All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Virgin Shaming: La révolte des «pognées»

Par Nerds – le dans Sexe

ax9mmb_ciaajabr-jpg-large

Derrière son dos, on dit : «Elle n’a jamais eu de chum. C’est sûr qu’elle cherche absolument le grand amour et ça te prendra des mois avant de coucher avec.»

Ou on lui avoue carrément : «Tu es trop innocente et pure. J’aurais peur de te salir.»

Bref, elle est «pognée».

Ou c’est plutôt, quant à moi, la société qui l’est.

Je n’ai jamais pensé que l’on devrait avoir honte d’être vierge. Mais les vierges restent quand même un peu «handicapées» pour certains. «Elles n’ont pas d’expérience», leur première fois est «trop importante» et on veut éviter que ça devienne trop sérieux. «Elles ne comprennent pas», ou encore on a peur de leur faire du mal.

Le slut shaming des soi-disant salopes est (par malheur) assez commun. On aurait pu croire que la femme «chaste et pure» serait préservée des commentaires négatifs sur sa sexualité. Pourtant, encore là, on la critique comme si elle se définissait uniquement par cela. Que tu aies couché avec un, cent ou aucun homme, ce ne sera jamais bien.

«Pognée».

Il y a d’un côté la virginité par choix : elle a envie d’attendre (d’être prête, de rencontrer l’amour de sa vie, de se marier) ou elle préfère complètement s’abstenir.

Et la virginité par le choix des autres. Elle est prête, mais le moment n’arrive pas. Elle aurait voulu, mais l’autre ne voulait pas.

Dans un cas ou dans l’autre, on la met toujours dans une case à part, à tel point qu’elle finit par croire qu’elle est vraiment différente. Parce que plus le temps avance, et plus elle est la seule de son entourage à demeurer seule. Mais même quand ça débloque, qu’elle se trouve un amoureux, son «problème» ne s’estompe pas. Ça devient intimidant d’être avec quelqu’un qui couche depuis des années et d’être encore mal à l’aise à savoir si on embrasse comme du monde. Elle n’a plus le temps pour vivre les choses pour la première fois parce qu’elle a déjà manqué le «cours pratique» d’expérience sexuelle que tout le monde a déjà suivi.

«Si j’en parle, ça ira mieux», se dit-elle. Mais dès que l’aveu sort de sa bouche, les gens la traitent différemment:

– Il y a ceux qui croient qu’elle les laissera sauter sur l’occasion et qui la voient comme un simple morceau de viande à déflorer. «Tout homme rêve de prendre la virginité d’une femme. Pis t’sais… j’suis un homme pis toi, t’es…»

– Ceux qui ne veulent soudainement plus la fréquenter et qui la voient plutôt comme une petite poupée de porcelaine qu’il faut éviter de briser.

– Et ceux qui prennent plutôt cela… comme une occasion de s’interroger sur ce phénomène spécial. «Hein! T’as quel âge?»

Soit elle est jeune et elle se fait rassurer d’un «c’est pas grave, t’as le temps»: son mal ne vaut rien. Soit elle est trop vieille et le regard de pitié du pseudo-reporter-statisticien-spécialiste-spontané-de-la-question ne la fait pas se sentir mieux. Rendu là, aussi bien s’abstenir.

«Mais pourquoi t’es encore seule?»

Si elle le savait, il n’y en aurait pas de problème.

«Ça doit être parce que t’attends l’homme parfait.»

Non, elle attend l’homme pas pire. Ça a juste l’air qu’il a oublié d’exister.

«En tout cas, si tu cherches quelqu’un pour s’occuper de ça…»

Trois mots : Fous. Le. Camp.

C’est ça, la réalité de la «pognée». Les gens décident à sa place que sa première fois devrait être si importante. Ils prennent pour acquis que quelqu’un qui n’a pas encore eu de chum attend l’homme de sa vie. Alors à quoi bon s’engager avec elle, impossible de croire qu’elle pourrait vouloir quelque chose de moins sérieux. Ils ont peur d’être le premier baiser. Ils ont peur d’être l’important de la première fois. Ce n’est pas qu’une impression : on le lui dit. «Tu es trop innocente et pure, je ne veux pas te salir.» C’est un objet qui peut se salir, pas une femme. Même si les gars lui disent ça dans le but de la protéger, ils la protègent comme si elle était un objet.

Faut-il que la vierge fasse comme si elle n’était plus vierge pour avoir le moindre respect? Si elle tente l’expérience, rien ne change officiellement. Il y a simplement un non-dit. Et soudain, c’est tout à fait acceptable qu’elle puisse frencher quelqu’un dans un party ou ne pas vouloir une relation sérieuse. À la limite, la salope est plus libre que la vierge parce qu’on laisse la salope faire ce qu’elle veut, on sait déjà comment elle est. La vierge se fera juger davantage pour la moindre histoire, pour la même erreur.

Constat : il lui faut être «déviergée» pour être acceptée. Alors la «pognée» se prend en main et se «dévierge» elle-même, non pas physiquement, mais en faisant comme si c’était déjà fait.

Et cette mascarade, malheureusement, heureusement, change tout.
Par Charlotte Poitras
Collaboratrice spontanée

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Vidéo récente
- Sexe

Le polyamour, qu'est-ce que c'est exactement ?

Plus de sexe

Le polyamour ou aimer plus qu’une personne à la fois

Le polyamour ou aimer plus qu’une personne à la fois

Et si on s’envoyait quelques sextos aujourd’hui?

Et si on s’envoyait quelques sextos aujourd’hui?

La deuxième chance de trop

La deuxième chance de trop

Kim Bélisle -

Populaires

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Marie-Pier Hamon -
10 signes que c’est terminé

10 signes que c’est terminé

Valerie Landry -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.