B-SIDE, le magazine du mouvement plein air

À l’ère du numérique, le magazine B-SIDE défie les conventions avec plus de 100 pages de contenu papier.

Le projet B-SIDE a vu le jour lorsque l’entreprise québécoise Abitibi&co, dont la passion se résume à l’amour de la nature, s’est rendu compte que les magazines de plein air ne courraient pas les présentoirs. Le magazine s’adresse à tous les amoureux de l’aventure, à ceux qui veulent en découvrir plus sur le mode de vie et sur la consommation d’un mordu de nature.

 

beside_issue01-cover-open1Infopresse.com

Abitibi&co voulait rendre un produit riche d’images et de textes, rédigés par des spécialistes venant de partout en Amérique du Nord. La plupart sont des journalistes ou des photographes, les autres sont des passionnés d’aventure qui ont une belle plume, dont les road trips ont ensuite été rapportés sur papier.

La distribution du magazine ne se limite pas seulement au Québec, mais à toute l’Amérique du Nord. Jean-Daniel Petit, fondateur de B-Side, dit que «puisque notre contenu prône le respect de l’environnement, il était essentiel que notre méthode de distribution contribue également à réduire notre impact environnemental». Ils ont ainsi interrompu certains partenariats avec les compagnies de distribution qui leur faisait perdre 70% des publications.

Afin de résoudre le problème de distribution, l’équipe a développé un réseau de distribution local. Du 4 novembre au 4 décembre, ils partiront en road trip, à la rencontre de leur communauté. Ça leur permettra aussi de développer un réseau indépendant qui leur fournira de petits financements. Et puis pourquoi pas, de nombreuses histoires pour nourrir les médias sociaux.

Le gros défi ici, c’est l’offre du numérique. Pour Abitibi&co, le concept est d’aider les gens à se rapprocher de la nature, à se reconnecter avec elle. Comment concurrencer les produits numériques? Catherine Méteyer, rédactrice en chef chez B-side, croit fermement en l’imprimé. Un magazine papier, tu peux l’apporter en camping comme dans un café, en ville comme à la campagne.

Avec un produit biannuel, les mordus de l’aventure, de la nature et du plein air devraient trouver tout ce qu’il leur faut. Le magazine est intemporel, un peu comme un livre, et offre toutes sortes de sujets au consommateur, comme différentes façons de faire un nœud, de pêcher, il raconte aussi des récits personnels et rapporte même des photos d’instagrammeurs.

 

untitledinfopresse.com

Le magazine s’offrira au coût de 18,50 dollars canadiens. C’est un prix plus que raisonnable, surtout pour un volume d’une telle envergure. Mais ce n’est pas tout. Un dollar par magazine vendu sera remis à une œuvre de charité. L’œuvre en question changera à chaque numéro, choisi selon l’angle que prendra le magazine. Pour le premier numéro, B-side se concentre sur ce qui nourrit notre lien à la nature et pourquoi c’est si vital. C’est donc à Outdoor Nation que l’argent ira. Outdoor Nation encourage les jeunes à sortir dehors et à faire des activités physiques.

B-side, le magazine d’un mouvement.

 

 

Commentaires