All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

La quête éternelle des likes

Par Kim Bélisle – le dans Société

Récemment, celle que plusieurs se plaisent à nommer «la Kylie Jenner du Québec» a publié sa biographie. Je l’ai lue, en espérant me tromper sur cette jeune femme. Espérant peut-être y trouver des réponses à certains de mes questionnements face à la popularité instantanée. Oui, j’ai eu mes réponses. Non, ce ne sont pas celles que j’espérais.

noemie-dufresne-e1475761685562Hollywoodpq.com

Noémie est une jeune femme, qui comme la plupart des gens de notre génération, a vite commencé à s’intéresser aux réseaux sociaux lors de leur apparition. Elle vivait des situations problématiques à l’école, se faisant intimider par ses camarades. Elle s’est créé une page Facebook et a commencé à discuter avec des gens qu’elle ne connaissait pas, mais qui lui permettaient de s’évader. S’évader en devenant ce qu’elle avait de la difficulté à être à l’extérieur de l’écran : extrovertie.

La quête des likes

Noémie a commencé à publier des photos, et a pu rapidement faire le constat de l’impact primaire qu’elles pouvaient avoir : les «Likes». Plus elle en avait, plus elle cherchait à en récolter. Est alors commencée la course à la popularité. Soit, ce n’était pas son but premier en se créant un compte sur ledit réseau. Cependant, la vague de popularité qui flattait son égo a rapidement contribué à cette quête d’appréciation; voire d’approbation des autres jeunes de son âge.

Puis finalement, sa popularité a atteint un nouveau sommet au moment où une conversation a été mise en ligne. Dans cette conversation, Noémie demandait à un garçon de les reconduire, son amie et elle, dans une fête en échange d’un paiement en nature. C’est LÀ que sa popularité a explosé. Et aujourd’hui, dans son livre, elle mentionne que ce n’était qu’une blague même si elle avoue que c’est tout de même grâce à cet événement qu’elle est si connue et qu’elle vogue de soirée jet-set en soirée jet-set; tout en prenant soin d’avoir sa section VIP surélevée.

Il semblerait que dans ces soirées, elle ne peut pas se déplacer sans garde du corps. Que les gens sont fous d’elles, que plusieurs lui disent qu’elle est leur modèle, qu’ils crient son nom et qu’elle a même reçu des demandes en mariage (dont une d’un homme qui je le soupçonne, voulait probablement devenir son Sugar Daddy… même si elle dit l’avoir trouvé mignon).

De plus, et c’est en partie là le problème, il ne faut pas oublier que beaucoup de followers de Noémie semblent être encore à l’école secondaire… Et pourtant, celle qui dit être un modèle pour les jeunes n’hésite pas à faire tirer des injections pour les lèvres.

La popularité sur le web : une business

Pour ce qui suit dans le livre, Noémie rappelle sans cesse son nombre de followers, tout en faisant de la pub pour quelques gens et compagnies pour lesquelles elle a déjà fait de la promotion. Par exemple, pour le BeachClub, qu’elle tente de nous vendre sans vergogne comme ceci : «Posté sur une presqu’île à trente minutes du centre-ville de Montréal et pouvant accueillir jusqu’à 10 000 personnes, celui-ci comporte une piscine, une plage, de vrais cocotiers, des cabanas, (…) En fait, il y a là tout ce qu’il faut pour décrocher, et se croire, l’espace d’une journée, en voyage dans le Sud». Beau placement de produit.

Aux premiers abords, je me questionnais déjà face à la nécessité de publier une biographie alors qu’au fond, elle vient à peine d’entamer sa vie. C’est peut-être une idée préconçue, mais pour moi, la publication d’un livre relatant les faits d’une vie devrait se faire aux termes d’une carrière, de la vie en soit ou même, à titre posthume. Mais j’ai compris : ce n’est pas une biographie; c’est un objet de marketing. C’est juste sa nouvelle façon d’acquérir encore plus de likes et des followers.

Est-ce vraiment «ça» nos modèles aujourd’hui?

C’est à ce moment qu’un haut-le-coeur m’assaille de manière agressive.

Est-ce vraiment ce que nous recherchons, en tant que société? Que les gens soient en quête d’une popularité sans raison autre que la popularité elle-même?

J’ai mal quand je réalise que la société idolâtre des gens populaires pour leur égo en souffrance. Des gens qui ne veulent être populaires que pour la popularité elle-même et l’argent qu’elle rapporte. Il n’est même plus question de vouloir changer le monde ou de le rendre meilleur. Il n’est question que d’angles de photo et de filtres Instagram. Nous devrions plutôt idéaliser l’intelligence, la différence, l’innovation.

L’ère est tristement au vedettariat instantané où pullulent les concours de celui ou celle qui dévoilera le plus de peau. Comment peut-on aspirer à n’être que ça? Et que nos rêves ne se limitent qu’à être admirés de tous pour nos atouts; rouler des hanches pour tout un chacun en espérant qu’un jour, ils y verront autre chose que la fille qui est devenue connue parce qu’elle a promis une pipe contre un lift.

Un dernier extrait, question que vous saisissiez l’ampleur des dégâts et les ambitions superficielles :

«Je soupire, sabotant du coup les efforts de la maquilleuse pour tracer sur ma paupière droite une ligne de crayon noir. Je tente de contenir ma colère, mais devant l’air amusé de mon agent, j’explose. Je me lève et balaie, d’un geste brusque de la main, tout ce qui se trouve sur le plan de travail de la maquilleuse. Ne peut-il donc pas me laisser tranquille cinq minutes? […] Quand comprendra-t-il donc que c’est MOI, la star? Que sans moi, il n’est rien? Après m’avoir écoutée, les yeux rivés au sol, il sort de la pièce. Reprenant un air impassible, je fais signe à la maquilleuse de s’activer. Après tout, je n’ai pas toute la journée!»

Vidéo récente
- Société

Supprimer ton ex de Facebook: les pour et les contre

Plus de société

Je pense que le témoignage de Donald Duguay peut changer la société

Je pense que le témoignage de Donald Duguay peut changer la société

Marie-Pier Hamon -
World Press Photo, une année particulière sous la lentille

World Press Photo, une année particulière sous la lentille

Émilie Bossé -
3 raisons d’adopter un animal abandonné

3 raisons d’adopter un animal abandonné

Émilie Bossé -

Populaires

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Marie-Pier Hamon -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Nerds -