All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Changer de programme : oui ça se peut !

Par Marie-Joëlle Pratte – le dans Bien-être, Psycho, Vie étudiante
Assis semi-confortablement sur ta chaise en plastique, les yeux rivés sur ton écran, tu retapes machinalement mot à mot jusqu’à la moindre virgule le jargon de ton prof qui est parti sur une lancée depuis les 120 dernières minutes. Pourtant, ton esprit est ailleurs. Il n’y a aucune fenêtre dans le local pour t’influencer à rêvasser, mais tes pensées sont tout de même à des années-lumière de cette salle de classe. Ce n’est pas la première fois que ça t’arrive. Tu te demandes simplement, encore une fois : qu’est-ce que je fais ici? Est-ce que je suis à la bonne place? Est-ce que c’est vraiment le bon programme pour moi? Outre ces 3 questions, je te propose une liste non exhaustive afin de te permettre de prendre la décision la plus appropriée dans ton cas.

Qu’est-ce qui te pousse à vouloir partir?

Premièrement, avant d’y répondre, tu dois t’assurer que tu as reçu toutes les informations pertinentes concernant ton programme actuel. Tu ne peux pas prendre une décision éclairée si tu n’as pas d’abord enquêté auprès des bonnes ressources. Si possible, consulte le directeur de programme, des finissants, la page web de ta faculté et les statistiques s’y rattachant. Renseigne-toi sur le taux de placement après les études et les perspectives de carrière se rapportant à ton diplôme, les cours prévus à l’horaire pour les prochaines sessions et leurs descriptions. Avant de déterminer si tu n’as simplement plus d’intérêt pour ton programme, tu dois aussi cibler concrètement ce qui ne te convient pas dans ton champ d’études, afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs dans tes prochains choix.

Est-ce que c’est juste une phase?

Tu dois également te demander si ton désir de changement est dû à un événement en particulier, une situation externe, ou tout bonnement à une écoeurantite aiguë de ta routine. C’est particulièrement pertinent de te poser cette question si tu as vécu un deuil, une grosse peine d’amour, un résultat décevant ou l’échec d’un cours récemment. Tu dois t’assurer que tu veux partir pour les bonnes raisons et non pas à cause d’un simple événement isolé.

Qu’est-ce qui t’a amené dans ce programme?

C’est peut-être la sécurité financière, la renommée ou la stabilité associée au type d’emploi que tu peux décrocher avec l’obtention de ce diplôme. À l’inverse, c’est peut-être ta soif d’apprendre, l’aspect créatif, tes intérêts généraux ou personnels. Bref, tu dois te demander ce que tu recherchais quand tu t’es inscrit dans cette faculté et ce que tu veux vraiment, maintenant.

Est-ce que ce sera vraiment mieux ailleurs?

Tout dépend de ce que tu recherches dans ton nouveau programme, mais encore là, c’est méga important d’interroger des gens sur leurs expériences, de visiter les lieux et, surtout, d’amasser le maximum d’informations afin d’avoir un portrait clair de ce qui t’attend. Est-ce que tu as un plan B, C, D (peu importe le nom qu’on lui donne)? Ça n’a pas besoin d’être une ligne du temps super élaborée et remplie d’annotations, mais au moins de te donner une bonne idée de ce que tu recherches.

Est-ce que ce programme correspond vraiment à tes projets d’avenir, tes rêves et tes valeurs?

Ça revient pas mal à te demander : qu’est-ce que tu veux, maintenant? Qu’est-ce qui te fait triper? Est-ce que tu peux t’imaginer vivre de ce métier pendant une longue période? Est-ce que tu crois que cela te permettra de t’accomplir pleinement en tant que personne? C’est normal qu’en cours de route tes rêves et tes idéaux aient changé, mais vérifie que tes nouveaux besoins pourront être comblés si tu pars et que les irritants majeurs ne te suivront pas.

Est-ce que tu te couches heureux le soir?

Te sens-tu fier de ce que tu accomplis? Es-tu satisfait de toi-même et de la direction que tu prends, que ce soit au point de vue professionnel, personnel et moral? Si la réponse est négative, c’est peut-être vraiment le temps de prendre les choses en main et de procéder à quelques changements.

Contrairement à ce que beaucoup de gens croient, se remettre en question, ce n’est pas un signe de faiblesse ou de découragement, c’est plutôt le contraire. Avoir la volonté et le courage de se questionner sur ses perspectives d’avenir, opter pour quelque chose de différent malgré l’opinion des autres et bifurquer du plan initial, ça demande beaucoup de cran et d’audace. Tu la mérites ta petite tape dans le dos, alors prend-la. Il n’est jamais trop tard pour se choisir et adapter ses plans à la nouvelle version de soi-même, celle qui a des aspirations et des rêves différents.

Vidéo récente
- Bien-être

- Comment Savoir Si Ton Corps Subit Les Effets De L’anxiété ?

Plus de bien-être

5 trucs pour te faire un budget comme un.e vrai.e adulte responsable

5 trucs pour te faire un budget comme un.e vrai.e adulte responsable

Alexandra Nadeau-Gagnon -
Le sexe écolo, pour avoir du plaisir sans polluer la planète

Le sexe écolo, pour avoir du plaisir sans polluer la planète

Alexandra Nadeau-Gagnon -
10 livres pour démystifier la sexualité humaine dans toute sa splendeur

10 livres pour démystifier la sexualité humaine dans toute sa splendeur

Marilou LeBel Dupuis -

Populaires

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

Kim Bélisle -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Ça se recolle-tu, l’amour?

Ça se recolle-tu, l’amour?

Mélissa Lavoie -