All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Dossier : L’ABC du réseautage

Par Nerds – le dans Carrière, Productivité

Ce n’est maintenant plus un secret : le réseautage est une méthode efficace pour l’avancement d’une carrière. Cependant, quand on débute dans notre milieu, ce n’est pas toujours simple de savoir comment s’y prendre. Je vous ai donc concocté cet ABC du réseautage, ou encore, le réseautage pour les nuls!

networking_fears.1

A pour Approcher

Avant même d’approcher les gens, il faut en quelque sorte approcher le réseautage tout court. C’est un mode de vie et un état d’esprit. Lorsqu’on débute, on peut être submergé d’un gros malaise face à l’idée d’approcher les gens d’un point de vue quasi instrumental, qui a pour but de nous aider à un moment ou à un autre de notre carrière. À cela, je vais répondre une chose toute simple: vous êtes aussi instrumental pour les gens que vous approcherez. Il s’agit d’une relation donnant-donnant qu’on cherche à développer, d’un point de vue purement professionnel.

Dans les événements de réseautage, tout le monde s’y trouve dans un même but. Alors cassez-moi ce sentiment de malaise et comme on dit en anglais, embrace it! Les gens, dans ces événements, sont particulièrement ouverts à vous rencontrer et voudront réellement vous aider – tout comme vous, qui devrez adopter une attitude ouverte à aider les autres (pas nécessairement tout de suite, mais du moins dans le futur).

Cela m’amène au premier point de l’approche. Assumez que les gens sont aussi mal à l’aise que vous. Êtes-vous déjà allés à une conférence ou à un événement et avez observé les gens? Alors qu’on voit beaucoup de monde se parlant entre eux, on remarque plusieurs personnes assises aux tables, regardant leur téléphone. Ces gens sont probablement nerveux à l’idée de parler à des nouvelles personnes, alors elles évitent la situation en ayant l’air occupé. Lorsqu’on débute et qu’on est mal à l’aise, ces personnes peuvent être de bonnes « cibles » pour briser la glace, si vous êtes toujours nerveux ou encore, de nature introvertie.

Briser la glace? Comment?

Il existe mille et une façons d’aborder une personne et ce n’est pas sorcier. De plus, la plupart des gens abordés sont soulagés de ne pas avoir à faire le premier pas pour débuter une conversation. Vous vous trouverez face à une situation plutôt facile : des gens ouverts à réseauter ET heureux de ne pas avoir à faire le premier pas. La conversation coulera plus facilement qu’on ne le croirait. Je vous dresse ici une liste de pick-up lines professionnelles qui pourraient vous inspirer :

– Les classiques

« Bonjour! Je ne connais presque personne ici, donc je voulais me présenter. Je m’appelle ____ et je travaille pour ____ (compagnie). »

« Bonjour! Qu’est-ce qui vous amène ici aujourd’hui? »

– À propos du spot où on se trouve, du général au particulier

« Je ne peux pas m’arrêter de manger ces arancinis, avez-vous goûté? » (Si on est à un événement qui sert de la nourriture)

« Comment vous êtes vous rendu ici aujourd’hui? J’ai pris le pont (insérer n’importe quel pont de Montréal), c’était l’enfer! »

« Vous avez une tête à aimer le hockey. Avez-vous écouté la partie hier soir? »

– Lorsqu’on est un introverti

« Bonjour, est-ce que je peux me joindre à vous? Je trouve les activités de réseautage un peu intenses et j’apprécie le coin plus tranquille ici! »

« Tant qu’à attendre ici (au bar, au buffet, etc.), je pense que je devrais me présenter! »

« J’essaie de m’éloigner des gens que je connais aujourd’hui, alors je me lance à l’eau avec vous! »

« Wow, je déteste le réseautage. » (À utiliser seulement si vous sentez ce sentiment misanthrope chez l’interlocuteur!)

– Le sac à blague (ATTENTION! Il n’est pas recommandé de faire des blagues comme simple introduction, mais l’humour est un bon lubrifiant à toute relation sociale)

« Vous êtes tellement bien habillé(e)! Je me sens underdressed pour ce soir! »

« Dites-moi, sur une échelle de 1 à imbuvable, comment trouvez-vous le vin? »

« Excusez-moi, pour être honnête, la seule personne que je connais ici est le barman, et je l’ai connu en commandant mon verre tout à l’heure. Ça vous dit si je me présente? »

