À la recherche d’un équilibre de vie

Déconnectée de la technologie et de toutes tentations de dépenser le moindre sou, j’expérimente depuis quelques semaines un mode de vie plus près de mes valeurs. Encerclée par l’immensité des montagnes et l’énergie mystique de l’Ouest canadien, je vis au rythme d’une foulée de rencontres marquantes, lesquelles m’inspirent à découvrir une façon de mieux vivre. Sous forme d’une quête personnelle, je tente éperdument de définir quelles sont mes valeurs, puis par quelles façons j’aimerais bâtir ma vie pour me sentir sereine et épanouie.

Voici donc quelques constatations réalisées en tant que nomade curieuse et intéressée à découvrir SON équilibre de vie.

 

 

S’ouvrir à d’autres visions pour mieux se retrouver

Depuis le début de mon périple, je ressens le besoin de m’ouvrir à de nouvelles idées, à d’autres modes de vie intrigants. Loin de mes repères habituels et ma tête débordante de questionnements, j’écoute le parcours des autres voyageurs avec une attention aiguisée. Je suis tout simplement en admiration devant ces gens qui suivent leurs convictions et qui façonnent leur existence dans le but de trouver un équilibre avec eux-mêmes et tout ce qui les entoure.

Parfois, c’est aussi normal de se mélanger à travers tous ces modes de vie: les nomades, les végétariens et les végétaliens, ou bien ces personnes qui poursuivent une quête spirituelle. La nouveauté surprend toujours, mais c’est grâce à elle que nous élargissons nos perspectives. Tu sais, en partant de chez moi, j’ai délaissé tous mes préjugés et mes idées préconçues pour justement m’ouvrir à toutes ces différences qui forgent notre monde. De cette façon, toutes mes rencontres m’ont permis de mieux réfléchir sur la façon dont j’ai envie de vivre ma vie.

 

 

Loin de l’hyperconsommation, j’ai compris

Au-delà de mon ouverture aux autres, j’apprivoise doucement la culture du minimaliste. Entre autres, le sac que je trimbale rassemble tout ce que j’ai besoin pour vivre, rien de plus. Seulement 65 litres suffisent pour m’accompagner à travers mes aventures. Pour certains, cela peut sembler invraisemblable, mais dans mon cas, je trouve cela plutôt rassurant. Chaque objet occupe une fonction bien précise; et chaque vêtement a été soigneusement choisi. Je réalise que je ne suis pas dépendante aux matériels et qu’au contraire, je n’ai nullement besoin d’une tonne d’objets superflus pour être heureuse.

En plus, en m’éloignant des distractions que l’on retrouve sur Internet ou dans les magasins, c’est comme si mon esprit se tournait davantage vers la simplicité. J’apprécie chaque petite attention, chacune des étincelles de la vie. J’avance plus légère, puisque je ne cherche plus à satisfaire les normes imposées par notre société. Mes actions sont pensées dans le but de me respecter, d’être en équilibre avec la personne que je suis.

 

Un véritable coup de foudre pour l’esprit de communauté

En voyageant, je me suis aussi liée d’amitié avec des gens extraordinaires. Ils m’ont démontrée que l’entraide et la générosité améliorent nos contacts humains, tout en nous rendant plus indépendants, plus débrouillards et plus forts. Une petite communauté peut se créer sans difficulté, à tout endroit sur la Terre. Même si, au premier abord, nous sommes tous de purs inconnus, une énergie relie tous les êtres humains. Il suffit de libérer cette petite vibration rassembleuse, qui est souvent enfouie sous notre carapace.

De ce fait, j’ai envie de lancer un appel à notre société: cessons de répandre cette tendance individualiste qui devient une norme absurde. Nous avons tous besoin de l’aide des autres. C’est ensemble que l’on pourra bâtir un monde meilleur, un endroit où tout un chacun se respectera et grandira dans un univers sain.

 

 

Reconnecter avec la nature qui nous entoure

Par ailleurs, lorsque j’étais emprisonnée au milieu du béton et d’un ramassis de gratte-ciels, j’avais l’impression de perdre contact avec la source première de la vie: notre environnement. Quand on y pense, plusieurs personnes s’enferment dans leur routine et ne prennent plus la peine de passer du temps près d’un lac ou d’une forêt. Pourtant, l’énergie de la nature apporte un apaisement instantané, une sorte de réconfort qui se transforme en un souffle nouveau.

C’est en déplaçant ma tente d’un endroit à l’autre que j’ai réalisé la beauté de notre monde. Chaque parcelle de notre planète est unique, d’où la nécessité qu’elle soit traitée à sa juste valeur. Mes quelques semaines de voyage m’ont ainsi fait réaliser l’importance d’être reconnaissant envers la nature et tout ce qu’elle peut nous apporter.

 

Un équilibre défini, mais toujours en apprentissage

Finalement, je remarque déjà un progrès à travers mon cheminement qui me fait un bien fou. Loin de toutes tentations technologiques et d’envie de consommer abusivement, je peux désormais me recentrer sur moi-même. Mes qualités, mes forces et mes défauts sont bien étalés devant moi. Je tente maintenant d’améliorer ma personne. Certes, je crois que c’est le travail d’une vie, mais cela ne me dérange pas : je suis persuadée que le résultat en voudra la peine.

C’est pourquoi je t’invite également à prendre le temps d’explorer les mille et une possibilités de notre monde. Il suffit simplement que tu sortes de ta zone de confort afin de t’ouvrir à des apprentissages qui te seront précieux toute ta vie.

 

Pour trouver ton équilibre, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires