All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Quand tes émotions prennent le contrôle de ta vie

Par Julie Morisset – le dans Chroniques, Psycho
Dans la vie, tu ne peux pas passer une journée sans exprimer tes émotions. Pis des émotions, t'en as une beurrée! Quand t’aimes, tu le dis. Quand tu es triste, tu le dis. Bref, tu dis tout (tout le temps). Tu n'es pas capable de te foutre de ce qui arrive autour de toi. Au fond, ton petit cœur fait trois tours pis ça t’affecte. 

Quand tu es trop proche de tes émotions, tu penses que tu es simplement plus humain que tout le monde. Tu penses sincèrement que tu es en contrôle de ta personne, mais tu angoisses en permanence. Tu te prends le cœur à deux mains en comptant tes pulsations exagérées.

Impossible de tourner la page sur quoi que ce soit. Tu dois intervenir. Pourquoi? Parce que tu es over sensible et que tout t’atteint. Le pire dans tout ça, c’est que ton intervention t’affecte encore plus. Donc, tu accumules pis tu apprends à vivre avec un esprit torturé. Tu le fais parce que tu te soucies du monde, mais c’est difficile d’accepter que tu n’aies pas le contrôle sur tout.

Pas de chicane dans ma cabane

Tu es comme ça. Tu es trop proche de tes émotions. Ce qui veut dire que tu es impulsive dans tes réactions et que tu as l’impression d’avoir confiance en toi. Pourtant, à l’intérieur, tu meurs de doute et tu te critiques sans arrêt. Du genre que tu ne survivrais pas à la célébrité. Un commentaire négatif et te v’là chez le psy à pleurer ta vie.

Ce n’est pas facile vivre avec un trop-plein d’émotions. C’est même très lourd. Tu te remets en question constamment. Tu passes ta vie à t’excuser et tu justifies tout ce que tu fais. En fait, tu cherches l’amour et l’approbation de tout le monde. Pour toi, chaque personne compte et tu ne peux pas les chasser de ton esprit. Si quelqu’un t’en veut, tu ne peux pas continuer à vivre normalement. Tu dois comprendre la raison et ajuster le tir. Mais un moment donné, tu dois comprendre que le tir ne s’ajuste pas toujours.

Ce n’est pas pour rien que tu as 600 amis Facebook; tu ne peux pas te permettre de ne pas aimer. Tu ne te donnes pas ce droit.  Pour eux, tu es la fille tellement sympathique qui a beaucoup trop d’amis. En réalité, tu es la fille qui ne tolère pas la chicane et qui ressent le besoin d’être gentille avec tout le monde. Tu n’es pas rancunière et c’est facile de te marcher sur le dos.

Se détacher de soi

Oui, c’est un problème. Tu ne veux pas vivre avec cette pression démesurée toute ta vie. Bien vite tu réalises que cette façon de vivre ne t’apportera jamais le bonheur parce que tu vas constamment chercher à plaire davantage et à aimer davantage. Chaque chicane va te tordre de douleur et va hanter ton esprit trop longtemps. Donc, pour te protéger, tu critiques les gens parce que ça te permet de prendre une pause de ta critique personnelle. Tu t’aimes, mais tu te détestes en même temps. Tu te haïs d’être comme ça. Tu t’en veux de ne pas être capable de mettre ton esprit à off, même si tu veux vraiment le faire. Tu veux juste poser ta tête sur l’oreiller et dormir sans devoir retourner une situation de tous les côtés.

Par nécessité, tranquillement, tu apprends à te détacher de tes émotions, mais ce n’est pas aussi facile que tu le voudrais. Chaque fois que tu te retiens de parler, tu gagnes un point, mais la liste ne monte pas vite. Comme une accro, tu as souvent des rechutes.

Tu réussis toujours à remonter la pente grâce aux gentillesses qui t’entourent. Parce que ces émotions-là aussi sont fortes; elles te font vivre.

Tout ce que tu cherches c’est la paix intérieure. À force d’en parler et de travailler sur toi, tu vas finir par y arriver. Tu vas finir par être heureuse.

Vidéo récente
- Chroniques

Toi qui prends le métro chaque jour, j'ai des choses à te dire (suite)

Plus de chroniques

À l’aube de mes 30 ans, j’ai le bouton panique collé

À l’aube de mes 30 ans, j’ai le bouton panique collé

Alexandra Nadeau-Gagnon -
Je suis pas le genre de fille qui attire les gars

Je suis pas le genre de fille qui attire les gars

Alexandra Nadeau-Gagnon -
#sorrynotsorry: je suis souvent dans la lune

#sorrynotsorry: je suis souvent dans la lune

Alexandra Nadeau-Gagnon -

Populaires

Qui s’amuse et se respecte s’assemble

Qui s’amuse et se respecte s’assemble

Karine Boileau -
Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Nerds -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -