All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Partir ou rester?

Par Alexandra Labadie-Racine – le dans Voyager mieux
À l’aube de la trentaine, je me souviens encore du sentiment d’excitation et de crainte que j’ai ressenti lors de mon premier vol transatlantique.  C’est un moment marquant dans l’histoire de chaque voyageur: ce fragment de secondes où le temps s’arrête et où chacun d’entre nous est profondément convaincu qu’il poursuit finalement le bon chemin. 

Malheureusement, plusieurs aventuriers dans l’âme n’arrivent pas jusque-là. Ils ont leurs études, leurs dettes, leur emploi, leur  voiture, leur appartement, leurs amis, leur famille, leur partenaire… Bien que nombreux sont ceux qui rêvent grand et qui se font la promesse, qu’un jour, ce sera leur tour de «partir voir le monde», rares sont ceux qui choisissent la première option lorsque vient le temps de prendre une décision.

Partir ou rester, cette question qui hantent depuis toujours chaque individu désirant vivre au-delà des frontières de la vie qu’il s’est créée. Ce qu’il faut savoir c’est qu’il y a deux types d’aspirants voyageurs. Il y a le premier, celui qui attend le «bon moment» pour partir à l’aventure et qui perdra toute une vie à attendre. Et le second, celui qui comprend finalement que l’opportunité tant attendue et que le timing parfait n’existent tout simplement pas. C’est pour cela qu’il faut faire le grand saut maintenant avant que les obligations ne te retiennent définitivement.

Tandis que le premier continuera sans doute de rêver aux aventures qu’il fera «un jour», un constat moins idéal accable le second: vivre librement prend beaucoup de courage.

Il faudra délaisser, de façon quasi draconienne, ses biens matériels. Il faut aussi accepter de mettre une pause sur ses études ou sur sa carrière. Et finalement, il faut expliquer à ses proches que l’aventure qui t’appelle est une bonne chose, contrairement à ce qu’ils peuvent penser en ce moment même.

Il sera alors primordial de leur dire que vous aurez besoin de leur soutien et de leur amour plus que jamais. La route risque d’être rocailleuse et longue; l’inconnu fait souvent peur même s’il fait grandir plus souvent qu’autrement.

Aussi, les avertir qu’il est fort probable qu’ils recevront, à un moment ou à un autre, un coup de téléphone à 3 heures du matin provenant du milieu de la jungle équatoriale ou d’une montagne au nom impossible située quelque part en Asie ou en Afrique. Leur support peut faire, et fera, une énorme différence moralement.

Avec le temps, les économies s’épuisent et les gens que l’on a rencontrés lors de notre périple nous quittent. Nos sandales ont foulé le sol d’un millier de lieux et notre sac à dos, jadis neuf, arbore désormais une myriade de couleurs provenant de la poussière des routes du monde.

Le besoin presque viscéral de revenir là où tout a commencé se fait sentir de plus en plus fort. C’est à cette étape que tout voyageur intermédiaire comprend que choisir de «partir» c’est une chose, mais prendre la décision de «ne pas revenir» en est une autre. Et que pour voyager, longtemps, ça prend plus que du courage: il faut être brave.

Fini les brunchs du dimanche au restaurant. Fini les bouteilles de vin importées, les repas réconfortants de sa mère et les cafés en pleine semaine avec sa meilleure amie. Fini Noël en famille, fini l’odeur de l’automne et cette joie que tous et toutes ressentent à la rentrée. Mais cela importe peu, car les expériences, les amitiés et les souvenirs que vous aurez accumulés tout au long de votre chemin représenteront autant que toute une vie passée dans le coin de pays duquel vous êtes originaires.

C’est ainsi que se retrouvent lentement toutes les âmes perdues entre ce qu’elles étaient un jour et ce qu’elles sont devenues maintenant. Certaines vivent une vie de nomade en hémisphère nord, d’autres ont trouvé refuge, le temps d’une saison, en hémisphère sud.

Et parfois, la question qui nous avait hantée au départ revient en tête. Partir ou rester, se présente à chaque coin que l’on tourne et à chaque détour que l’on fait. Cette question revient à chaque fois que l’on refait notre sac à dos, à chaque fois qu’un membre de notre famille nous écrit, à chaque année qui passe depuis qu’on est parti.

Et même si pour certains, la réponse change et leur fait prendre une toute nouvelle direction, pour d’autres, la question de «partir ou rester» se transforme doucement au fil de la planète qu’ils explorent, en affirmation: continuer pour que l’aventure dépasse la réalité.

Continuez votre lecture

Rester ou quitter?

Rester ou quitter?

Marie-Michelle Young -
Oser voyager sans planifier

Oser voyager sans planifier

Garder contact avec ses proches lorsqu’on est loin!

Garder contact avec ses proches lorsqu’on est loin!

Laurence Leduc -
Partir à l’aventure

Partir à l’aventure

Nerds -
Partir 103 jours loin de chez soi : pourquoi?

Partir 103 jours loin de chez soi : pourquoi?

Noémie Lessard -
103 jours loin de chez soi: il fallait que j’revienne

103 jours loin de chez soi: il fallait que j’revienne

Noémie Lessard -
Je l’ai laissé partir

Je l’ai laissé partir

Audrey Chabot -
Salty Souls Experience: nouvelle destination en 2017 + CONCOURS

Salty Souls Experience: nouvelle destination en 2017 + CONCOURS

J’ai vraiment essayé d’y croire

J’ai vraiment essayé d’y croire

Éliza Lafond -
14 destinations incroyables à ajouter à ta bucketlist en 2017

14 destinations incroyables à ajouter à ta bucketlist en 2017

Melina Geremia -
B-SIDE, le magazine du mouvement plein air

B-SIDE, le magazine du mouvement plein air

Marine Villomé -
Amoureuse et voyageuse solo

Amoureuse et voyageuse solo

Marilyne Jetté -
Quand l’amitié survit à la distance

Quand l’amitié survit à la distance

Audrey Chabot -
Se lancer à l’aventure au Costa Rica

Se lancer à l’aventure au Costa Rica

Audrey X -
L’automne : 10 choses qui nous manquent lorsqu’on est à l’autre bout du monde

L’automne : 10 choses qui nous manquent lorsqu’on est à l’autre bout du monde