All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Tu fais quoi, après tes études?

Par Sarah Leblanc – le dans Vie étudiante

Il fut un temps (grec) où étudier voulait dire jaser avec les autres pour apprendre tout ce qu’il y avait à apprendre de la vie, devenir philosophe, mathématicien, astrophysicien, médecin, tout à la fois, et l’enseigner à son prochain. (Bon, OK, c’était aussi un temps où les femmes n’étaient pas considérées comme des humains…) On pourrait dire qu’on a en quelque sorte perdu la beauté et la liberté de l’éducation à peu près quand on a obtenu les droits de la femme. Et bien qu’on se dise plus libre que jamais, on est en fait devenu esclaves d’un système marchand.

Qu’est-ce que ça signifie, aujourd’hui, étudier?

  1. Passer ses examens

Aller à l’école, c’est écouter et prendre des notes en classe, lire à la maison, faire des exercices, mais surtout, surtout, c’est de bien surveiller ce qui va être à l’examen (essaie pas de te croire différent, tout le monde demande toujours ça au prof).

Ben oui, y’a l’aspect social et parascolaire, et y’a un certain plaisir à apprendre dans un domaine qu’on trouve intéressant (j’espère pour toi, parce que sinon, tu vas trouver ça long). Mais peu importe à quel point on apprécie notre passage à l’école, au final, on veut avoir notre bulletin pour savoir où on va être admis ensuite, puis on veut avoir notre diplôme pour se trouver une job.

  1. Se trouver une job

Moi, j’suis pu capable de l’entendre, l’**stie de question : «Tu fais quoi, après tes études?» J’ai de plus en plus envie de répondre : « Ben j’vais continuer à vivre, manger, dormir, rire, aimer, peut-être même faire des bébés. Ah ouais pis travailler, sûrement. » Dans l’sens que « Réveille, y’a pas juste la job, dans’ vie! » Devenir quelqu’un, pis faire quelque chose de sa vie, ça repose pas uniquement sur ton nombre de diplômes pis le nombre de chiffres dans ton salaire. On dirait qui y’a pu moyen d’étudier sans être formé à quelque chose de précis pour ensuite devenir une unité de ressources humaines quantifiable et mesurable.

Conclusion : motivation intrinsèque

Bref, ce que j’essaie de dire, c’est qui faut pas tomber dans le piège.

Faut se forcer pour retrouver notre motivation personnelle qu’on avait enfant, où on voulait tout apprendre, tout comprendre, rencontrer des amis et être heureux. Faut se souvenir qu’au départ, on apprenait pour apprendre, tout simplement.

Faut pas se laisser dicter par les chiffres, pis faut envoyer paître l’anxiété de performance. Quelle est la valeur d’un A+ quand on oublie tout le lendemain de l’examen?

Faut se souvenir que devenir quelqu’un, ça peut aussi (peut-être même plus) se faire en prenant une année sabbatique pour voyager, ou en faisant un certificat en philosophie, juste comme ça, pour le plaisir.

Moi, quand j’aurai 30 ans et qu’on me demandera ce que je fais dans la vie, je serai fière de répondre beaucoup plus longuement que ce à quoi les gens s’attendent, pour qu’ils comprennent qu’être quelqu’un, c’est beaucoup plus complexe et beaucoup plus beau qu’ils ne le croyaient.

Plus de vie étudiante

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

5 trucs pour affronter la rentrée en douceur

5 trucs pour affronter la rentrée en douceur

Combattre l’angoisse de ne pas retourner aux études

Combattre l’angoisse de ne pas retourner aux études

Populaires

Tu vas t’en remettre, je te le promets

Tu vas t’en remettre, je te le promets

Quand il ne reste que le confort

Quand il ne reste que le confort

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading