All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Servir un gin & tonic à l’autre bout du monde.

On s’entend pour dire que la plupart des gens aiment voyager. C’est quand même très rare d’entendre le contraire. La seule chose qui revient malheureusement trop souvent c’est des phrases du type « je n’ai pas d’argent » ou « j'ai pas le temps », mais si je vous disais que certains emplois permettent plus facilement que d'autres de travailler tout en voyageant? C’est le cas pour l’industrie de l’hospitalité (lire: Serveur(euses), bartenders, etc.) C’est relativement facile, il faut juste un peu de cran et de volonté!

Sam Dalcourt, un bartender vétéran de Montréal, raconte être parti à 21 ans, «je voulais ouvrir mes horizons parce que le monde m’apparaissait trop grand pour ne pas l’explorer.» Il a donc quitté la ville pour aller travailler six mois dans un grand hôtel à Paris comme serveur et barman. De son côté, Jean Max Giguère, bartender au 132 Bar Vintage, est parti six mois en Australie avec 5000 $ dans les poches.

L’Australie

london-bow-615181_1280Pixabay


Le pays des kangourous accueille les Canadiens à bras ouverts. Il suffit de demander un visa de travail et il arrive en moins de 48 heures! Le visa working/holiday est le plus populaire. Le prix est estimé à environ 400$ et les emplois qui y sont reliés sont pratiquement tous en lien avec l’industrie de l’hospitalité. Le salaire tourne autour de 20$ l’heure. Toutefois, le coût de la vie est assez élevé. Il est donc recommandé de vivre de façon plus modeste afin de pouvoir mettre des sous de côté! Ou bien de partir avec un certain montant en poche comme l’a fait Jean-Max. Easy as ABC. À vous les plages et les koalas. Cheers mate!

Le Club Med

cancun-1235489_1280Pixabay


Sinon, un peu plus proche d’ici, il y a le célèbre Club Med. Toutefois, pour travailler là-bas, il faut être prêt à donner son 100 %. Sam, qui a fait la Guadeloupe ainsi que Cancún, explique que c’est une bonne école puisque là-bas, «on travaillait comme des bêtes entre 70 à 80 heures par semaine pour un salaire très moyen, mais mon bureau c’était la plage!» Salaire que l’on peut certes trouver très moyen (environ 900 $ par mois), mais tout est inclus. Le club prend en charge le visa, le billet d’avion, le logement, les assurances, la nourriture, le bar open (oups, je l’ai dit), et l’accès gratuit à toutes sortes de cours. Il suffit de s’inscrire en ligne! Les deux bartenders ne regrettent pas du tout leur expérience là-bas. C’est un bon endroit pour apprendre ou pour tout simplement avoir du plaisir en travaillant, «qui ne voudrait pas travailler dans une hutte sur le bord de la plage? », lance Jean-Max, qui a travaillé à Punta Cana pendant un an.

 Le Japon

akihabara-1180397_1280Pixabay

Et si le Club Med ne représente pas assez de challenge pour vous, il y a toujours le Japon! Sam a été travailler à Kyoto pendant 6 mois pour une chaîne de flair bartending. Recevoir un visa est un peu plus complexe, il faut avoir une entente préalable avec un employeur là-bas, mais avec de la recherche et de la volonté, c’est faisable. Le plus gros défi rendu là, c’est la langue. À Kyoto, personne ne parle anglais ou presque. Selon Sam, «tu te pointes là-bas, et tu essaies de te faire comprendre!» Le mieux est donc d’avoir une certaine base. À coup sûr, on ressort grandi de ce genre d’expérience!

PS. Si jamais vous sortez dans ce coin, notez ça sur un bout de papier:  ジン・トニックをください。(Je vais prendre un gin tonic s.v.p)

Évidemment, ce ne sont que quelques destinations, le monde est un grand terrain de jeu. Toutefois, si vous êtes serveur(euse) ou bartender, vous passez «GO!» et réclamez tous les beaux moments! Sam le dit, «je conseille à chaque personne du milieu de ne pas hésiter, car ils regretteront à coup sûr de ne pas s’être lancés!» Que vous soyez nouveau ou bien établi, profitez de la chance que vous avez d’effectuer un métier accessible partout dans le monde. N’hésitez pas à rendre les autres jaloux et partagez-nous vos expériences!

Continuez votre lecture

Un an en Australie, ça te dit?

Un an en Australie, ça te dit?

Ça y est, je m’en vais à l’autre bout du monde

Ça y est, je m’en vais à l’autre bout du monde

Amélie Desmarais -
Se sentir chez soi à l’autre bout du monde

Se sentir chez soi à l’autre bout du monde

Melina Geremia -
L’automne : 10 choses qui nous manquent lorsqu’on est à l’autre bout du monde

L’automne : 10 choses qui nous manquent lorsqu’on est à l’autre bout du monde

De l’autre côté du comptoir

De l’autre côté du comptoir

Roxane Chouinard -
Je vais travailler à l’étranger, parce que je peux

Je vais travailler à l’étranger, parce que je peux

L’amour au travail, est-ce vraiment une bonne idée?

L’amour au travail, est-ce vraiment une bonne idée?

Marie-France Poulin -
Comment se sentir bien et belle dans son bikini

Comment se sentir bien et belle dans son bikini

Maîtrise et marché du travail: comment choisir?

Maîtrise et marché du travail: comment choisir?

Esther Armaignac -
Escale à Singapour: 5 coups de coeur en 24h

Escale à Singapour: 5 coups de coeur en 24h

Voir la vieillesse sous un autre angle

Voir la vieillesse sous un autre angle

Emil Morin -
Le Bord’Elle: l’expérience Gatsby du Vieux-Montréal

Le Bord’Elle: l’expérience Gatsby du Vieux-Montréal

Kim Bélisle -
La quête perpétuelle du bonheur professionnel

La quête perpétuelle du bonheur professionnel

Aya Ammari -
Ta liste d’épicerie pour un été savoureux et santé!

Ta liste d’épicerie pour un été savoureux et santé!

Marie-France Poulin -
Affrontement entre les finalistes de 2010

Affrontement entre les finalistes de 2010

Ethel Gutierrez -