All time BetterBe Branchez-vous Carrières

À toi qui ne partages pas la même génétique que moi

Par Marie-Joëlle Pratte – le dans Bien-être, Psycho

À toi qui ne partages pas la même génétique que moi

La notion de ce qu’est la famille a énormément changé depuis les dernières décennies et les familles recomposées sont maintenant la norme. Contrairement à la majorité des enfants ayant vécu cette situation, je ne me suis jamais identifiée à cette étiquette. J’ai toujours eu l’impression que ma famille avait toujours été comme elle est, sans que ce soit le cas. Une unité solide, une famille avec ses hauts et ses bas, ses succès et ses chicanes, une famille « normale » tout simplement. Grâce à lui.

Quand il est arrivé, j’avais 6 ans. J’étais une enfant assez tranquille, mais je me rappelle que, déjà à cet âge, j’étais capable de faire de l’attitude et que j’étais assez sévère avec les prétendants qui s’approchaient de ma mère. On avait un lien si particulier, elle et moi, que la p’tite fille que j’étais voulait s’assurer que plus personne ne lui ferait de la peine. Pourtant, quand il est arrivé, tout a changé. Pour je ne sais quelle raison, je l’ai accueilli à bras ouverts, à coups de fous rires et de gros sourires. C’était quasi instantané. Pour moi, le mot beau-père n’a jamais existé. On dit souvent que nos amis proches deviennent une deuxième famille avec le temps. Pour ma part, j’ai également appris très tôt que la famille ne se résume pas simplement à un lien de sang.

Sans que l’on partage la même génétique, tu es celui de qui je retiens le plus mon caractère. Mon côté festif, mon envie d’aventure, mon ambition et ma tête de cochon; c’est de toi que je les retiens. Tu m’as transmis la passion des voyages, l’envie de découvrir le monde, de vivre le moment présent, de prendre des risques et de toujours viser plus haut. Tu as assisté à tous mes matchs de soccer, à tous mes spectacles de danse et à toutes mes pièces de théâtre, sans exception. Tu m’as encouragé à explorer mes différentes passions et à toujours donner le meilleur de moi-même.

Tu as passé un nombre incalculable d’heures à me faire pratiquer mes maths 436. Tu as persisté même quand je chialais sans arrêt. J’étais réellement une plaie parfois, mais tu n’as jamais abandonné. Tu as eu la patience d’un saint pour m’apprendre à conduire, même si j’étais loin d’être la meilleure élève. Encore aujourd’hui, tu es toujours là pour me conseiller à prendre des décisions d’adulte réfléchies que ce soit concernant ma future carrière ou mes insécurités financières. Tu as été à mes côtés à chaque étape de ma vie et j’ai toujours pu compter sur ton opinion franche.

Tu m’as donné la chance de ne jamais ressentir un vide, celui ressenti lorsqu’on a pas les bras forts d’un papa pour être réconfortés et rassurés quand on en a besoin. Tu rends ma mère heureuse et tu lui as permis de vivre la vie dont elle rêvait. Tu m’as toujours présentée comme ta fille, sans faire aucune distinction. Tu as assumé le rôle de père avec brio sans avoir l’obligation de le faire. Pourtant, tout n’a pas toujours été rose. Par tes erreurs de parcours, tu m’as appris que personne n’est infaillible, que tout le monde peut avoir des faiblesses, même les plus forts d’entre nous. Tu m’as également appris qu’il est possible de pardonner et que rien n’est jamais tout blanc ou tout noir. Tu as joué un grand rôle dans le développement de la femme que je suis aujourd’hui et une partie de toi contribuera toujours à celle que je deviendrai.

À toi qui ne partages pas la même génétique que moi,

À toi que j’appellerai toujours papa.

Continuez votre lecture

À toi qui ne mérites même pas d’être nommé

À toi qui ne mérites même pas d’être nommé

Sarah-Jane Vocelle -
Lettre à celui qui ne la lira jamais

Lettre à celui qui ne la lira jamais

Tanya Gélinas -
À toi qui partages une partie de mon ADN

À toi qui partages une partie de mon ADN

Collaboration spontanée -
À toi qui m’as brisée…

À toi qui m’as brisée…

Ethel Gutierrez -
Je ne suis plus avec toi parce que tu étais la première

Je ne suis plus avec toi parce que tu étais la première

Dominic Roy -
À toi avec qui ça n’a pas marché…

À toi avec qui ça n’a pas marché…

Nerds -
À toi qui a su réveiller la petite fille en moi

À toi qui a su réveiller la petite fille en moi

Marilyne Jetté -
Papa, tu n’es peut-être pas le plus fort, mais…

Papa, tu n’es peut-être pas le plus fort, mais…

Marilyne Jetté -
À moi, que j’ai perdu au fil du temps

À moi, que j’ai perdu au fil du temps

Nerds -
Les diplômes ne rendent pas plus heureux

Les diplômes ne rendent pas plus heureux

Kristine Bergeron -
Ode à toi, le bon gars

Ode à toi, le bon gars

Marie-Joëlle Pratte -
À toi la fille pas parfaite

À toi la fille pas parfaite

L’amour périmé

L’amour périmé

Marilyne Jetté -
La fois où j’ai vu ma mère vulnérable

La fois où j’ai vu ma mère vulnérable

Nerds -
Je ne suis plus la même

Je ne suis plus la même

Gabrielle Delorme -