5 choses à savoir avant de se lancer dans le tricot

On va se le dire, février se moque carrément de nous. Il a beau être le mois le plus court, il s’étire tellement lentement entre janvier et mars qui annonce doucement le printemps, que ça te donne envie de te mettre au tricot, pour faire comme sur les belles photos Instagram que tu vois peut-être passer sur ton feed. Ces gens-là ont l’air heureux que ce soit l’hiver, non? Oui, car ils s’emmitouflent sur leur sofa avec un doux projet.

Voici donc quelques petites choses à savoir avant de te lancer dans l’aventure laineuse!

 

 

1. Oui, tu vas faire des erreurs.

Arme-toi de patience et apprends à aimer les imperfections de ton ouvrage! C’est certain que tu vas avoir à recommencer plusieurs fois. Des mailles seront perdues, des larmes seront versées, mais tu seras tellement fière de toi à la fin. Il n’y a pas une seule tricoteuse au monde qui n’a pas d’histoires de projets recommencés mille fois. Si la patience est moins ton fort, tu trouveras peut-être ton bonheur avec le crochet, qui pardonne les erreurs plus facilement!

 

 

2. YouTube est ton meilleur ami.

Comme tu l’as sans doute déjà remarqué, à peu près tous les tutoriels du monde se retrouvent sur YouTube. Le tricot n’échappe pas à la règle. Droitier, gaucher, en avant, en arrière; toutes les mailles, techniques, et secrets s’y retrouvent. N’hésite surtout pas à t’en servir!

 

 

3. Coach de tricot > coach de vie

Si YouTube est ultra-pratique, rien de tel que d’avoir un ami qui te demande comment avance ta tuque et qui t’encourage! C’est aussi la personne à qui tu pourras poser toutes les questions du monde en cas de panique. Assure-toi juste que cette personne soit patiente, tsé.

 

 

4. Ne commence pas par un foulard!

Bien choisir son projet et sa laine, c’est essentiel! Tout le monde connait quelqu’un qui a déjà essayé de se mettre au tricot et qui répète: «J’ai fait un foulard, pi après, j’étais tannée!». Ne soit pas cette personne. Un foulard, c’est vrai que c’est long à faire! Essaie plutôt un napperon, ou même une tuque. Même forme rectangulaire de base, mais beaucoup plus rapide à compléter. De là, plus de fierté et de motivation pour persévérer!

 

 

La règle d’or pour choisir sa première laine: une bonne épaisseur, pas trop «angora», et de couleur claire (sauf si tu veux avoir l’air d’un minion avec une lampe frontale, true story). Après, fais ce que ton budget te dicte! Les chances sont que tu ne te paieras sûrement pas de la soie pour ton premier projet. Les magasins De Serres ou Michaels sont de bons points de départ pour quelques balles pas chères. Après, n’hésite pas à encourager ton magasin de laine du quartier! #shoplocal

 

5. Ça se peut que tu deviennes accro!

Sois averti: on y prend goût rapidement. Quand le «déclic» se fait, c’est difficile de revenir en arrière. Le tricot, c’est le nouveau yoga!

 

 

 

Pour ne pas manquer nos prochains articles, inscris-toi à notre infolettre!

Commentaires

tags: