All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

À toi, jeune-célibataire-qui-aimerais-dont-ben-rencontrer-l’âme-sœur

Par Collaboration spontanée – le dans Bien-être, Santé, Sexe

J’ai lu pas mal de textes sur les relations amoureuses ces derniers temps. Les gens sont mêlés, pis écrivent des textes, pis d’autres gens mêlés trouvent ça dont ben beau parce qu’ils se reconnaissent dans l’histoire. L’histoire, c’est généralement celle de quelqu’un qui se fait rejeter, pis qui cherche une explication à tout ça.

On veut s’expliquer ce qui marche pas, on essaie de changer le monde avec des grandes théories de psycho-pop. Qu’on me jette la première pierre, je suis coupable d’avoir share ce genre de texte en pensant envoyer un message subtil à mon crush du moment, généralement suivi d’une écoute abusive de Mappemonde des Sœurs Boulay, roulée en boule sur mon lit. Oh well.

Les relations humaines sont complexes, pis les gens trouvent ça grave. À force d’y penser j’trouve ça beau, même si des fois c’est un beau triste. La peur de l’engagement, c’est pas un problème généralisé, on pointe le mauvais bobo en espérant que quelqu’un le soigne, on a mal au cœur pis on pointe la tête de l’autre.

C’est pas parce que l’autre ne sait pas ce qui veut. Probablement qu’il le sait. Quelqu’un qui passe son mercredi soir avec toi est probablement intéressé au moins un peu, j’veux dire, t’as quand même battu son désir de rester à la maison pour regarder Netflix. Le problème, jeune-célibataire-qui-aimerait-dont-ben-rencontrer-l’âme-sœur, c’est que s’investir, ce n’est pas synonyme de vouloir passer sa vie ensemble. S’investir, c’est jusqu’à ce qu’il y aille une fin, pis une fin, d’habitude, y’en a une. Des fois, la fin est décevante, comme dans How I Met Your Mother, des fois, elle arrive avant que tu te tannes, comme dans Happy Endings (je pleure encore le non-renouvellement de la saison 4). Tu m’excuseras mes comparaisons douteuses, cher lecteur, j’ai plus d’expérience dans les séries télévisées que dans le relationnel.

kenneth-loves-TV

On vit dans une société couple-centriste, on se laisse croire qu’être heureux, ça passe par le couple, le condo, les enfants pis le mariage. Après deux-trois dates, on aimerait un contrat signé avec des promesses d’éternité. Pis bon, heureusement, ça marche pas comme ça. Blâme dont pas l’autre d’être indécis parce qu’il rêve pas de couple pis de maison en campagne pour élever vos enfants blonds. Ne pas vouloir la même chose que toi, ce n’est pas nécessairement ne pas savoir ce qu’il veut.

Le but ultime d’une relation, ça devrait pas être l’accomplissement de fitter parfaitement dans le moule pis d’être heureux ensemble à jamais, mais plutôt de développer une connexion avec quelqu’un. Par connection, j’entends pas juste un amour hollywoodien que tu pourrais étayer sur Facebook. Ça peut aussi être du ben bon sexe ou ben un dude avec qui t’aimes aller prendre un verre pis parler de vos vies. Pis c’est correct même si ça se transforme jamais en d’autres choses que ça.

Tu vas p’t-être être déçu que le gars qui te fait jouir pis qui ressemble vaguement au mannequin de Frank & Oak soit pas le futur géniteur de tes enfants, mais spoiler, peut-être qu’un couple avec ce même dude te rendrait pas plus heureuse. Faut arrêter de penser que le bonheur se trouve juste dans le couple. Y’a des relations qui sont faites juste pour être sexu, d’autres qui sont faites pour durer pas si longtemps. Ça vaut pas moins qu’un mariage qui dure une vie, ça dépend juste de ta façon de voir les choses.

Possiblement que tu trouverais pas que toutes tes relations sont de la marde si, au lieu de te concentrer sur ce que ça devient pas, t’apprenais à apprécier les relations que tu développes. Aller boire d’la bière au Parc Laurier, surtout depuis que c’est illégal, c’est peut-être pas un signe d’engagement comme tu rêves, mais c’est quand même très nice.

La prochaine fois que tu dates quelqu’un, essaie donc de juste apprécier l’autre pis le temps que vous passez ensemble au lieu d’essayer de trouver dans quelle catégorie vous êtes pis de penser à comment transformer ça en la catégorie dans laquelle tu souhaites être. La nuance entre si vous vous fréquentez ou si vous êtes fuckfriend, on s’en criss un peu, tant que les deux vous vous plaisez à vous voir. Les choses ont pas besoin d’un nom pour exister, encore moins pour évoluer. Mettre ta relation dans une boîte empêchera pas ton cœur de se faire écorcher des fois, de toute façon.

Par Valérie Bourdeau
Collaboratrice spontanée

Plus de bien-être

Ce que voyager seule m’a appris : récit de la Grèce

Ce que voyager seule m’a appris : récit de la Grèce

Le «courage» de réaliser le rêve de sa vie

Le «courage» de réaliser le rêve de sa vie

Garder le cap

Garder le cap

Populaires

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand il ne reste que le confort

Quand il ne reste que le confort

À toi qui ne parles plus à ta mère

À toi qui ne parles plus à ta mère

Collaboration spontanée

Si tu es intéressé.e à écrire de manière spontanée pour Nerds, n'hésite pas à nous contacter par courriel au [email protected]!