All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Jean-Sébastien Girard; la « sympatoche » genèse

Par Félix Bernier – le dans Divertissement
jsFélix Bernier

Ces jours-ci, de plus en plus de personnes font la découverte de Jean-Sébastien Girard, ce joyeux collaborateur des plus éclectiques à diverses émissions de télévision et de radio. Bien qu’il a été révélé au grand public avec (l’extraordinaire) émission de radio La Soirée est (encore) jeune à l’antenne d’Ici Radio-Canada Première, on le reconnait aussi pour ses participations à C’est juste de la TV, Entrée principale ou plus récemment, Les Échangistes.

D’ailleurs, il est depuis tout récemment un auréolé du Gala des Oliviers, pour sa participation à l’émission de La Soirée. Comme quoi sa marche triomphale ne s’arrête pas!

Pour ma part, sa folie, son audace et sa créativité (sans compter ses références culturelles des plus obscures) ont fait qu’il fut rapidement une de mes personnalités publiques pref, et ce depuis son arrivée avec l’équipe de La Soirée en 2012.

Mais j’étais curieux. D’où arrive ce personnage des plus originaux?

J’ai donc décidé de prendre le taureau par les cornes et d’aller rencontrer face à face le principal intéressé au bénéfice de millions de lecteurs (!), et ce, au risque de recevoir quelques bonnes bitcheries (ben non! Il est fin comme tout dans la vie).

Le théâtre (ou pas)

Au début, Monsieur Girard ne se voyait pas collaborateur à diverses émissions de radio ou de télé. Il s’imaginait sur les planches, d’où ses études au Baccalauréat de Théâtre à l’UQAM à la fin des années 1990.

Toutefois, rien n’allait comme prévu.

« Ma dernière année était particulièrement souffrante. Après trente représentations de la pièce de théâtre de fin d’année de mon groupe, lorsqu’on a su qu’on avait une semaine de supplémentaire, tout le monde s’est mis à applaudir… sauf moi! C’est là que j’ai compris que ce n’était pas ce que je voulais faire. »

Nous sommes en 1999. Maintenant que le théâtre n’était pas ce qu’il voulait faire de sa vie, qu’allait-il faire?

C’est un coup de fil à une productrice de « la grande tour » qui allait changer la donne.

« J’écoutais dans le temps une émission à la radio de Radio-Canada, Jamais sans mon livre, que j’aimais beaucoup. J’ai appelé la productrice de l’émission pour lui dire que j’aimerais être recherchiste à son émission, même si je ne savais même pas en quoi ça consistait. J’aimais l’émission, ça rejoignait ma génération, ça m’emballait. Alors on s’est rencontré à la cafétéria de Radio-Canada. »

Bien que la rencontre fut infructueuse pour décrocher un poste de recherchiste à cette émission précise, l’ancien étudiant en théâtre a été remarqué. Diverses émissions ont donc fait appel à ses services comme recherchiste et parfois comme chroniqueur, notamment auprès du renommé Michel Desautels.

Il continue donc à amener ses chroniques bien sérieuses sur le monde de la consommation: « pour m’amener une crédibilité qu’on dirait que j’avais besoin d’avoir » dit-il. Pour finalement diverger vers un certain M.Truc…

La radio…et autres « trucs »

Une dizaine d’années après son arrivée dans la grande tour, Dominique Poirier de L’après-midi porte conseil remarque la personnalité déjantée de son collègue recherchiste et l’incite à la mettre de l’avant. C’est ainsi que naquit le personnage renommé de Monsieur Truc.

Ce M.Truc était un personnage irrévérencieux qui avait toujours un truc ou deux à donner aux auditeurs qui ressemblaient à de bons vieux trucs de grand-mère. L’identité de l’interprète n’était pas dévoilée, mais son personnage a connu une certaine popularité, dont un groupe Facebook!

C’était la première éclosion de la folie de Jean-Sébastien derrière un micro. C’était beaucoup de plaisir pour lui, et le personnage allait lui ouvrir des portes.

Le début de sa « vie de star »

À l’été 2012, l’émission La Soirée est (encore) jeune prend forme.

Son éventuelle réalisatrice, Marie-Claude Beaucage, souhaitait avoir Jean-Sébastien dans son équipe en tant que « reporter tout-terrain », et ce, avec un ton irrévérencieux, un peu dans l’esprit de M.Truc.

Mais le début ne fut pas de tout repos: lors de l’émission pilote, on a envoyé feu M. Truc dans la rue, dans le cadre de la Journée mondiale de l’amitié, pour se faire des amis…

« L’équipe a trouvé que l’émission pilote était chouette, moi j’ai trouvé que ce que j’ai fait était catastrophique! »

Alors qu’il était prêt à quitter, parce qu’il ne se sentait pas à l’aise dans ce type de format… il a constaté que le reste de l’équipe aimait!

Après des débuts relativement… tranquilles (un vox pop dans un Dairy Queen pour souligner la journée mondiale de la Crème glacée en interviewant les gens sur leurs saveurs favorites…), Jean-Sébastien s’est lancé dans des interventions radiophoniques qui ont littéralement fait sursauter tout un public le vendredi soir tant par leur nouveauté que leur irrévérence.

Des situations des plus inusitées étaient alors présentées:

l’ouverture d’un camion de bouffe de rue avec Sœur Angèle;

plusieurs rencontres « par hasard » avec Gabriel Nadeau-Dubois (dont une belle réunion avec Arielle Grenier, son ex-adversaire des Carrés Verts pendant le printemps 2012);

la visite d’un centre d’esthétisme avec Manon Massé (!!);

une visite dans une clinique pour souligner la campagne de Movember afin de se soumettre à un examen de la prostate avec Michelle Blanc (!!!)

Les limites étaient souvent frôlées. Les auditeurs ne pouvaient souvent pas croire ce qu’ils venaient d’entendre, étant donné la liberté de ton que Jean-Sébastien pouvait prendre avec ses invités. Mais comment départager l’audace de la méchanceté?

« C’était le gros défi. Avant chaque intervention, je parlais beaucoup à mes invités de manière très respectueuse pour qu’ils voient le clash entre moi et le personnage que j’interprétais. Pour les politiciens, par exemple, je leur parlais beaucoup de politique pour qu’ils sachent que je ne suis pas réellement un abruti. Je leur livrais les grands axes de ce que j’allais aborder, notamment par Internet avant le jour de l’entrevue. »

D’ailleurs, ces invités pouvaient en recevoir un grand bénéfice: « les gens qui participaient à mes capsules comprenaient que d’être bon joueur peut s’avérer payant, on les considère cool de l’avoir fait. »

Maintenant

Depuis, Jean-Sébastien Girard est passé au plateau avec ses trois autres comparses pour la nouvelle mouture de La Soirée est (encore) jeune, qui se déroule lors des 5@7 de la fin de semaine. Il y jase, il y cuisine, il parle d’hommes ronds et y traite de références culturelles des plus lointaines.

Les années passent, et Jean-Sébastien raffole toujours d’y collaborer: « nous avons une grande liberté. On peut essayer plein de choses, il y a une liberté vraiment trippante. »

Ce qui est inspirant avec le parcours de Jean-Sébastien, c’est qu’il n’était en rien tracé, mais qu’il a seulement suivi ses intérêts en restant lui-même et en assumant sa créativité et sa folie.

Bref, Jean-Sébastien, pour ce parcours tout étoilé, nous te disons « CHAPEAU » !

Vidéo récente
- Divertissement

Retrouve ta motivation et ton énergie grâce à ces 15 films

Plus de divertissement

7 activités fun pour une journée parfaite entre filles

7 activités fun pour une journée parfaite entre filles

Nerds -
5 lectures érotiques pour booster ta libido

5 lectures érotiques pour booster ta libido

5 jeux de société pour une fun soirée entre amis

5 jeux de société pour une fun soirée entre amis

Nerds -

Populaires

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Marie-Pier Hamon -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Nerds -