All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Merci encore.

Par Éliza Lafond – le dans Bien-être, Voyage
source: thechronicallybeautiful.com
source: thechronicallybeautiful.com

Des soirées, seule dans la noirceur de la maison à essayer de déchiffrer le sens de la vie, le sens de ma vie, j’en ai passées. J’ai surtout versé toutes les larmes de mon corps, j’ai hurlé de tout mes poumons, si fort pour que la vie me réponde, pour qu’elle me rassure, qu’elle me concocte la formule parfaite pour mon bonheur. J’ai angoissé jusqu’à me demander si la vie était faite pour moi, mais elle ne me l’a jamais dit; elle me l’a plutôt montré.

L’Italie, Florence, un vespa, le vent; mes cheveux qui s’entremêlent à travers les rues, la pesanteur du casque sur ma tête, la vitesse. La légèreté qui passe dans mon corps, le reflet des lumières sur l’eau qui m’éblouit le cœur, l’inconnu devant moi, celui que j’agrippe de confiance.

Source: love.allwomenstalk.com
Source: love.allwomenstalk.com

Je goûtais à chaque brise, à chaque courant d’air qui se faufilait à travers mon corps trop dénudé pour cette ballade. C’était frais, mais j’avais chaud. Chaud au cœur. J’avais des papillons. Ceux que je n’ai pas retrouvés depuis deux ans lorsqu’ils se sont envolés et qu’ils m’ont laissés seule avec moi-même. Mais ce soir-là, je les ai sentis. Ces papillons qui nous explosent dans le corps. J’étais bien, bien comme je ne l’avais jamais été. C’était les papillons du bonheur.

Je n’avais aucune idée d’avec qui j’étais réellement, ni d’où j’étais tout-à-fait, mais j’ai tout de suite su où il m’emmenait : dans le moment présent.

Là où il n’y a pas l’angoisse du futur, ni les blessures de la dernière année. Là où le bonheur est, là où il y a seulement la vie; la vraie.

Depuis deux ans que je m’étais perdue dans les blessures du passé et dans l’angoisse du futur, celui que je ne voyais plus réellement… mais c’est là, à travers les rues de l’Italie, que j’ai su que la vie était encore faite pour moi.

crédit : Éliza Lafond
crédit : Éliza Lafond

Ce qu’il y a de bien avec la vie, peu importe comment on l’a si longuement imaginée dans nos rêves les plus fous, comment on l’a si minutieusement taillée petit peu par petit peu pour en faire une reproduction la plus représentative possible de ce qu’on veut, comment on l’a si souvent décrite avec des mots qui sont faibles de sens puisqu’on ne les avait pas encore tout à fait compris… c’est qu’elle nous est toujours bonne, à sa façon.

À sa façon, la vie m’a montré qui elle est, mais surtout où la retrouver : au présent.

Ciao l’Italie et merci encore.

Plus de bien-être

Ce que voyager seule m’a appris : récit de la Grèce

Ce que voyager seule m’a appris : récit de la Grèce

Le «courage» de réaliser le rêve de sa vie

Le «courage» de réaliser le rêve de sa vie

Garder le cap

Garder le cap

Populaires

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand ton plan de vie prend l’bord

À l’aube de mes 30 ans, j’ai le bouton panique collé

À l’aube de mes 30 ans, j’ai le bouton panique collé

À toi qui ne parles plus à ta mère

À toi qui ne parles plus à ta mère