All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Parce que l’échec c’est pas la fin du monde

Par Ève Landry – le dans Bien-être, Vie étudiante
J'étais en sabbatique. J't'en avais parlé. Ça m'a reposée, parce que j'ai enfin pu dormir mes huit heures tous les jours. Je fatigue beaucoup, qu'est-ce tu veux. Et surtout, la nuit je rêvais enfin à d'autres choses que des cahiers Canada pis des travaux d'équipes où je trust moyen les filles dans mon équipe. On le sait tous que ces filles-là vont juste te donner des nouvelles la veille ou s'inventer des drames familiaux improbables avec un timing drôlement parfait. Devine qui va se ramasser à gérer leur incapacité à faire des bibliographies?

Ouin, je suis loin d’être la fan numéro un des travaux d’équipe, mettons.

large (18)Weheartit

Mon temps de pause tire sur sa fin, dans moins d’une semaine je retourne sur les bancs d’école. En communication. Allô les travaux en groupe pis les cheveux qui tombent tout seuls avant la troisième semaine de cours. J’vais être honnête avec toi, avec moi-même aussi tant qu’à faire : j’ai peur. Ça me stresse par en dedans de retrouver les agendas pleins à ras bord, les post-it multicolores, les lunchs qui se ressemblent de jour en jour et les nuits sans sommeil à vérifier encore et encore mes notes de bas de page avec beaucoup trop de caféine dans le sang.

J’étais déjà dans le jus en n’étant pas à l’école. Fait que de rajouter ça dans mon horaire, je viens qu’à me demander si y’en reste, de la place. Mais bon, je peux pas revenir en arrière, j’ai déjà acheté mes surligneurs. Les surligneurs, c’est peut-être la seule raison qui fait que j’aime l’école.

Maudit que c’est le fun, surligner.

Chacun ses petits plaisirs.

Anyway.

C’est stressant le 9 à 5 d’école. Ou plutôt le 9 à 9, l’université, ça veille tard. Fait que j’ai décidé de me préparer d’avance. Toute faire d’avance, pour pas finir par pleurer, une boîte de biscuits à mes pieds et le coloc qui n’a aucune idée de comment me gérer. J’suis pas gérable quand je suis stressée pour mon avenir.

Je me suis trouvé un agenda motivant, j’ai commencé à m’écrire des phrases quétaines en anglais dedans : « Don’t follow the lead, make your way. » On peut-tu, juste aujourd’hui, se permettre d’être kitsch dégueu? Juge-moi pas, chacun ses petites niaiseries qui rendent les fins de session plus agréables.

Mais surtout, avant de me coucher, tous les soirs, je me répète que tout va être beau.

Parce que si ma sabbatique m’a appris quelque chose, c’est que l’échec, c’est pas la fin du monde. T’as beau tomber de ton vélo, te scratcher les deux genoux, y’aura toujours le Polysporin. Y aller à son rythme, c’est le Polysporin de l’âme.

Ça va faire, s’accélérer le rythme cardiaque à grands coups de buts inatteignables, de peur d’être imparfait, d’incapacité à dire : « live là, maman, je panique » Si tu paniques, appelle-moi, on va se jaser. Je vais te dire que c’est normal d’être un peu stressé de retourner aux études. On ira s’acheter des nouveaux sacs à dos ensemble pis on mettra nos rêves dedans.

Fait que réussir nos bacs nous prendra huit ans si y faut. On fera une pause dans le milieu pour aller se retrouver en Asie du Sud-Est. On se videra de nos larmes aux deux-trois jours, mais on va passer au travers.

Pis si jamais ça marche pas, viens chez nous, on mangera une boîte de biscuits au complet pendant que mon coloc nous choisira un film de filles.

Parce que l’échec, c’est pas la fin du monde. Tu peux toujours te relever.

Vidéo récente
- Bien-être

- Comment Savoir Si Ton Corps Subit Les Effets De L’anxiété ?

Plus de bien-être

5 trucs pour te faire un budget comme un.e vrai.e adulte responsable

5 trucs pour te faire un budget comme un.e vrai.e adulte responsable

Alexandra Nadeau-Gagnon -
Le sexe écolo, pour avoir du plaisir sans polluer la planète

Le sexe écolo, pour avoir du plaisir sans polluer la planète

Alexandra Nadeau-Gagnon -
10 livres pour démystifier la sexualité humaine dans toute sa splendeur

10 livres pour démystifier la sexualité humaine dans toute sa splendeur

Marilou LeBel Dupuis -

Populaires

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

Kim Bélisle -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
L’histoire des pas amoureux

L’histoire des pas amoureux

Stephanie Bureau -