All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Le petit guide pour mieux comprendre les films – Le bien et le mal, ça veut dire quoi? (3)

Par Hugo Cournoyer – le dans Divertissement
La plus grande qualité d’un cinéphile, c’est la curiosité. Elle l’oblige à ne rien prendre pour acquis, à chercher à être surpris, à sortir de sa zone de confort. Si tu es comme ça, mais que le cinéma, pour toi, ce n’est encore qu’un simple divertissement, tu vas capoter sur cette série spéciale cinéma.

Le petit guide pour mieux comprendre les films – Le bien et le mal, ça veut dire quoi? (3)

Et aujourd’hui, tu vas être emballé. Car aujourd’hui, on parle de morale.

J’ai déjà discuté du modèle classique de narration au cinéma ici. Si tu te rappelles bien, il implique une dualité entre deux forces. On va d’ailleurs souvent réduire ces forces au bien et au mal. La morale. Je vais dire une banalité, mais il faut bien comprendre qu’un film n’est pas obligé de faire le portrait d’un héros qui vainc le mal. En fait, le protagoniste n’est pas obligé de combattre quoi que ce soit. Le mal peut gagner. Le bien peut juste se foutre de tout. Il peut n’y avoir ni bien ni mal. On n’est pas obligé de représenter une dualité. On peut représenter un trio : le bleu, le blanc, le rouge. On peut représenter un quatuor : l’eau, le feu, le vent et la terre. Peu importe. Il n’y a pas de règles au cinéma. Seulement des codes.

Malheureusement, on vit dans une société où on cherche trop souvent le coupable et la victime, où pour rassurer notre égo et simplifier le portrait global de nos vies et de la société, on va classer les choses en deux catégories. Le bon et le mauvais. Et cela inclut le cinéma.

Si tu es curieux, tu devrais toutefois rechercher dans ton cinéma une part de complexité, pour vaincre cette simplicité qui est, à mon humble avis, disgracieuse, voire dangereuse. Plus une idée est véhiculée dans nos médias, et particulièrement au cinéma ­- puisqu’il est présenté comme une fiction, et donc comme quelque chose d’inoffensif et de divertissant – plus elle fait partie de notre culture quotidienne. Il faut bien comprendre que le cinéma est un outil de communication très puissant. Il peut transformer une idéologie en une évidence, et donc, en une vérité. Exemple : la méchanceté est intrinsèque et absolue.

Cependant, tu devrais être beaucoup plus intéressé par un film faisant un portrait objectif et complexe d’un pédophile, d’un gangster ou d’un nazi, que celui du sempiternel héros américain qui ne doute que de sa capacité à vaincre le mal – ce mal qui possède comme plus forte qualité une inflexibilité inconditionnelle. Ce mal qui veut tuer les humains. Ce mal qui veut faire exploser la planète. Celui qui veut voler 10 milliards de dollars. Celui qui veut être le maître du monde. Pourquoi? On ne le sait pas. Comment en est-il arrivé là? On ne le sait pas plus. Après tout, est-ce si important? Un méchant, c’t’un méchant. Un assassin, c’t’un méchant. Un violeur, c’t’un méchant. Un pédophile, c’t’un méchant. Un dictateur, c’t’un méchant… Vous voyez ce que je veux dire? Il n’est pas si difficile d’aller rapidement dans la facilité. Vite de même… : un musulman, c’t’un méchant… Genre.

Te rappelles-tu quand le film La Chute (orig. Der Untergang) est sorti? J’avais lu de nombreuses critiques tirées à boulets rouges sur le film, le condamnant de faire un portrait «trop humain» d’Hitler… Alors qu’il faut bien se rappeler d’une chose, c’est qu’au contraire, il avait tout d’un humain.

Alors la prochaine fois que tu regardes un film, pense à ça. Et espère que le héros meurt après 20 minutes. Ça va rendre ça bien plus intéressant.

Pour la deuxième partie, c’est par ici, petit chat.

Continuez votre lecture

Le cinéma, qu’ossa donne? Le petit guide pour mieux comprendre les films. Partie 1

Le cinéma, qu’ossa donne? Le petit guide pour mieux comprendre les films. Partie 1

Hugo Cournoyer -
Le cinéma, qu’ossa donne? Le petit guide pour mieux comprendre les films. (2)

Le cinéma, qu’ossa donne? Le petit guide pour mieux comprendre les films. (2)

Hugo Cournoyer -
Novembre : les films à voir absolument

Novembre : les films à voir absolument

Nerds -
Dossier cinéma : Le film manquait d’action, ouin pis?

Dossier cinéma : Le film manquait d’action, ouin pis?

Hugo Cournoyer -
Le cinéma québécois a-t-il su se renouveler?

Le cinéma québécois a-t-il su se renouveler?

Audrey X -
Ces remakes qui nous font oublier les films originaux

Ces remakes qui nous font oublier les films originaux

Marie-Audrey Perron -
Bromance: un film de Florence Pelletier

Bromance: un film de Florence Pelletier

Nerds -
Les Nouveaux héros, le pari réussi de Disney?

Les Nouveaux héros, le pari réussi de Disney?

Nerds -
Les films que tu dois absolument voir en 2017

Les films que tu dois absolument voir en 2017

Hugo Cournoyer -
TOP 3 du Festival de Cinéma de la Ville de Québec

TOP 3 du Festival de Cinéma de la Ville de Québec

Nerds -
Bons films abordables au Festival de Cinéma de la Ville de Québec

Bons films abordables au Festival de Cinéma de la Ville de Québec

Nerds -
«Le Mirage», une fuite vers l’avant

«Le Mirage», une fuite vers l’avant

Nerds -
Ça veut dire quoi pour vrai, être introverti ?

Ça veut dire quoi pour vrai, être introverti ?

Noémie Ferland -
Je me suis forcée à rien dire de méchant pendant 40 jours

Je me suis forcée à rien dire de méchant pendant 40 jours

Émilie Tourangeau -
La Grande Soirée Horreur du Festival SPASM: du gros « fonne noir »

La Grande Soirée Horreur du Festival SPASM: du gros « fonne noir »

Nerds -