All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Le paradoxe du confinement

Par Annick Gendron – le dans Chroniques
En mars 2020, une grave pandémie menace toutes les Nations du monde. La Covid-19 est sur toutes les lèvres. Toute actualité hors sujet Coronavirus passe pratiquement inaperçue. C’est l’inconnu qui attaque, le monde est paralysé et les mesures d’urgence sont déployées.

Résultat: tous sont invités à s’isoler. Écoles fermées, commerces fermés, télétravail encouragé, etc. D’aussi loin qu’on se rappelle, jamais la société n’a été mise sur pause de la sorte. Pour le bien de tous et pour une durée indéterminée, les directives sont claires: rester chez soi et attendre. Et c’est là que le paradoxe commence. 

Hors Covid-19, une des phrases les plus entendues dans notre quotidien est sans aucun doute «Je manque de temps». Je manque de temps pour faire ceci ou pour réfléchir à cela. Tout le monde est emporté dans le tourbillon de son quotidien sans prendre le temps de s’arrêter pour regarder sa boussole et s’assurer qu’il va toujours dans la bonne direction. On vit dans le moment présent, au jour le jour, à la minute près. Métro, boulot, dodo. En fait, on s’efforce de garder la tête hors de l’eau tous les jours. Et voilà que, dans les circonstances actuelles, le temps nous est offert sur un plateau d’argent. On nous demande de rester chez soi et d’attendre. Aussi simple que cela. Si je peux me permettre, on rêvait presque tous à ce jour. Un buffet à volonté de temps libre! Pourtant, il n’a suffi que de quelques heures pour que les articles se multiplient sur la toile: Comment s’occuper pendant la quarantaine? Quoi faire pour passer le temps? Activités originales pour survivre à l’isolement, etc. Nous sommes tellement habitués à être occupés par-dessus la tête que lorsque la vie nous donne du temps libre, denrée excessivement rare, nous devenons complètement dépourvus. Nous sommes à la limite de la panique. «Du temps libre, qu’est-ce qu’on va faire? Comment va-t-on s’en sortir? Vite, occupez-moi quelqu’un!». Paradoxe.

Personne qui attend à la maison
Freestocks l Unsplash

Bien sûr, plusieurs projets non réalisés par manque de temps ne peuvent l’être davantage en ce moment à cause des fermetures des établissements qui s’enchaînent. Et oui, nous pouvons profiter du temps à la maison pour faire de la cuisine, faire le ménage du printemps, apprendre à jouer d’un instrument de musique, nous remettre en forme, terminer ce que l’on reporte au lendemain depuis des lustres, etc. Je ne dis pas que les idées présentées sur la toile ne sont pas bonnes, au contraire. Il faut évidemment s’occuper un minimum malgré tout, surtout si on a une famille à charge, mais je crois qu’il faut aussi savoir apprécier le temps libre. La situation actuelle, je la vois comme une pause imposée par la vie. Une pause dont nous avions besoin en tant que société qui tient trop de choses pour acquises.

Une pause pour réaliser que:

