All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Quand l’amitié survit à la distance

Par Audrey Chabot – le dans Amitié, Psycho
Durant la dernière année, j’ai passé plus de temps à l’extérieur de la Belle Province qu’à l’intérieur. Que ce soit pour mon travail ou encore pour mon grand plaisir personnel, je ne suis pas là souvent. Du moins physiquement. Pour quelqu’un pour qui investit beaucoup de son temps et de son énergie dans ses amitiés, la distance me rend la tâche un peu plus complexe.

J’aime faire partie de la vie de ces merveilleuses personnes. Que ce soit dans les moments de pur bonheur, les moments de détresse ou même les activités du quotidien, j’aime évoluer à leurs côtés. J’aime les voir avancer, foncer et prendre des débarques.

Justement, quand ça roule au carré dans la vie de l’un de mes amis, c’est dur. Dur d’être loin. Parce que mon premier réflexe serait de sauter dans mon auto d’aller prendre cette personne dans mes bras, de lui faire du thé et de l’écouter jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à dire. Ou jusqu’à ce que le pot de crème glacée soit fini.

À distance, je peux seulement qu’écouter. Et souvent, avec mon emploi du temps de fou, un réseau cellulaire pas toujours existant (oui il y encore des endroits dans le monde où il n’y a pas de réseau) et le décalage horaire, ce n’est même pas toujours possible.

Il ne me reste souvent que des messages textes. Bonjour place-à-l’interprétation. La communication, ce n’est déjà pas toujours évident quand la personne est devant nous et qu’on peut voir la gestuelle, l’intonation, le regard. Des lettres dans un carré vert ou bleu, même avec tous les émoticônes de la Terre, ce n’est pas la meilleure façon de se comprendre.

Mais c’est le seul outil que j’ai. Et c’est avec lui que je peux montrer qu’au moins je suis là. À l’autre bout de mon écran. J’ose espérer que c’est suffisant pour aller mettre un baume sur leur plaie. Un peu de support, peu importe le moyen, c’est parfois tout ce que ça prend.

En fin de compte, l’important c’est de faire son possible. Même si mon possible passe par 8 rappels sur mon cell et 12 post-its dans mon agenda pour prendre des nouvelles de telle ou telle personne. Parce que de cette manière, je démontre que je veux toujours faire partie activement de leurs vies. Que j’ai toujours envie de faire partie de leurs hauts et bas quotidiens.

Aussi contre-intuitif que cela puisse sembler, le fait de partir souvent m’a permis de me rapprocher d’eux. Je n’ai jamais été le genre de personne à démontrer physiquement mon affection pour les gens de mon entourage. Maintenant, je saute dans les bras de tout le monde dès que je reviens parce que je suis contente d’être revenue. Contente de les voir. Contente de sentir leur présence à mes côtés. Et pas seulement par le biais d’un message ou d’un coup de téléphone.

Et quand je reviens et que je revois ces personnes extraordinaires qui sont mes amis, et qu’on se parle comme si nous nous étions vu le matin même, j’me dis que je fais une pas pire job. Je me dis que je suis chanceuse d’avoir des amitiés assez solides pour survivre à la distance.

Plus d'amitié

Les plus belles citations d’amitié à envoyer à ta BFF

Les plus belles citations d’amitié à envoyer à ta BFF

10 idées d’activités le fun à faire avec tes amies sans te ruiner

10 idées d’activités le fun à faire avec tes amies sans te ruiner

Quels sont les signes d’une amitié toxique et comment s’en sortir?

Quels sont les signes d’une amitié toxique et comment s’en sortir?

Populaires

Tu vas t’en remettre, je te le promets

Tu vas t’en remettre, je te le promets

Quand il ne reste que le confort

Quand il ne reste que le confort

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand ton plan de vie prend l’bord