujourd’hui, où que l’on aille, tout le monde s’habille de la même manière. Je pense qu’il faut faire attention à ça. Je pense que la beauté d’un monde, c’est la diversité, c’est la rencontre entre différentes origines, c’est ce métissage, cette cohabitation avec le respect de chacun, cette cohabitation qui fait qu’on peut vraiment vivre l’enchantement. »  -Franco Dragone

Plus de chroniques

Dénoncer, une décision difficile

Dénoncer, une décision difficile

Comprendre le mouvement «Black Lives Matter»

Comprendre le mouvement «Black Lives Matter»

Ma marraine la bonne fée

Ma marraine la bonne fée

Populaires

Les 5 plus cools mini-putt de la grande région de Montréal

Les 5 plus cools mini-putt de la grande région de Montréal

5 comptes Instagram érotiques qui vont te donner chaud!

5 comptes Instagram érotiques qui vont te donner chaud!

9 secrets bien gardés de la Baie-des-Chaleurs

9 secrets bien gardés de la Baie-des-Chaleurs