All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Voyager selon sa propre définition

Par Beatrice Solari – le dans Amitié, Voyager mieux
Ça fait maintenant trois semaines que je suis de retour au Québec. Ça fait trois semaines que j'ai décidé de mettre tous mes plans de voyage de côté. Contre toute attente, j'ai décidé de revenir chez moi, après seulement un mois de voyage alors que je partais initialement pour une demi-année. Ces trois semaines ont probablement été les plus difficiles de mon année sabbatique, car je ne me suis jamais autant remise en question. Quoi maintenant? Qu'est-ce que je fais?

Ça commencé quand j’ai pris la décision de partir six mois en Amérique du Sud avec mon meilleur ami. Jusque là, tout va bien, mais c’est à ce moment que le hard work commence. Tu travailles à temps plein, tu économises comme une folle, t’es presque rendue gratteuse parce que tu veux avoir assez d’argent en voyage. Tu lis plusieurs livres et blogues sur les pays que tu vas visiter et tu te prépares tranquillement pour le grand départ. Et puis, sans t’en rendre compte, t’es dans l’avion; tu pars pour vrai.

Tu mets les pieds dans le premier pays de la longue liste d’endroits que tu vas visiter et puis rien, nada! Tu ne trippes simplement pas. Tu te dis que c’est normal, que c’est le blues du départ de la maison, que ça va passer, mais ça ne passe pas. Le seul sentiment que t’as, c’est que tu dépenses ton argent durement gagné dans quelque chose que tu n’aimes pas. Et ça, c’est vraiment lourd. T’avais peut-être des attentes trop élevées, mais là t’es méga déçue. En gros, l’expérience est loin d’être comme tu l’imaginais.

Et là, après énormément de réflexion, tu décides de changer ton billet de retour du mois d’août pour maintenant. Tu veux revenir chez toi au plus vite, parce que tu n’es pas heureuse. Tu penses qu’enfin, tu vas être bien, mais sans le savoir, c’est un autre paquet de remises en question qui commence. Tu es déçue de toi-même, car tu n’es pas aussi aventurière que tu pensais l’être. Tu te demandes comment tu pourrais repartir ailleurs, différemment, car tu aimes encore beaucoup voyager malgré tout. Tu as encore en masse de temps et d’argent pour le faire, mais si ce n’était pas le bon moment? Si le timing n’était pas bon, et qu’après tout, t’avais envie de rester dans ton p’tit Québec pour l’instant?

Malheureusement, se décevoir soi-même c’est une chose, mais décevoir ton partner de voyage, ça en est une autre. Il doit continuer seul une aventure qui était sensée se faire à deux, et qu’on le veuille ou non, ça met une amitié à l’épreuve. Ensuite, tu dois faire face au monde. Quand tu croises des gens que tu connais, et que le fameux «Hein, t’étais pas partie toi?» doit se faire suivre d’une série d’explications du pourquoi du comment, c’est dérangeant. Comme si t’avais constamment besoin de te justifier, parce qu’un simple «j’aimais pas ça» ne suffit pas.

Toute cette expérience m’a amené à me poser plusieurs questions. Alors que les blogues et les plateformes de discussions de voyages, surtout de style nomade et simpliste gagnent en popularité, je me sens bombardée par tout ce que je peux y lire. Comme si la seule vraie et bonne façon d’être un «vrai» voyageur, c’était en ayant un backpack sur le dos, en dormant dans des endroits pas chers et en partant pour de longues durées. Pour certains, c’est la manière idéale, mais après avoir expérimentée plusieurs types de voyages différents, je sais maintenant que ce n’est peut-être pas pour moi, en tout cas pas pour l’instant.

Lorsque je voyage, je cherche à en connaître plus sur la culture du pays que je visite. Je cherche à manger comme les locaux, à en apprendre plus sur leurs coutumes et à prendre, même si ce n’est que pour un court instant, le même beat de vie qu’eux. J’ai réussi à vivre cela autant lorsque j’ai habité dans une famille au Nicaragua, que lorsque je suis allée vivre en appart au Sri Lanka ou quand je suis allée dix jours en Italie. Je pense qu’il faut s’enlever de la tête que pour vraiment tripper en voyage, il faut absolument se mettre à l’épreuve et que ça soit fait d’une manière préétablie. L’important, c’est de trouver la façon qui nous convient, de grandir à travers cela et de voyager pour vivre le maximum d’émotions. Valise ou sac à dos, chambre privée ou dortoir, dix jours ou dix mois.

Je vous invite donc à vous aussi, trouvez LA manière de voyager qui vous fait tripper, parce que peu importe ce qui se dit, il n’y aura jamais de bonne ou de mauvaise façon!

Vidéo récente
- Amitié

Les plus belles citations qui existent pour célébrer l'amitié

Plus d'amitié

À l’aube de mon premier conventum du secondaire

À l’aube de mon premier conventum du secondaire

Les plus belles citations d’amitié à envoyer à ta BFF

Les plus belles citations d’amitié à envoyer à ta BFF

Marie-Pier Hamon -
10 idées d’activités le fun à faire avec tes amies sans te ruiner

10 idées d’activités le fun à faire avec tes amies sans te ruiner

Marie-Pier Hamon -

Populaires

Les meilleurs restaurants de Québec où passer un bon moment entre amis

Les meilleurs restaurants de Québec où passer un bon moment entre amis

Nerds -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Marie-Pier Hamon -