All time BetterBe Branchez-vous Carrières

À toi qui a su réveiller la petite fille en moi

Par Marilyne Jetté – le dans Amour, Psycho
Le printemps n’est pas arrivé seul, il est arrivé en même temps que toi. Tu as cogné à ma porte et en te laissant entrer, je ne savais pas qu’en fait, vous étiez deux. Il y avait toi et la petite fille en moi, celle que tu as su réveiller et que j’avais presque oubliée à force de jouer à l’adulte raisonnable et responsable.

À toi qui a su réveiller la petite fille en moi

Quelles belles rencontres et quel vent de fraîcheur! Ensemble, vous m’avez donné envie de colorier sans craindre de dépasser, d’aller jouer dehors au risque de me salir et de ne pas avoir peur de me mouiller en allant danser sous la pluie!

De par ta façon de me regarder, de m’écouter et de me faire rire, tu as réussi à faire fondre mon cœur et à le faire rajeunir d’au moins 10 ans. Tu m’as fait non seulement retomber en amour, mais aussi et surtout, tu m’as fait retomber en enfance. Comme des gamins, on fait des batailles d’oreillers, on invente des danses loufoques sur toutes sortes de musiques rythmées et on trouve des noms inusités à nos recettes expérimentales!

Ensemble, on n’a pas peur d’essayer, de se tromper, d’avoir l’air fou ou de perdre une partie de Rummy! Non, parce que comme on nous l’a si souvent dit quand on était p’tits: «L’important c’est de participer et de s’amuser !» Et c’est ce qu’on fait tous les deux, on participe à ce beau projet que représente notre relation et on ne manque pas une opportunité de se faire rire, de se voler un baiser ou de s’émerveiller devant les petits plaisirs de la vie.

Avec toi, j’ai envie de me laisser aller à être simplement moi, dans toute ma vérité, ma spontanéité et mes «gamineries». Lorsque nous sommes tous les deux, on se déconnecte et on profite de l’instant présent. On ne regarde pas nos cellulaires, on préfère se regarder dans le blanc des yeux. On ne regarde pas l’heure non plus, car lorsque nous sommes ensemble, les aiguilles de l’horloge ont tendance à se faire la course. Alors, plutôt que de regarder le temps filer à toute allure, on préfère tenter de le retenir un peu plus fort à chaque baiser.

Merci de m’aimer pour la femme, mais aussi, pour la petite fille que je suis et que je serai encore longtemps je l’espère. Grâce à elle, je croque dans la vie à pleines dents, je dis davantage ce je pense, j’affronte mes peurs et j’ose le ridicule!

Continuez votre lecture

À toi qui ne mérites même pas d’être nommé

À toi qui ne mérites même pas d’être nommé

Sarah-Jane Vocelle -
À toi qui m’as brisée…

À toi qui m’as brisée…

Ethel Gutierrez -
Moi en yogi : la méditation

Moi en yogi : la méditation

Roxane Chouinard -
À toi qui ne partages pas la même génétique que moi

À toi qui ne partages pas la même génétique que moi

À toi, la fille forte

À toi, la fille forte

À toi avec qui ça n’a pas marché…

À toi avec qui ça n’a pas marché…

Nerds -
À toi qui t’es enlevé la vie

À toi qui t’es enlevé la vie

Nicolas Sipak -
À toi qui hésites à devenir maman

À toi qui hésites à devenir maman

L’amour est dans les petites choses

L’amour est dans les petites choses

Camille St-Germain -
À toi qui as peur de s’engager

À toi qui as peur de s’engager

Laurie Belletête -
À moi, que j’ai perdu au fil du temps

À moi, que j’ai perdu au fil du temps

Nerds -
Eille toi, mon premier cheveu blanc

Eille toi, mon premier cheveu blanc

Kristine Bergeron -
Le coeur à l’envers

Le coeur à l’envers

Éliza Lafond -
À toi qui m’as si mal aimé

À toi qui m’as si mal aimé

Éliza Lafond -
À toi la fille pas parfaite

À toi la fille pas parfaite