All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Le mal du siècle : la drogue des séries télé

Par Nerds – le dans Divertissement, Santé

Es-tu en deuil à chaque fois qu’un personnage de Games of Thrones meurt? As-tu éprouvé un sentiment de perte à la fin de Dr House? Autrement dit, es-tu addicted aux séries télé? Ce phénomène de dépendance massive parvient à régner dans notre société si pressée. Les téléspectateurs sont fidélisés à leurs héros pendant des années, voire même 10 ans pour les fanatiques des 236 épisodes de la série américaine Friends (1994-2004). Comment expliquer cet attrait  excessif qu’exercent sur nous les séries télé?

Aimer d’amour en 30 secondes

La dépendance aux séries télé n’a pas encore atteint le statut de maladie. Elle est toutefois reconnue par les scientifiques. C’est officiel, selon le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi  et le professeur en étude des médias Robert Kubey;  «il ne faut que 30 secondes à notre cerveau pour tomber sous l’emprise d’un épisode! »

Être drogué aux séries télé

Selon ces scientifiques, les télés séries et les drogues addictives ont des effets similaires sur le cerveau. Lors du visionnement de nos sacrés épisodes, notre corps relâche de l’endorphine et les hormones naturelles du plaisir. Notre cerveau nous fait pénétrer dans un état de conscience vaporeux. Et ce, en émettant des ondes qui déplacent notre attention de l’hémisphère gauche à l’hémisphère droit, le domaine des émotions. Nous pénétrons dans un état de relaxation intense et dans une intense implication émotionnelle. Voilà une raison scientifique qui justifie notre dépendance, ainsi que le malin plaisir que nous éprouvons à terminer nos séries.

Lorsque nous interrompons brusquement un épisode, notre dépendance s’accroit. Comme expliqué par les deux chercheurs  «un tranquillisant qui quitte rapidement le corps est beaucoup plus susceptible de provoquer une dépendance que celui qui s’élimine lentement, car l’utilisateur est plus conscient que l’effet de la drogue disparaît»

Le sevrage de la série télé

Comme toutes autres formes de drogues, les séries télé provoquent un symptôme de sevrage intitulé «juste un dernier». Les téléspectateurs ont le sentiment d’être moins détendus s’ils cessent le visionnement. Cela incite au visionnement compulsif des séries, pour ne pas éprouver le désagréable sentiment de sevrage à la fin d’un épisode.

Cette dépendance s’est même vue attribuée le nom de «visionnement compulsif» ou binge watching en anglais. Ces termes caractérisent l’acte de regarder plus de deux épisodes d’une série les unes à la suite de l’autre. Un sondage mené par Netflix auprès de 1500 abonnés américains révèle d’ailleurs que 61% des téléspectateurs visionnent fréquemment plus de deux épisodes de suite.

 

accrotv

crédit: www.chroniquesenseries.com

À suivre…

Par Anne Conoir
Collaboratrice spontanée

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Vidéo récente
- Divertissement

Retrouve ta motivation et ton énergie grâce à ces 15 films

Plus de divertissement

6 festivals de bières au Québec à ne pas manquer cet été

6 festivals de bières au Québec à ne pas manquer cet été

Nerds -
5 parcs montréalais où aller boire avec ta gang (ou ta date)

5 parcs montréalais où aller boire avec ta gang (ou ta date)

Marie-Pier Hamon -
Voici des auberges jeunesse parfaites pour ton trip en Europe

Voici des auberges jeunesse parfaites pour ton trip en Europe

Marie-Pier Hamon -

Populaires

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Marie-Pier Hamon -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Netflix Canada: nouveautés disponibles en juillet 2019

Netflix Canada: nouveautés disponibles en juillet 2019

Marie-Pier Hamon -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.