All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Partir un jour

Par Nerds – le dans Divertissement, Voyage, Voyager mieux

Partir, tout quitter et changer. Essayer autre chose ou simplement refaire sa vie, ailleurs : je l’ai fait et le referai sans hésiter. J’ai vécu 5 ans (et vis toujours) dans un pays étranger. J’ai effectué de courts séjours dans des familles d’accueil, écoles ou universités dans des pays variés tels que le Japon, l’Angleterre, l’Espagne, l’Italie et Israël.

Quelles ques soient les raisons qui vous y poussent et le temps qu’il durera, le changement reste une expérience intense et ce à tout âge. De la solitude à la nostalgie, de l’euphorie d’une liberté reconquise à celles de nouvelles rencontres, le spectre de vos émotions vous semblera s’accroître, la distance et l’appréhension les magnifiant une à une. Pourtant, voyager est synonyme d’apprentissage.

Cet enseignement à la popularité naissante, promue par une liberté de mouvement sans précédent, est des plus enrichissant car c’est celui notamment de l’échange, du partage et de l’apprentissage au contact d’autrui. Plus important peut-être, c’est celui également qui mène vers une  connaissance plus approfondie de soi. Pour qu’il vous soit des plus profitables, voici quelques conseils tirés de mes expériences personnelles pour survivre à l’angoisse des premières semaines/mois et s’assurer de  tirer le meilleur parti de cette aventure !

JE PARS

Se renseigner sur les lois, les us et les coutumes de votre nouvel environnement

Forcément, ce conseil s’applique davantage à ceux qui s’expatrient à l’étranger. Il n’en demeure pas moins intéressant de se renseigner. Le nombre de bises constituant un « salut » change de ville en ville et de région en région en France, par exemple.

Lors de mon voyage au Japon, j’aurais vite commis plusieurs impairs s’il ne m’avait pas été indiqué avant mon voyage qu’il est très malpoli de ne pas finir son assiette et que de se moucher en public relève presque du blasphème. De même, si je n’avais pas fait l’effort d’apprendre par cœur les diverses formules de politesse à dire avant d’entrer et de sortir, avant et après avoir mangé, etc.

Autre petite anecdote qui révèle l’importance de cette démarche : mon amie A. a débarqué au Canada de France quelques mois après mon immigration. On a découvert un de ces matins que déposer ses poubelles au Canada dans la rue à la mauvaise heure pouvait être passible d’une amende bien salée. Sûre qu’A. aurait préféré avoir connaissance de ce détail et savoir où se renseigner quant aux horaires avant de découvrir la note dans sa boîte aux lettres !

Si vous emménagez dans un autre pays, pensez donc à l’acronyme S.A.B.I.L.I., à savoir les questions de Sécurité sociale, d’Assurances, Bancaires (notamment les conditions de virements en provenance du pays en cas de situation d’urgence), de Logement et d’Impôts. En bref, tâchez de glaner des informations quant à vos droits et devoirs comme nouvel immigrant et locataire, aux prix du marché, mais également concernant le plan de la ville  dans laquelle vous emménagez pour trouver un quartier qui vous convient.

Par ailleurs, si vous restez plus de quelques mois et parvenez à le faire, essayez de mettre un peu d’argent de côté tous les mois dans ce que j’appelle un « Fond de Rapatriement d’Urgence » qui vous servira à réserver un billet d’avion, de train, de bus ou que sais-je à la dernière minute en cas de décès ou de mariage dans la famille, de maladie ou de toute autre urgence personnelle.

Lorsqu’on vit loin de ses proches, on a tendance à oublier que leurs vies continuent aussi et l’on occulte les effets du passage du temps sur eux. Sans le FRU, les coups de fils à votre famille seront plus difficiles, qu’ils soient annonciateurs de bonnes ou de mauvaises nouvelles, car ils vous mettront face à ce que vous manquez de la vie de vos proches.

ET EUX ?

Se faire sa petite « caverne à souvenirs » 

J’avais 18 ans et pourtant, lorsque j’ai quitté la France pour le Canada, j’ai pris avec moi quelques grigous embarrassants de mon enfance. Que vous supportiez bien la solitude ou non, je vous conseille vivement de prendre des objets symboliques (un ancien yearbook, une peluche, un album photo, un petit mot de vos proches ou encore une photo de votre ville) pour vous constituer votre petit « autel du passé » dans votre nouveau chez vous. Partir vivre ailleurs, que ce soit pour 2 mois ou 2 ans, dans la ville d’à côté ou dans un pays à l’autre bout du monde, suppose certains moments de doute et autres coups de blues. N’ayez crainte, cette solitude des débuts s’atténuera au fil du temps et de vos efforts. Ces petits objets, qui vous causeront certainement quelques minutes de honte lorsque vous ramènerez une charmante conquête à la maison, vous rappelleront tout de même, en cas de cafard, vos proches qui tiennent à vous. C’est un moyen de vous faire une petite bulle antistress.

