All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Rester derrière

Par Ève Landry – le dans Bien-être

Ça se sent, l’été s’en vient. Je le sais parce que partout dans mon agenda des heures sont encerclées. À côté, avec mes crayons gels à moitié vide, j’ai écrit les heures de départ de mes amis, le numéro de leurs vols pis le nom des villes où ils vont. Ça prend beaucoup de place dans les pages vides de mon mois de juin. Y partent tous, pour des pays où la mer est proche, où leur espagnol va enfin servir à quelque chose d’autre que rire en m’appelant « señorita burritos ». C’est cool. Je suis contente pour eux. Je pense.

Pendant que mes compagnons de fin de soirée pis les filles à qui j’emprunte du linge remplissent leurs valises de shorts et de crème solaire, je planifie ma saison chaude. Celle où je resterai à Montréal. Celle d’une fille qui a jamais pris l’avion et qui le prendra pas, cet été non plus.

Je suis pas jalouse.

OK.

Un peu.

Rester derrière, on va se le dire, entre toi pis moi, c’est pas la chose la plus trippante. Pendant qu’eux vont publier des belles photos de voyageurs épanouis et remplir mon Instagram d’images à envier, je vais avoir la chance de visiter plein d’appartements différents pour nourrir leurs chats pis arroser leurs plantes. C’est cool. Je suis contente pour moi. Je pense.

OK.

Non.

Partir en sac à dos pour visiter l’Amérique du Sud, ça fait rêver. Je suis jalouse. Et c’est normal. Quand les discussions autour d’un verre de cidre tournent vers leurs départs imminents, je viens avec le dedans qui me serre un peu. J’ai pas le goût de feuilleter des albums photo au mois d’août pis de sourire en disant « han! c’est beau le Machu Picchu! ». Je le sais déjà qu’y est beau, le Machu Picchu. Veux-tu que je te montre mes photos de la piscine Laurier ?

Instagram / @leticiatorgo

Sauf que ce n’est pas parce que je reste derrière, à surveiller des félins pis des fougères, que mon bonheur s’efface. Ça reste l’été: la saison des garçons beaux comme des cœurs, des cheveux lousses et des spectacles gratuits. Nous autres aussi, les sans budget voyage, ceux avec des horaires trop chargés par la job et les cours d’été pour finir notre BAC plus vite, on peut s’en créer des tendres moments Instagram.

Ravale ton motton aux allures d’un roadtrip aux États-Unis, range tes larmes aux couleurs du drapeau de l’Italie pis va t’acheter une nouvelle paire de shorts pour aller profiter des quelques journées chaudes du Québec. Je le comprends que c’est poche, moi aussi, ça me titille la jalousie quand j’entends qui « reste deux dodos ».

Je te le jure que notre été va être magique et que ton balcon peut devenir aussi cool que le Pérou si on arrête de se lamenter que notre nom n’est pas sur un billet d’Air Canada. Sors, rencontre du monde, gâte-toi sur les coups de soleil. Viens me jaser. On planifiera nos voyages pour l’an prochain.

Si tu restes derrière, je t’invite sur ma terrasse. On va boire de la sangria, s’acheter du sable au Rona pis créer nos propres albums photo de monde heureux, parce que l’été c’est une saison douce, peu importe que tu partes ou que tu restes derrière.

Fait que, rouge ou blanche ?

Plus de bien-être

Pardonner: la voie de la libération

Pardonner: la voie de la libération

Je juge donc je suis

Je juge donc je suis

Le respect, cette «loi» qui se fait entendre

Le respect, cette «loi» qui se fait entendre

Populaires

Le meilleur des descriptions Tinder pour rire ou pleurer de découragement

Le meilleur des descriptions Tinder pour rire ou pleurer de découragement

5 comptes Instagram érotiques qui vont te donner chaud!

5 comptes Instagram érotiques qui vont te donner chaud!

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading