All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Merci à toi, pour ton honnêteté

Par Audrey X – le dans Sexe
Cela a commencé comme dans un conte de fées. Vous êtes allés souper au restaurant. Le gentleman a payé la facture et la belle lui a souri, béate de bonheur. Puis, sur le seuil, un doux baiser a été déposé sur les lèvres de l’amoureux transi. Finalement, elle a refermé la porte derrière elle, s’est adossée sur le mur et a profité de cet instant magique.

Ensuite… plus rien.

Vous rêvez que la personne désirée se pointe chez vous, le lendemain, avec une déclaration enflammée, déclamée en alexandrins. Vous attendez son appel. Vous espérez tout au moins un message texte. Mais… il ne se passe rien. Puis, les fameux premiers trois jours suivant la soirée de rêve ont passé. Pas de nouvelles. Pas une phrase. Pas un mot.

Pas même un smiley.

Pourtant, cela fait peut-être deux semaines que l’un court après l’autre, que des mots ont été échangés entre deux instants. Il est même possible que cela fasse plus d’un mois que vous vous connaissez. Et, du jour au lendemain, nous n’avez aucune nouvelle de l’être désiré.

Mesdames, messieurs. Ne vous leurrez pas. Vous avez été ghosté.

Ghoster : V. tr. Ang. 1. Disparaître de la vie de quelqu’un. 2. Briller par son absence (et son manque flagrant de courage). 3. Découle clairement du peu de savoir-vivre dont fait souvent preuve la génération Y (et aux autres qui s’en suivent).

Je vais vous décrire ici deux cas qui se sont réellement produits. Après cela, gentes dames et damoiseaux, vous ferez ce qui vous chante lors de vos prochaines relations.

Premier cas

Appelons Évelyne, car ce nom rime avec « pas fine » et qu’il est nettement approprié dans le contexte actuel. Alors, Évelyne est une fille qui reçoit plusieurs invitations. Elle passe ses soirées à liker des photos sur son fil d’actualités et, parfois, elle jette un coup d’œil à son précieux cellulaire. Elle zieute sur Tinder de potentiels prospects, même si elle s’est promis encore ce matin qu’elle n’irait plus jamais sur cette application de malheur. Et pourtant. Son cœur se met à battre à la vibration. Un match! Le profil du gars est très intéressant et il lui écrit même pour lui dire qu’il la trouve vraiment belle. En plus, il ne lui envoie pas de photo de son zouizoui comme le dernier chimpanzé qui s’est essayé avec elle. Un vrai gentleman, quoi. Et, bonus, il paraît très bien sur ses photos.

Ils se donnent donc rendez-vous dans un café. Le soir même, elle s’est mise sur son 31 et a même ajouté trois couches de mascaras supplémentaires pour « agrandir son regard ». Elle regarde l’heure, elle va avoir quinze minutes de retard, c’est certain. Elle arrive au lieu où elle doit vivre la première vraie rencontre avec ce mâle de rêve. Elle ouvre la porte et…

Déception.

Elle l’a aperçu à la table. Trop tard pour s’esquiver, il l’a aussi vue. Elle va donc le rejoindre et ils entament la discussion. Elle lui sourit et trouve que la soirée n’est pas si désagréable que ça. Ils se promettent à l’un et l’autre de se revoir. « Oui! Aucun problème! Lâche-moi un coup de fil ». Bisous sur la joue et ciao bella.

Le lendemain, elle reçoit un texto de sa part. Ah non! Pas lui. Elle y a bien réfléchi et, c’est clair, ce n’est pas avec ce gars-là qu’elle va faire sa vie. Elle supprime le message et lance son cellulaire à bout de bras. Bah! Il va bien finir par l’oublier.

Les jours passent et il la texte à nouveau. Toujours pas de nouvelle. De son côté, l’intéressé pâlit. Cette soirée, de son point de vue, a été magique. Elle lui a souri et a ri à ses blagues, semblait même intéressée. Il s’est trompé. Elle ne répondra jamais à ses messages. Pincement au cœur. Essaie d’éteindre la petite flamme qui venait de s’allumer. Hausse les épaules. Bah. Les filles sont toutes comme ça de toute façon. Appelle un ami. Se fait dire qu’il est beaucoup trop gentil et que ce n’est pas comme ça qu’il attirera une fille. De toute façon, cette fille, c’était clairement une salope.

Deuxième cas

Nathan. Je trouve ça joli, Nathan. Et Nathan, c’est un vrai, un authentique, un qui s’assume. Sa maman l’a bien élevé, Nathan. Elle lui a appris à être responsable et à ne pas avoir peur de ses sentiments. Toutes les filles voudraient bien d’un homme comme lui. Mais lui sait ce qu’il veut et n’aime pas faire perdre son temps à qui que ce soit. Alors, un soir, notre héros discute avec un couple d’amis. « Ouais. On aurait une fille à te présenter. Oui. Elle est vraiment belle. Oui, je t’assure, elle est intelligente et non, t’inquiètes, ce n’est pas une folle ». Alors, Nathan accepte de la rencontrer. Ils vont au restaurant. Dès qu’il la voit, il sait. Malgré la blondeur de sa chevelure et le bleu océan de ses yeux, rien n’y fait, il ne ressent rien pour cette fille. Pourtant, elle lui envoie clairement des signaux comme quoi elle voudrait passer la nuit avec lui. Pas de problème, Nathan n’éprouve aucun remords. Il lui annonce cependant, de but en blanc, qu’il ne cherche pas de relation sérieuse. Elle lui dit qu’il n’y a pas de problème, car, elle non plus, elle n’en veut pas. Très bien. Ils font alors ce que deux êtres majeurs et consentants font lorsqu’ils se retrouvent seuls dans un appartement, la lumière tamisée, le cerveau embrumé par le vin bon marché.

Le lendemain, elle lui demande, « tu vas me rappeler? ». Ouais, peut-être.

Mais il ne la rappelle pas. Elle décide donc de prendre les choses en main et lui envoie un SMS. Nathan se sent mal. Il lui a pourtant dit qu’il ne cherchait rien de sérieux. Il décide de ne pas abuser, cette fille, malgré ses paroles de la veille, semble vouloir davantage qu’une simple baise. Il l’appelle. « Écoute, toi et moi, ça ne fonctionnera pas. Tu n’es pas mon genre de fille. Tu es super belle, très gentille, mais je ne crois pas que je pourrais tomber amoureux de toi un jour. Désolé». Aïe. Ça fait mal à l’orgueil. Comme un coup de poing en plein visage. Il aurait aussi pu lui dire qu’il avait déjà les yeux sur une autre fille, mais il décide de jouer la carte de l’honnêteté.

Après avoir ravalé sa fierté, la jeune fille réfléchit de son côté. Ce gars-là a été franc. Il ne lui a pas fait perdre son temps. Pas comme le dernier qui l’a niaisée pendant des mois. De plus, ils seront sans doute amenés à se revoir étant donné qu’ils fréquentent les mêmes cercles d’amis. Autant rester dans une relation respectueuse. Et encore, même si elle devait ne jamais le revoir de sa vie, il a été plus que correct avec elle et s’est montré fairplay du début à la fin. Parfait.

« Merci. Le dernier gars avec qui je suis sorti n’a pas fait preuve du même courage que toi et ça a fait vraiment mal. Donc, merci de ton authenticité. »

Elle aurait aussi bien pu dire, merci de ton honnêteté. Merci de ton savoir-vivre. Merci de ne pas avoir été comme les autres…

Question de génération?

Je ne crois pas. Au lieu des SMS, c’était des lettres. Du jour au lendemain, il arrêtait de t’envoyer ces lettres passionnées, écrites sur du papier parchemin. La petite différence, c’était que tes larmes qui, hier, auraient effacé l’encre de sa plume, ne font, aujourd’hui, que glisser le long de ton écran. La grosse différence : le nombre. La multiplicité de ces cas est phénoménale. De nos jours, la technologie donne un potentiel énorme aux futurs « ghosteurs ». Peut-être qu’il est vrai de dire que si la personne est réellement intéressée, elle viendra à toi, mais cela n’enlève rien au fait qu’il y a une part de responsabilité à assumer dans l’acte.

Il est douloureux d’être ghosté. À force de manger du pain ranci, on peut en devenir aigri. Le danger est la perte de confiance en soi et en toute autre personne.

Pour la personne qui ghoste, petit message : Au moins, écris-lui donc un petit SMS, juste pour lui dire que tu n’es plus intéressé et pourquoi. Tu as le droit de ne plus avoir de sentiment pour l’autre, ça serait juste bien qu’elle sache pourquoi.

Pour la personne ghostée : Courage. Ne perd pas foi. L’autre a simplement manqué de courage et c’est la culpabilité et la paresse qui l’ont emportées. Je sais que c’est facile, mais : tu mérites mieux qu’elle/que lui. C’est maintenant à toi de te servir de cette épreuve comme d’un tremplin, de comprendre par toi-même ce qui n’a pas marché et d’évoluer vers un meilleur toi.

Vidéo récente
- Sexe

Le polyamour, qu'est-ce que c'est exactement ?

Plus de sexe

Le polyamour ou aimer plus qu’une personne à la fois

Le polyamour ou aimer plus qu’une personne à la fois

Et si on s’envoyait quelques sextos aujourd’hui?

Et si on s’envoyait quelques sextos aujourd’hui?

La deuxième chance de trop

La deuxième chance de trop

Kim Bélisle -

Populaires

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

J’avais 18 ans et je pensais que c’était ça, l’amour

Kim Bélisle -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Ça se recolle-tu, l’amour?

Ça se recolle-tu, l’amour?

Mélissa Lavoie -