All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Les Grandes | Thara Tremblay-Nantel, Thara Communications

Par Andreane Viau – le dans Les Grandes

Les Grandes | Thara Tremblay-Nantel, Thara Communications

À la tête de Thara Communications, une agence de relations publiques, Thara Tremblay-Nantel se démarque non seulement par les clients qu’elle représente, mais surtout par l’authenticité avec laquelle elle partage son savoir-faire quotidiennement.

J’ai connu Thara au tout début de mon parcours entrepreneurial et elle a grandement participé à mon éducation professionnelle sur l’importance d’entretenir des relations durables et de développer une éthique de travail. Pour ce deuxième épisode de la série Les Grandes, en collaboration avec la Banque Nationale, je ne pouvais passer à côté de l’opportunité de vous présenter une jeune femme aussi travaillante et allumée par son métier.

Rencontre avec une Grande

Pourquoi les relations publiques?

J’adore interagir avec les gens et, au départ, je voulais devenir animatrice à la télévision. Comme c’est un domaine difficile et que peu de postes sont offerts, j’ai eu envie d’aller à l’université pour ouvrir mes horizons. C’est là que j’ai découvert les relations publiques.

Les relations publiques demandent à interagir avec beaucoup de personnes et on est souvent appelé à faire des pré-entrevues avec les clients pour rédiger des communiqués de presse. Je me suis rendue compte que c’était vraiment connexe, car quand je voulais devenir animatrice, c’était pour interagir avec les gens. En relations publiques, les relations sont la clé. Finalement, c’est devenu ma passion.

Pourquoi fonder ta propre agence plutôt que de travailler en entreprise?

Quand on est son propre patron, ce que je suis depuis près de 4 ans, on travaille en collaboration avec les marques. Donc, quand un client arrive avec un mandat « patate chaude », on ne les accepte que très rarement. On ne se cachera pas que ça prend au moins un mois pour réaliser une belle campagne de relations publiques ou de relations de presse. On a des communiqués à écrire, des invitations à envoyer, des suivis à faire avec les médias.

Les médias peuvent recevoir jusqu’à 150 courriels par jour de relationnistes comme nous, donc la compétition est forte. Plus on est à l’avance et préparé, meilleur est le retour sur investissement du client.

Screen Shot 2017-03-15 at 2.14.13 PM

Quels ont été tes défis durant les premières années?

Au départ, j’étais toute seule et je travaillais de chez moi. C’est parfois difficile d’avoir une discipline quand on travaille de la maison. Même si je n’avais pas de tâches concrètes, il y avait toujours quelque chose à faire, que ce soit de monter la structure de l’entreprise, le développement des affaires, la refonte de mon site web ou bloguer pour attirer les gens sur ma plate-forme. Il y a beaucoup de travail « non-facturable » au début pour aider à faire connaître l’entreprise.

J’ai quand même eu la chance d’avoir des clients assez rapidement, ce qui m’a permis d’avoir un portfolio à présenter à mes entreprises coups de coeur. Les références fonctionnent beaucoup dans le domaine et le bouche-à-oreille m’a beaucoup aidée. Si un client est satisfait, souvent il va en parler autour de lui.

Les finances sont moins ma force, donc j’étais vraiment contente quand j’ai pu avoir un revenu assez intéressant pour engager une firme pour gérer ma comptabilité. Facturer les clients et faire le suivi des paiements, c’est quelque chose que j’avais vraiment hâte de déléguer!

Quand as-tu décidé de t’entourer et de ne plus travailler seule?

À un moment donné, je me suis rendue compte que je n’y arrivais plus toute seule, car je devais parfois refuser des mandats super intéressants par manque de temps. J’ai approché Solneige, qui m’avait été référée par une amie. Ça a tout de suite cliqué et ça fait aujourd’hui 2 ans et demi qu’on travaille ensemble.

Puis, Mélissa a fait un stage avec nous l’été dernier et on a eu un coup de coeur pour elle. Le budget me permettait d’engager une troisième personne, donc notre duo est devenu un trio.

Chacune a ses forces et on réussit à trouver une dynamique d’équipe où tout le monde peut partager ses idées et a sa place pour évoluer et construire des relations vraiment intéressantes autant avec les clients qu’avec les médias.