  • Le personnel de la santé a une valeur inestimable. Je parle bien sûr ici du médecin et de l’infirmière, mais aussi de la secrétaire, du concierge et de la cuisinière qui travaillent aussi sans relâche au cœur de l’action. Un gros MERCI;
  • Tous les emplois sont essentiels. Le commis d’épicerie, que plusieurs regardaient peut-être jadis de haut, a un rôle primordial, et on le remarque encore plus en cette période de crise. Sans lui et bien d’autres, nous n’irions pas très loin, personne. Un gros MERCI à vous, spécialement à tous ceux qui continuent de travailler en cette période de crise afin de subvenir à nos besoins;
  • Les enseignants font un travail incroyable avec les enfants tous les jours. 180 jours par année. Parents, voilà cinq jours de passés avec vos enfants en isolement. Courage, sans les enseignants, il ne vous en resterait que 175;
  • Le télétravail, partiellement ou en totalité, est réalisable pour beaucoup d’entre nous. Imaginez tous les déplacements qui pourraient être évités à l’avenir, la pollution éliminée, l’économie de temps et d’argent, le développement des milieux ruraux, etc.;
  • On aime tellement nos proches et on s’ennuie du temps passé avec eux, même si l’isolement ne dure que depuis quelques jours. On tient nettement trop pour acquis les petits bonheurs de la vie. Perdre ces petits bonheurs nous fait définitivement réaliser la valeur de ceux-ci;
  • La nature est tellement bonne pour nous! Personnellement, je suis une personne de plein air au quotidien, et malgré tout, ces derniers jours, je n’ai jamais autant apprécié respirer l’air pur, sentir la chaleur du soleil printanier et le doux vent sur mon visage. Une belle leçon ici. Il ne faut pas la tenir pour acquise, notre belle planète. Elle est bonne pour nous. Déjà, elle nous remercie pour le répit de ces derniers temps. C’est un souffle de pureté bien mérité pour elle. Apprenons de cette expérience et soyons meilleurs pour elle dans le futur.
Nature
Jakub Kriz l Unsplash

Sans oublier que:

Malheureusement, il y a encore beaucoup trop de personnes non sensibilisées (pour ne pas dire égoïstes) parmi nous. Oui, ici je parle de ceux qui n’écoutent pas les directives, au risque de contaminer sans pitié, et de ceux qui dévalisent les épiceries pour remplir leur bunker de vivres pour les trois prochaines années. Je pensais déjà avoir été témoin de la bêtise humaine dans le passé, mais là, c’est un autre niveau. Voilà, c’est dit. Il fallait bien en faire mention quelque part.

Et tant qu’à y être, une pause pour réfléchir à:

  • Dans mon plan de vie, vais-je toujours dans la bonne direction?
  • Suis-je heureux dans ma vie personnelle? Dans ma vie professionnelle? Quels moyens prendre pour l’être davantage?
  • Ai-je toujours des rêves? Quels sont-ils? Comment les atteindre?

Jamais on a le temps de réfléchir à ce sujet. Jamais. On ne se pose pas de question et on s’exécute. Métro, boulot, dodo. Et pourtant, à prendre le temps d’y réfléchir, on peut partir dans tous les sens. Qui sait, cela pourrait faire tourner les voiles pour la suite des choses. Dans ce cas, quelle chance d’avoir eu l’opportunité de le faire!

Rédaction d'une liste de projets
Glenn Carstens-Peters l Unsplash

En somme, profitons juste de cette période pour prendre du temps pour soi, pour passer des moments de qualité avec nos proches vivant sous un même toit, pour être reconnaissants, pour apprécier où nous en sommes sur le chemin de la vie et pour rectifier le tir au besoin. Juste, saisissons le temps. Il est là. Et surtout, n’oublions pas: bien que la Covid-19 puisse paraître abstraite encore ici au Québec, elle est d’une gravité bien réelle. Elle fera des dommages et pas seulement aux autres. Ce n’est en rien une blague. Alors, souhaitons-nous la force de passer au travers. Aidons-nous. Aimons-nous. #CaVaBienAller

Arc-en-ciel
Alex Jackman l Unsplash

Plus de chroniques

L’urgence de vivre, quand l’anxiété nous paralyse

L’urgence de vivre, quand l’anxiété nous paralyse

Je suis une Serpentard et je m’assume

Je suis une Serpentard et je m’assume

S’oublier quitte à ne pas exister

S’oublier quitte à ne pas exister

Populaires

Le coup de foudre n’est pas obligatoire

Le coup de foudre n’est pas obligatoire

Quand l’homme DOIT avoir envie de baiser

Quand l’homme DOIT avoir envie de baiser

Les 5 meilleures chaînes YouTube pour faire du yoga à la maison

Les 5 meilleures chaînes YouTube pour faire du yoga à la maison

Annick Gendron

Kinésiologue diplômée, elle transmet sa passion de l’activité physique au suivant. Ses outils? L’écriture, l’enseignement et l’entraînement.