The Wiggle Room: Le cabaret burlesque à découvrir

Je marche direction nord sur Saint-Laurent. Je dépasse le Rouge Bar, le Schwartz, puis j’arrive à destination. Une porte en métal. Noire. Sans adresse. Je suis fébrile à l’idée d’aller passer une soirée dans un cabaret érotique. J’avais déjà vu un spectacle burlesque avant, mais c’était un spectacle plus grand public. Là, je savais que ce serait plus underground et surtout, très intime. Je lève la tête et j’aperçois le tableau d’affichage vintage où je lis: The Wiggle Room – Cabaret Érotique Coeur de Lyon. J’entre.

 

La salle à l’éclairage tamisé peut accueillir une cinquantaine de personnes assises. Un barman s’affaire à créer des cocktails que je n’avais jamais goûtés auparavant. Je prends place à une table, avec mon amoureux, dans la deuxième rangée. À nos côtés, un couple s’amuse avec des accessoires de cuir; un ensemble ressemblant à un choker et des menottes. La femme mène le bal avec la cravache quand son partenaire tend les mains pour avoir une gorgée. Mais on sent la tension sexuelle entre eux.

Dès l’ouverture des portes, des comédiens se déplacent dans la salle, faisant le premier contact avec les spectateurs. Un de ceux-ci attire particulièrement l’attention. Il a un chapeau melon, des cheveux frisés et un visage aux expressions coquines et drôles. Plus tard, c’est Frenchy Jones qui se présente aux spectateurs, expliquant que les comédiens (danseurs, chanteurs) sont animés par les réactions de l’auditoire. C’est leur carburant. Il ne faut pas hésiter à crier, faire des sons, siffler, applaudir.

Les rideaux de velours rouge, précédemment ouverts, se referment pour que le maître de cérémonie annonce le début de la représentation. Et là, le fameux serment… Un serment amusant à faire la main droite dans les airs et l’autre sur la fesse de votre voisin de gauche! Ça te brise une glace ça, hein?

Le numéro d’ouverture donne le ton pour la suite. C’est un numéro drôle où l’homme au chapeau melon ouvre les rideaux d’un petit tableau sur les seins nus de sa partenaire. Il les utilise ensuite, en rythme sur une symphonie, comme des marionnettes. Ça semble bizarre dit comme ça, mais honnêtement, c’est très drôle. Les comédiens sont doués, ne décrochent pas de leur rôle et rendent la nudité sensuelle plutôt que sexuelle.

 

Kim Bélisle | NERDS

Il s’agit définitivement d’une expérience en soi. Une soirée burlesque de découvertes entre amis ou en couple où l’humour, la nudité et la sensualité sont à l’honneur. Les billets sont abordables. Ils sont rarement plus de 25$. C’est évidemment un spectacle 18 ans et + pour les gens ouverts d’esprit ayant envie de découvrir un milieu fascinant!

 

Pour ne pas manquer nos prochains articles Divertissement, inscris-toi à notre infolettre!

 

Commentaires