B pour Bâtir

Maintenant que la glace est brisée, l’idée est généralement de tenir une conversation de façon légère avant d’en venir à des sujets plus sérieux. Le mot d’ordre est donc le small talk. Mais attention, ne pas parler de la température, du trafic ou de la dernière game des Habs trop longtemps. Au bout de deux ou trois minutes, il faut en venir au sujet professionnel. La clé ici – et ça va sonner tellement cucul – c’est de rester soi-même et surtout, d’être fier de ce que l’on est. Tu n’as pas de doctorat? Who cares?! Rester soi-même implique également parfois de ne PAS faire la différence entre sa vie personnelle et professionnelle. Pourquoi? Parce que les liens se créent plus rapidement. Les gens sentent la façade de la « personnalité au travail » et cela peut les refroidir. Si on laisse cette façade de côté, les gens auront tendance à se souvenir de nous de façon authentique. Il est important de chercher un point commun rapidement dans une conversation. Un client en commun, une entreprise admirée, une revue lue par vous deux, même un sport en commun! Ce sont des sujets qui sont d’importants ciments de relations professionnelles. Déterminez ensuite (dans votre tête) comment l’autre personne pourrait vous être utile dans le futur. Lorsqu’on débute, c’est très facile de connecter avec quelqu’un d’expérimenté et de le voir comme un mentor ; ça flatte et ça vous aide. Si vous aspirez à une carrière en marketing, n’ayez pas peur de poser des questions en croisant un directeur marketing. Quels sont les plus gros défis de sa carrière? Quel a été son cheminement professionnel pour en arriver à ce poste? Quel conseil vous donnerait-il, étant en tout début de parcours? Il est important de faire tourner la discussion autour de l’interlocuteur. Il faut en quelque sorte mériter le droit de parler de soi et de ses buts. Les gens ne se soucient que peu de ce que vous faites, tant que vous ne leur avez pas fait sentir à quel point vous voulez entendre parler d’eux. Cela est très vrai lorsque nous débutons dans le milieu et que nous nous adressons à quelqu’un qui poursuit une longue carrière.

Je me permets un aparté ici : si vous réseautez, ayez une carte d’affaires! Elle peut ne contenir que votre nom et votre adresse courriel, ainsi que votre numéro de téléphone. Il existe des tas de modèles téléchargeables gratuitement sur Internet, et se faire imprimer des cartes ne coûte vraiment pas cher chez Bureau en gros (pour être exacte, 29,99$ pour 250 cartes recto). C’est ainsi que les gens vous replaceront et garderont une trace de votre conversation.

Terminer une discussion ne devrait pas être un défi plus grand que d’en commencer une. Les salutations cordiales se placent bien dans un moment de silence lorsque nous croyons avoir fait le tour. Fort est à parier que l’interlocuteur sera d’accord avec nous. « Ce fut un plaisir de faire connaissance! », suivi d’une bonne poignée de main, puis une promesse d’un suivi dans quelques temps. Pourquoi ne pas leur dire que vous vous connecterez sur LinkedIn après l’événement? Les médias sociaux sont une excellente façon de garder contact.

Ne pas oublier l’essentiel

Parfois, il est difficile de se souvenir que réseauter ne signifie pas se faire des amis. Le but ici est d’orienter les rencontres dans une perspective d’aide mutuelle dans un contexte professionnel. Est-ce que ça peut arriver de se faire des amis? Oui! Est-ce que c’est souhaitable ou réaliste qu’on devienne ami avec tout le monde? Non!

Voici des exemples de situations qui pourraient survenir et deux façons différentes de les traiter :

1) Cinq minutes après s’être introduit à quelqu’un et lui avoir demandé ce qu’il/elle fait, cette personne est encore en train de parler, sans nous retourner une seule question.
Tendance amicale: On n’a pas envie d’être malpoli et de l’interrompre, alors on laisse l’autre aller en hochant de la tête parce qu’après tout, son travail est quand même intéressant!
Tendance professionnelle: Quand on réalise que la personne ne nous retournera pas la question et que l’intérêt ne sera pas réciproque, on reste à l’affût de la prochaine phrase par laquelle on pourrait faire un lien avec soi-même – un projet, un client ou n’importe quel sujet qui pourrait être relié à soi – afin de faire une transition et ainsi prendre la parole.

2) Dans une très bonne conversation avec quelqu’un, on est sur le point de lui demander si ça lui dirait d’aller prendre un verre ou de luncher la semaine suivante, parce que vous connectez bien. Au même moment, quelqu’un d’autre arrive et s’incruste dans la conversation.
Tendance amicale: Pour ne pas avoir l’air ennuyé ou embêté d’avoir été interrompu, on reste là, sans savoir comment réagir et sans rien ajouter à la nouvelle conversation. Awkward.
Tendance professionnelle: Voyant qu’on ne sera pas introduit à la nouvelle personne qui est arrivée, on s’éjecte. On sourit, on se présente soi-même à la tierce personne. Si elle est intéressante, on reste et on verra. Si elle ne semble pas l’être, on glisse notre carte d’affaires à notre premier interlocuteur discrètement, disant: « Je vais vous laisser discuter, mais j’adorerais qu’on lunch ensemble un de ces quatre. On s’écrit la semaine prochaine? »

3) En prenant un verre au bar, on fait connaissance avec la dame à côté de nous. Une fois le verre en main, décidé à prendre la soirée d’assaut, l’autre ne lâche pas prise et elle est déterminée à rester à nos côtés.
Tendance amicale: Se sentant mal, on s’assied à une table et on parle avec elle toute la soirée. Elle est super gentille et c’est difficile de ne connaître personne dans la soirée, après tout.

