All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Les Maîtres du suspense créent l’ambivalence

Par Nerds – le dans Divertissement

Le dernier film du scénariste et réalisateur Stéphane Lapointe (Tout sur moi, La théorie du K.O.) se veut un mélange de comédie et de suspense. Malheureusement, ni l’humour ni le suspense ne semblent parfaitement maîtrisés dans cet opus, rendant cette recette peu concluante. Disons que mon appréciation du film est ambivalente tout au long du visionnement. Je ne veux pas dire que j’ai détesté ce nouveau film québécois; il y a de superbes répliques cinglantes et quelques scènes plutôt loufoques. Il n’en reste pas moins qu’il ne s’élèvera certainement pas au rang de chef-d’œuvre avec un scénario trop prévisible et improbable à la fois. Malgré tout, dû au degré de difficulté que demande l’amalgame de ces genres cinématographiques, je me dois d’admettre que dans l’ensemble le résultat reste divertissant, sans plus.

10377003_685552898180782_20430642239133877_n

L’histoire se veut tout à fait cocasse. Hubert Wolfe (Michel Côté), auteur de nombreux best-sellers, est plutôt le genre d’écrivain glamour, profitant de son succès à travers des privilèges que lui procurent ses redevances: soirées mondaines et incursion dans le monde médiatique par l’adaptation cinématographique d’une de ses œuvres. Adulé par son public fervent de ses polars ayant comme héroïne l’enquêteuse Scarlett (Maria De Medeiros), il participe à de nombreuses séances de signatures et donne même des ateliers sur la création littéraire. Flottant sur son nuage de popularité, Wolfe cache un grand secret : depuis 12 ans, il n’a point été capable d’écrire une seule page et s’est vu contraint d’engager un écrivain fantôme afin de respecter ses engagements auprès de son éditeur tout en conservant son standing de vie.

Pendant ce temps, ledit écrivain fantôme, Dany Cabana (Robin Aubert), oiseau de nuit taciturne, ne parvient pas à sortir de l’ombre lorsqu’il signe ses propres oeuvres, et s’inspire de la serveuse habituelle du bar qu’il fréquente, une jeune femme pulpeuse de la Nouvelle-Orléans, comme muse et commence l’écriture de ce nouveau récit de suspense.

Au même moment, sa femme demande le divorce et oblige Cabana à quitter le domicile familial. Cette rupture anéantit l’écrivain et lui coupe toute inspiration. Afin de conserver le montant qu’il a négocié pour écrire l’histoire, Cabana se sert, à son tour, du même subterfuge que son employeur et demande à Quentin Wilson (Antoine Bertrand) d’écrire le polar à sa place. Homme naïf encore dans les jupes et le joug de sa mère dominatrice, Wilson se sent attiré par le défi et décide de tenter l’expérience. Wilson propose une version loufoque d’un polar à Cabana, qui le présente à son tour à Wolfe, qui le présente à son éditeur en défendant cette nouvelle approche artistique d’une manière déconcertante.

Une seule chose manque au roman : le sex appeal habituel de l’héroïne que Wilson ne peut écrire, n’ayant jamais eu de femme dans sa vie. La jeune barmaid de Nouvelle-Orléans rend alors visite à Wilson et ce dernier tombe follement amoureux d’elle. C’est dans ces circonstances que les trois hommes se retrouvent dans les rues de la Nouvelle-Orléans et sont confrontés à une situation loufoque les obligeant à affronter leurs démons intérieurs.

La plus grande lacune de ce scénario est voyante simplement par la lecture de ce résumé. La mise en place de l’histoire dure beaucoup trop longtemps par rapport au peu d’action et de suspense que le film apporte au moment de la visite en Louisiane. Le film d’une durée de 90 minutes présente les prémisses pendant une heure pour qu’ensuite un 20 minutes d’action soit bouclé trop rapidement avant de nous offrir une finale convenue et attendue. De plus, l’histoire d’amour entre Wolfe et l’actrice incarnant Scarlett prend trop d’espace dans l’intrigue déjà peu accaparante.

Je dois tout de même souligner l’excellente performance des trois acteurs principaux, la clé de ce film. En vérité, ce sont leurs performances époustouflantes qui rendent le film tout de même appréciable, en plus des quelques lignes cinglantes, punchées et surprenantes qui ne nous laissent d’autre choix que de s’esclaffer. Des petites perles de dialogue démontrant le talent du scénariste. Bref, l’histoire est peu probable et les événements inattendus voulant nous garder en haleine sont quelques fois tirés par les cheveux, mais si l’on accepte que cet univers soit plausible pour les besoins de la comédie, on sort de ce visionnement en ayant apprécié le divertissement.

Par Nicolas Bourgeois
Collaborateur spontané

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Vidéo récente
- Divertissement

5 activités gratuites et le fun à faire en septembre

Plus de divertissement

Netflix Canada: nouveautés disponibles en octobre 2019

Netflix Canada: nouveautés disponibles en octobre 2019

Alexandra Nadeau-Gagnon -
5 activités parfaites pour une journée en solo

5 activités parfaites pour une journée en solo

Alexandra Nadeau-Gagnon -
5 chansons à écouter en boucle quand tout va mal

5 chansons à écouter en boucle quand tout va mal

Marie-Pier Hamon -

Populaires

Qui s’amuse et se respecte s’assemble

Qui s’amuse et se respecte s’assemble

Karine Boileau -
Je suis pas le genre de fille qui attire les gars

Je suis pas le genre de fille qui attire les gars

Alexandra Nadeau-Gagnon -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.