All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Quand la normalité devient l’objectif à atteindre

Par Shanna Sarrazin-Laverdure – le dans Opinion, Psycho, Société
La comparaison avec les autres, ça doit être le meilleur talent d’une bonne partie d’entre nous. C’est naturel, si facile à faire et acquis depuis notre plus jeune âge! Pourquoi se comparer? Pour augmenter son estime, pour s’assurer qu’on est normal, pour s’enrichir, pour se tenir à jour...

Dès notre naissance, on nous compare aux autres enfants. Il y a des standards à respecter pour demeurer dans la normalité. Normalement, un enfant commence à parler à un an, si ton enfant a deux ans et qu’il ne parle pas, ce n’est pas normal… Et tous les parents à qui tu parleras te le feront remarquer. Il en est de même pour toutes les étapes par lesquelles doivent passer les enfants: manger, ramper, marcher, etc. À ce moment-là, tu n’en as pas encore conscience, ce sont surtout tes parents qui encaissent les commentaires.

Pour toi, ça commence plutôt dans le milieu scolaire. Pour évaluer ta performance, la note que tu as obtenue ne suffit pas. On veut connaître la moyenne de la classe. C’est à partir de ça qu’on détermine si tu as bien réussi ou si tu as échoué. Si tu te situes dans la moyenne, tu es normal!

We Heart It

Et ça continue tout au long de ton enfance et de ton adolescence. Certaines normes sont établies socialement, et il peut être mal vu ou du moins, surprenant, de ne pas les respecter.

En moyenne, les jeunes passent leur permis de conduire à 16 ou 17 ans. Et si tu n’as aucun désir de le faire pour le moment, on te convaincra que c’est une mauvaise décision, que tu devrais le faire tout de suite. En général, le parcours scolaire s’inscrit comme suit: secondaire, cégep, université. Et si tu désires prendre une année sabbatique entre le cégep et l’université, attention, ça pourrait être mal vu. Normalement, les femmes désirent avoir des enfants. Et si tu as le malheur de ne pas en vouloir, on te contredira. On te dira que tu n’as rien compris et que ton horloge biologique va se déclencher à un moment ou à un autre.

Et ainsi de suite, dans toutes les sphères de nos vies.

Être normal

L’objectif dans la vie est quasiment d’être considéré comme «normal», faisant partie de la norme. Pourquoi? Parce qu’on met généralement de côté ceux qui n’en font pas partie ou, du moins, on les juge sur leurs idées ou comportements. À mon avis, la culture à travers les films, les séries ou les livres n’aide pas vraiment cette situation. En général, les mêmes profils de personnages sont présentés (les plus courants) et d’autres sont occultés, creusant le trou entre ce qui est perçu comme normal ou anormal.

Mais rationnellement, ça serait quoi la normalité? Existe-t-il une normalité? Sinon que de vivre chacun à notre manière, de la façon qu’on le veut et selon nos intérêts? Tout le monde est unique, a des besoins et des intérêts différents et c’est ça qui est intéressant. Pourquoi tenter de rendre tout le monde identique, pourquoi inciter les gens à tous suivre le même parcours?

Vidéo récente
- Opinion

Supprimer ton ex de Facebook: les pour et les contre

Plus d'opinion

Je pense que le témoignage de Donald Duguay peut changer la société

Je pense que le témoignage de Donald Duguay peut changer la société

Marie-Pier Hamon -
Être une grosse râtée.

Être une grosse râtée.

Ève Landry -
World Press Photo, une année particulière sous la lentille

World Press Photo, une année particulière sous la lentille

Émilie Bossé -

Populaires

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

Kim Bélisle -
L’histoire des pas amoureux

L’histoire des pas amoureux

Stephanie Bureau -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -