All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Harold, Queenie et des lettres

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je me dois tout d’abord de remercier Denis, l’excellent libraire de la Librairie Paulines sur la rue Masson à Montréal, qui, malgré la demande des plus floues que je lui ai faite, a su me dénicher ce bijou qu’est La Lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry, de Rachel Joyce. Quand j’ai appris qu’il y avait une suite, j’ai tout de suite appelé pour qu’on me la réserve et je l’ai achetée le lendemain !

C’est donc par une virée impromptue à la librairie que mon aventure aux côtés d’Harold Fry et de Queenie Hennessy a commencé.

La Lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry

Je vous avertis tout de suite, j’ai pleuré ma vie quand j’ai refermé le roman. Mon chum comprenait rien; je braillais ben trop. Pas tant des larmes de tristesse, même si c’était quand même triste, mais plus de déception d’être arrivée au bout de ce périple au côté d’un personnage si attachant et d’une histoire si poignante.

giphyGiphy

Un mardi matin, Harold Fry, retraité depuis peu, reçoit une lettre d’une amie qu’il n’a pas vue depuis vingt ans, qui lui annonce qu’elle est atteinte d’un cancer et qu’elle n’en a plus pour longtemps.

(Oui, encore le cancer, je sais, mais là, c’est différent, promis juré!)

Ébranlé, il lui écrit une piètre lettre dont il n’est pas satisfait. En route vers la boîte aux lettres la plus proche, il décide finalement de marcher jusqu’à son amie Queenie au lieu de simplement lui poster sa lettre. Poussé par les regrets, par la certitude qu’il doit lui remettre cette lettre en mains propres et, surtout, convaincu par une caissière d’une station-service pleine de bonnes intentions, il est persuadé qu’elle vivra tant qu’il marchera.

Dans ce premier roman de Rachel Joyce, on suit donc le pèlerinage d’Harold Fry à travers l’Angleterre, qui durera 87 jours, sans équipement, ni carte, ni téléphone. Partageant sa vie avec son épouse Maureen, qui lui reproche presque de respirer, il croit avoir raté sa vie, n’ayant rien réussi de bien. La Lettre qui allait changer le destin d’Harold Fry raconte le périple d’un millier de kilomètres d’un homme plein de regrets, mais il s’agit aussi du voyage intérieur d’un personnage qui ne l’a pas eu facile – un père alcoolique et une mère absente, un mariage qui s’essouffle, sa relation difficile avec son fils, sa vie professionnelle insatisfaisante, l’alcool, son amitié rompue avec son amie et collègue Queenie – qui tente de trouver un sens et des réponses à toutes ses questions.

Ce roman est vraiment un coup de cœur que je n’arrive pas à me sortir de la tête. Un feel good book qui fait du bien, touchant et beau, simple et pourtant si profond.

Malgré tout, durant la lecture, on se demande parfois ce que cette Queenie peut avoir de si spécial pour qu’Harold Fry s’embarque dans une telle aventure alors qu’il ne l’a pas vue depuis vingt ans. Certaines questions nous viennent à l’esprit, mais pas de réponses. C’est là que le deuxième tome prend toute son importance.

La Lettre de Queenie

Cette suite, parue deux ans plus tard, est d’autant pertinente qu’elle est complémentaire à l’aventure d’Harold Fry. Pendant qu’il marche, on suit cette fois Queenie dans l’écriture laborieuse d’une deuxième lettre adressée à son vieil ami.

Depuis peu résidente du Centre de soins palliatifs St. Bernardine, lorsque Queenie apprend qu’Harold a entamé sa marche pour aller la retrouver, elle décide de lui raconter toute son histoire, sans mensonges. Parce que Queenie, elle lui en a cachées, des choses ! Cette lettre est la réponse à tous les éléments un peu flous contenus dans le précédent roman. Elle y raconte toute sa vie, depuis son enfance jusqu’à aujourd’hui. On découvre le rôle important qu’elle a joué dans la vie d’Harold, à son insu, ainsi que les raisons de son départ inopiné.

À travers l’écriture de la lettre, on suit la vie de Queenie à St. Bernardine, on rencontre les résidents colorés et attachants qui partagent son quotidien et, bien entendu, on suit l’évolution de sa maladie et de ce qui vient avec.

Avec La Lettre de Queenie, Rachel Joyce vient clore une aventure incroyable, celle de deux amis qui se sont éloignés dû à des circonstances déchirantes, mais qui se retrouvent, une dernière fois, dans une épopée remplie d’espoir et de beauté. (Comme je connaissais la fin, j’ai pas pleuré cette fois!)

Alors, curieux de faire la connaissance d’Harold et de Queenie ?

Plus de club de lecture

Démocratiser la poésie

Démocratiser la poésie

Josiane Ménard -
Ta dose de chick lit pour l’été

Ta dose de chick lit pour l’été

8 romans incontournables qui méritent une place dans ta bibliothèque

8 romans incontournables qui méritent une place dans ta bibliothèque

Gabrielle Delorme -

Populaires

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Marie-Pier Hamon -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Nerds -

Alexandra Nadeau-Gagnon

Auteure, rédactrice et réviseure. Alexandra aime lire, aller au ciné, boire du thé et flatter ses chats.