All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Mon été de québécoise en colo française: sortir de sa zone de confort

Par Amélie Desmarais – le dans Divertissement

Je n’ai jamais mis les pieds dans un camp de jour et je déteste l’animation. Je ne suis pas la fille qui aime le plein air à tout casser non plus et les hébergements sont majoritairement des campings. Mais, mais… Je me suis embarquée dans une aventure hors de l’ordinaire en sautant les deux pieds dans le vide. 

image1

Retour sur les événements

Embauchée en mars, j’ai seulement connu ma destination à la fin avril. Je partais sur la côte ouest des États-Unis avec deux différents groupes de colonies de Français.

Un peu plus tard, j’ai reçu mon billet d’avion et les informations relatives à mes groupes. J’allais passer tout mon mois de juillet et d’août aux États-Unis.

Le 11 juillet, je monte dans l’avion à Montréal. Visiblement nerveuse :  » qu’est-ce qui m’a pris de m’embarquer là-dedans?  ». Je récupère mon premier groupe le soir même à San Francisco. On a un itinéraire serré. On fait une boucle de San Francisco à San Francisco en 20 jours en passant par les parcs nationaux et les grandes villes de Los Angeles et Las Vegas.

Aujourd’hui

Une semaine s’est écoulée depuis le début de mon premier séjour. Je peux vous garantir que mes craintes n’étaient pas fondées. Je disais détester l’animation, mais le fait que je sois la seule québécoise parmi un groupe de Français est une animation en soi (note: il faut un bon sens de l’autodérision!). Le plaisir que j’ai avec les jeunes à lâcher des Câlice et des Tabarnack. Ils me parlent aussi souvent de l’artiste musical Caribou, je crois que ça les captive grave.

En ce qui concerne le plein air, je crois que je m’étais bien préparée sur cet aspect-là. Il y avait quelques randos à faire notamment dans le Grand Canyon… On s’entend que même si on n’aime pas particulièrement le plein air, faire une randonné dans la Grand Canyon ou dans le parc Yosémite, y’a pas grand monde qui va s’en plaindre! J’avais aussi peur de ne pas me mélanger au groupe, de ne pas être incluse. À ce niveau-là, les jeunes me font triper. Ils sont allumés, ils posent plein de questions et ils sont tous différents, ça apporte un vent de fraîcheur. C’est gratifiant aussi de savoir qu’on joue un rôle dans leur apprentissage sur la culture nord-américaine.

image2

Au final

Il me reste encore 11 jours avec mon premier groupe. Il nous reste Bryce Canyon, Las Vegas, la Vallée de la Mort, le parc Yosémite et San Francisco à visiter. Je crois que les au revoir seront pénibles… Mais je ne focus pas là-dessus tout de suite. Y’a trop de belles choses qui s’en viennent. Je vous laisse en espérant que ça vous donne envie d’embarquer dans une aventure semblable!

Vidéo récente
- Divertissement

10 films d'ado culte à écouter encore et encore !

Plus de divertissement

5 randonnées accessibles en transport en commun à Montréal

5 randonnées accessibles en transport en commun à Montréal

5 endroits queers où faire de belles rencontres à Montréal

5 endroits queers où faire de belles rencontres à Montréal

Netflix Canada: nouveautés disponibles en septembre 2019

Netflix Canada: nouveautés disponibles en septembre 2019

Populaires

Tout abandonner pour réaliser ses rêves en Gaspésie

Tout abandonner pour réaliser ses rêves en Gaspésie

Julien Benca -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
10 signes que c’est terminé

10 signes que c’est terminé

Valerie Landry -

Amélie Desmarais

Vagabonde dans l’âme, mais relationniste dans la vrai vie, Amélie sait porter plusieurs chapeaux. Elle aime les voyages, la cuisine et le vélo!