Tendance professionnelle: Après quelques minutes de discussion, on lui propose d’être copains de réseautage. Divide and conquer, qu’ils disent! Vous vous entendez pour partir chacune de votre côté, d’aller se présenter à des gens et lorsque vous trouvez quelqu’un qui pourrait être pertinent pour l’autre, vous vous promettez de venir lui présenter.

C pour Conserver

Après une soirée remplie de rencontres, qu’est-ce qu’on fait?

On prend des notes. On fait l’inventaire des cartes d’affaires. On écrit ce qui nous a marqué de l’autre, les points et intérêts communs qui sont ressortis de la conversation. Des détails dont on se souviendrait (enfants? passions?). En quoi chaque personne pourrait nous être utile éventuellement. Pourquoi prendre des notes? Parce que les paroles s’envolent et que les écrits restent! Ensuite, on peut les connecter sur LinkedIn, les suivre sur Twitter (mais arrêtez-vous là ; Instagram, Facebook et Pinterest, ça fait vraiment stalker). On peut personnaliser notre message de demande de connection sur LinkedIn : « Bonjour Marc, nous nous sommes rencontrés hier à la conférence sur l’entrepreunariat chez les moins de 40 ans. Ce fut un réel plaisir et j’espère que nous garderons contact! » ou encore, insister sur ledit point commun qui a émergé de la discussion: « Bonjour Marc, j’ai bien aimé discuter hier de notre passion commune pour le journalisme. J’espère vous voir partager une foule d’articles qui pourront m’intéresser! » Vous comprenez le principe.

Ne pas laisser ces connexions tomber dans l’oubli

Connecter sur LinkedIn, ça ne suffit pas. L’utopisme de la personne organisée dirait de se mettre un rappel dans notre calendrier dans 1-2-3 mois (laps de temps au choix, tant qu’il est respecté) pour faire des suivis. Mais comment faire un suivi sans paraître harcelant?

D’abord, un suivi immédiat (disons 24h suivant la rencontre) par courriel est souhaitable. Cela peut se faire dans la demande de connection LinkedIn, mais on est limité dans les caractères. Le courriel est préférable. C’est ici qu’on utilise les notes pour le personnaliser. Il est important de respecter les connexions comme étant individuelles plutôt qu’un envoi de courriel massif et impersonnel. Un peu comme quand on écrit une lettre de motivation pour un employeur : on a une base, puis on adapte selon le poste voulu.

Le suivi sur le plus long terme est une action plus délicate à poser. Je suggère de partager un article, un blogue ou un livre susceptible d’intéresser l’autre. Une autre stratégie est d’introduire quelqu’un d’autre par courriel à cette même connexion (assumant qu’ils auraient un lien potentiellement intéressant à créer). Si vous respectez ce suivi aux 3 mois ou aux 6 mois par exemple, cela évite de perdre la relation. Certaines de ces relations pourraient se développer plus profondément avec le temps, on n’en sera que gagnant.

Où puis-je réseauter?

Voici une liste non exhaustive d’idées:

Beaucoup de ces activités sont gratuites, mais évidement certaines sont payantes. Sachant les dépenses que réseauter peut entraîner, on peut penser à être bénévole pour ces événements. Cela demande plus de travail, mais vous aurez accès à des listes d’invités et vous pourrez profiter de vos pauses pour réseauter comme tous les gens présents!

Il ne faut pas voir le réseautage comme une activité réservée aux 5 à 7 et aux conférences. Avant de vous lancer dans ces événements, vous pouvez utiliser votre réseau rapproché pour vous faire présenter des gens qui pourraient être des acteurs clés dans votre futur. Gardez alors les yeux ouverts et ne manquez pas une opportunité qui pourrait développer votre réseau!

Par Béatrice Leduc
Collaboratrice spontanée

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Vidéo récente
- Carrière

Comment tourner tes défauts en avantages en entrevue

Plus de carrière

Comment trouver sa place en tant que jeune professionnelle?

Comment trouver sa place en tant que jeune professionnelle?

Amélie Desmarais -
Le bonheur est dans le changement

Le bonheur est dans le changement

Karine Boileau -
Morning Miracle : 6 minutes pour changer ta vie

Morning Miracle : 6 minutes pour changer ta vie

Marie-France Poulin -

Populaires

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Marie-Pier Hamon -
Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Nerds -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.