C’est le fun de savoir que les gens qui travaillent avec toi dans ton entreprise sont aussi engagés que toi, qu’ils y croient, qu’ils aiment autant les clients que toi et qu’ils ont de belles relations avec les médias.

Screen Shot 2017-03-15 at 2.16.54 PM

Qu’est-ce qui te différencie des autres agences?

Toutes les agences de relations de presse font relativement le même travail. Après, c’est vraiment un fit de personnalité entre le client et toi.

Je trouve que la transparence et la communication sont très importantes. Je fais aussi de la gestion d’attentes. Malheureusement, en relations publiques, il n’y a pas de police d’assurance, c’est-à-dire qu’on fait le meilleur travail pour que le client ait le maximum de visibilité, mais ça reste quand même le choix des médias d’en parler ou non. Je reste donc relativement réaliste avec les clients, je les mets au parfum des différents enjeux.

Est-ce que Thara Communications représente tes attentes?

Ça a beaucoup évolué. Je pense qu’on a beaucoup gagné en professionnalisme. Comme on travaille dans l’image, je pense que c’est super important de soigner notre image de marque pour que les clients voient comment on pourra potentiellement les conseiller stratégiquement.

Avec l’ajout de membres dans l’équipe, je crois que ça crée une belle unité. Chacune amène ses forces à l’équipe pour s’assurer que le client soit le mieux servi. S’il y a une chose qu’on n’a pas perdu, c’est notre jeunesse, notre dynamisme et notre personnalité, qui font de nous une équipe jeune, professionnelle, avec une belle liste de clients et des réalisations dont nous sommes fières.

À 28 ans seulement, Thara a définitivement sa place parmi cette nouvelle génération de Grandes qui forgent l’entrepreneuriat au Québec et ailleurs. Son agence, qui aura bientôt 4 ans, ne cesse de se démarquer dans l’industrie en livrant des campagnes à l’image de sa fondatrice.

Merci à Thara pour sa précieuse participation à cette série!

La Banque Nationale supporte fièrement les projets d’entrepreneures d’ici. Découvrez plus de conseils à propos du démarrage d’entreprise ici.

Continuez votre lecture

Les Grandes | Geneviève Everell, Sushi à la maison

Les Grandes | Geneviève Everell, Sushi à la maison

Andreane Viau -
As-tu ce qu’il faut pour travailler en communication?

As-tu ce qu’il faut pour travailler en communication?

Nerds -
Les Grandes | Julia de Vette, Saint-Laurent Café Boutique

Les Grandes | Julia de Vette, Saint-Laurent Café Boutique

Andreane Viau -
Entrevue avec Carl Cousineau: Entreprendre différemment.

Entrevue avec Carl Cousineau: Entreprendre différemment.

-
Profil d’entrepreneur : Jules Marcoux, julesmarcoux.com

Profil d’entrepreneur : Jules Marcoux, julesmarcoux.com

Andreane Viau -
La robe nuisette, un peu sexy, et puis après ?

La robe nuisette, un peu sexy, et puis après ?

Nerds -
Montée de lait : Message aux travailleurs du service à la clientèle

Montée de lait : Message aux travailleurs du service à la clientèle

Kristine Bergeron -
Entrevue d’emploi: Savoir scruter l’entreprise

Entrevue d’emploi: Savoir scruter l’entreprise

Nerds -
Party fruité des pré-jeux de la communication

Party fruité des pré-jeux de la communication

Raphaelle Dubé -
Les Grandes | Andréanne Gauthier, photographe

Les Grandes | Andréanne Gauthier, photographe

Andreane Viau -
Les jobs étudiantes de m****

Les jobs étudiantes de m****

Nerds -
Les Grandes | Chloé Rochette et Sophie Geoffrion, Happy Fitness

Les Grandes | Chloé Rochette et Sophie Geoffrion, Happy Fitness

Andreane Viau -
Mini guide santé-voyage : Infections || Vaccination

Mini guide santé-voyage : Infections || Vaccination

Catherine Jean -
Une nouvelle façon de déjeuner: Oatbox!

Une nouvelle façon de déjeuner: Oatbox!

Marilyn Claveau -
Les Mercredis Mixers: un must pour les entrepreneurs

Les Mercredis Mixers: un must pour les entrepreneurs

Andreane Viau -