Gérer le manque: gardez contact avec la famille et les amis, mais pas aux dépends de votre nouvelle vie 

« Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé ». Veuillez à ne pas être trop souvent en contact avec vos proches au début, afin de vous laisser le temps d’explorer votre nouvel environnement et de vous faire de nouvelles connaissances sans être constamment marqué par cette sorte de lassitude et de tristesse que l’on trouve chez ceux qui pleurent leur passé.

Attention, je ne dis pas qu’il faut couper les ponts avec votre famille, chum, chat ou plante verte! Simplement qu’il vous faut ménager votre moral pour éviter que s’ajoute à la solitude un manque trop important. Il est évident que vos proches vous manqueront tout de même énormément et n’hésitez pas à les appeler lorsque c’est le cas. Il est toujours bon d’entretenir ses relations, mais moins vous passerez de temps au téléphone avec eux, plus de temps vous pourrez consacrer aux rencontres et autres activités sociales nécessaires à votre adaptation.

Pour ceux qui changent de pays et surtout si votre pays d’origine est culturellement très distinct de votre pays d’accueil, essayez de demander à un de vos proches de vous envoyer quelques petits colis par la poste contenant (si les lois du nouveau pays le permettent), quelques produits locaux et régionaux, des photos ou encore un petit grigou de votre boutique préférée.

Ça peut revenir cher, je sais, mais ça sera toujours moins que le billet d’avion, de train, de bus si vous êtes trop loin pour rentrer souvent, ou si votre FRU n’est pas encore rempli. L’effet est certes moins long, mais il n’en demeure pas moins le même ; il vous rapproche de la maison.

Si vous restez plusieurs années, essayez de recevoir vos proches s’ils peuvent faire le voyage pour les Fêtes, ne serait-ce qu’une fois. Savoir qu’ils sont venus a la maison, avoir des souvenirs avec eux dans votre appartement vous aidera à vous y sentir chez vous longtemps après leur passage.

SUR LE CHEMIN DU « MOI »

S’inscrire à des activités sportives ou culturelles 

Les activités sportives et culturelles constituent un excellent moyen de faire des rencontres, surtout lorsque l’on est un(e) jeune professionnel(le) et que les 5 à 7 universitaires sont choses du passé. Apprenez une nouvelle langue, le yoga, la couture ou le Krav Maga, on s’en fiche, mais sortez et découvrez !

En profiter pour tout recommencer

Pendant mon séjour au Canada, j’ai fait du traîneau à chiens, voyagé aux États-Unis et commencé (et arrêté) la boxe, le hot yoga et l’escrime. Au Japon, j’ai été dans une fabrique de katana à l’ancienne pour apprendre à m’en servir. En Espagne, la corrida était un incontournable ! En Italie, j’ai fêté la Saint Baptiste et je me suis concentrée sur l’exploration des fameux aperitivo à travers la ville (ça vaut vraiment le coup !). J’ai également pris un cours de cuisine toscane dans la villa d’une cuistot. En Israël, j’ai jeté mon dévolu sur la danse orientale et la cuisine marocaine… Je me souviendrai toujours de ces expériences.

C’est un nouveau départ qu’il vous est offert. C’est l’occasion pour vous de faire toutes ces choses que vous avez toujours eu envie d’essayer, mais que des contraintes liées à votre image ou à votre personnalité ont freiné. « Moi? Me mettre au Russe alors que tout le monde sait que je suis une quiche en anglais? ». Eh bien, pourquoi pas? Personne ne le sait autour de vous maintenant et qui ne tente rien n’a rien! Il vous est donné une chance unique, celle de devenir qui vous voulez, de revenir à d’anciennes passions, mais aussi d’essayer de nouvelles choses sans souci du qu’en dira-t-on.

En essayant le Krav Maga, la danse classique ou la poterie, le tricot ou le chinois, vous en apprendrez davantage sur vous, vos goûts et intérêts et ferez également de nombreuses rencontres.

Par Johanna
Collaboratrice spontanée

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Vidéo récente
- Divertissement

Retrouve ta motivation et ton énergie grâce à ces 15 films

Plus de divertissement

5 applications pour les amateurs de bières

5 applications pour les amateurs de bières

Marie-Pier Hamon -
Top des musées gratuits de Montréal pour ton plus grand plaisir

Top des musées gratuits de Montréal pour ton plus grand plaisir

Nerds -
10 idées de bibliothèque pour montrer fièrement tes livres

10 idées de bibliothèque pour montrer fièrement tes livres

Marilou LeBel Dupuis -

Populaires

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Marie-Pier Hamon -
10 signes que c’est terminé

10 signes que c’est terminé

Valerie Landry -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.