All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Un happening au stade!

Par Ethel Gutierrez – le dans Archives
Stade Olympique / Source: parcolympique.qc.ca
Stade Olympique / Source: parcolympique.qc.ca

L’Impact a fait un pas de plus dans sa route vers la finale de la ligue des champions de la CONCACAF au Stade olympique mercredi dernier. À cette occasion le onze montréalais l’a remporté 2-0 contre Alajuelense, le club du Costa Rica.

Contrairement aux quarts de finale contre Pachuca, l’assistance a quelque peu diminué, passant d’environ 38 000 à 33 675. Pourtant, le match était un moment historique rarement vu à Montréal. Les chances que ça se reproduise sont minces.

Plus l’Impact avance, moins les gens passent les tourniquets. C’est le contraire pour les Canadiens où la ville devient hockey quand la sainte flanelle fait les séries. Quand est-ce que Montréal deviendra soccer?

Une ambiance à ne pas manquer!

Pourtant, ceux qui s’étaient déplacés ont grandement apprécié l’ambiance qui régnait dans notre bon vieux Stade Olympique.

Certains n’ont pas hésité à faire le voyage pour voir le bleu-blanc-noir en action dont Valérie Croteau et Sophie Rhéaume de Trois-Rivières :

« C’est notre première expérience. L’ambiance était excellente. On voulait voir c’était quoi, on est fier de notre équipe de Montréal! »

« Notre professeur de maths n’arrêtait pas de nous parler de soccer. Il est allé voir l’équipe il y a deux semaines (en ligue des champions contre le CF Pachuca). L’école a organisé un voyage pour venir à Montréal. »

Elles ont semblé surprise de voir autant de personnes réunies pour voir un match de soccer.

« Ça serait plaisant de le refaire. On était surprises de voir autant de Québécois embarquer parce qu’ici, c’est le hockey qui règne. »

Il n’y avait pas que des Québécois qui étaient présents; Andre Ocampo arborait fièrement sa veste de l’Argentine.

« Je prends pour l’Impact à 100 %, mais s’ils jouent contre une équipe de l’Argentine, c’est une autre affaire. »

Quelques-uns se sont procuré des billets pour le happening d’une demi-finale.

« C’est un match significatif, je veux pouvoir dire : « J’étais là » », explique Philippe de Villers.

« J’apprécie que ce soit des athlètes de très haut niveau, mais je trouve ça lent. Il n’y a pas beaucoup d’action si on compare au hockey qui est très rapide. Je trouve qu’au soccer tu restes sur ton appétit. »

Rien n’est encore assuré!

Pour ceux qui pensent que tout est joué parce que l’Impact a une avance de deux buts, détrompez-vous. La Ligue des champions de la CONCACAF n’est pas une mince affaire, surtout quand un club canadien (ou américain) se déplace en Amérique centrale.

Les territoires hostiles, la chaleur et les décisions parfois douteuses font de cette compétition un parcours truffé d’embuches.

La troupe de Frank Klopas devra être sur ses gardes lors de son voyage à Alajeula. Avec une avance de deux buts, le onze montréalais aura l’avantage de pouvoir se contenter d’une nulle de 0-0 ou 1-1 ou encore d’une défaite de 1-0.

Si le match se termine 2-0 pour Alajuelense, il y aura une prolongation, chose que l’Impact doit à tout prix éviter.

En collaboration avec Tristan D’Amours.

Plus d'archives

Ma passion pour les sports de combat!

Ma passion pour les sports de combat!

GABAO contre l’intimidation chez les jeunes!

GABAO contre l’intimidation chez les jeunes!

La Coupe du Monde à Montréal

La Coupe du Monde à Montréal

Populaires

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Et toi, t’as couché avec combien de gars dans ta vie?

Et toi, t’as couché avec combien de gars dans ta vie?

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles