All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Quand juger devient une seconde nature

Par Laurence Lécuyer – le dans Chroniques
«Regarde son décolleté. As-tu vu la couleur de ses cheveux? Est-ce qu’elle mange encore de la malbouffe?» «Sa voix est tellement stridente. Je ne vois pas ce qu’elle lui trouve, elle est tellement plus jolie que lui.» Chaque jour, ces petites pensées pernicieuses se glissent presque inconsciemment dans nos têtes. Si nous ne leur portons pas attention, nos jugements peuvent s’installer confortablement dans nos esprits et devenir une seconde nature.

Le concept du jugement est à la fois si simple et si complexe à expliquer. Lorsque nous portons une opinion sur un être humain, nous jugeons. Nos perceptions, nos valeurs et nos expériences nous amènent à porter nos propres lunettes de critique. Le problème est que nous oublions souvent que nous portons en nous une vision qui n’est pas l’unique reflet de la réalité, mais plutôt un parmi tant d’autres.

J’ose penser que cette facilité de jugement n’est pas innée, mais qu’elle a été forgée par notre société. Nous sommes obsédés par l’image que nous projetons. C’est comme si une ligne imaginaire trace le cadre de notre conduite et de notre habillement. Être différent est presque devenu un défaut aux yeux de tous où la punition est le jugement d’autrui.

Est-ce par jalousie que notre discernement s’enflamme? Lorsqu’une magnifique personne marche devant nous et que notre raison perd la carte pour laisser place à nos émotions: Est-ce normal d’avoir ces réflexions gratuites? Nous omettons de nous dire que ces commentaires ne nous rendent pas mieux dans notre peau, au contraire.

Bien que notre regard se pose souvent sur les autres, nous constituons notre pire juge. Le jugement n’est pas totalement négatif s’il est contrôlé. Il peut nous amener à nous fixer des objectifs et à accomplir des défis personnels. Toutefois, il est difficile d’atteindre cet équilibre sain ressemblant plus à une rétrospection sur nous-mêmes qu’à une critique.

Quand le jugement devient une seconde nature, des barrières se créent et nous empêchent de profiter pleinement de la diversité qui nous entoure. Comme le décrivent si bien les paroles d’une chanson de Lana Del Rey: They judge me like a picture book by the colors like they forgot to read. 

Plus de chroniques

Dénoncer, une décision difficile

Dénoncer, une décision difficile

Comprendre le mouvement «Black Lives Matter»

Comprendre le mouvement «Black Lives Matter»

Ma marraine la bonne fée

Ma marraine la bonne fée

Populaires

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Le meilleur des descriptions Tinder pour rire ou pleurer de découragement

Le meilleur des descriptions Tinder pour rire ou pleurer de découragement

Top 5 des podcasts québécois à écouter absolument

Top 5 des podcasts québécois à écouter absolument