All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Je l’ai laissé partir

Par Audrey Chabot – le dans Sexe
De temps en temps, il m’arrive de rencontrer quelqu’un, comme lui. Le genre de quelqu’un qui, en l’espace de quelques instants, prend une grande place dans ma vie. Lui qui m’a bouleversée dès le premier regard. Le genre de quelqu’un que j’apprends à connaître à vitesse grand V. Sauf que le momentum de ses premières rencontres s’est vite estompé et les questions sont apparues à vitesse grand V aussi.

À toutes les fois que j’ai fréquenté quelqu’un, j’ai dû me poser cette question cent fois par jour: la ligne elle est où? Elle est où la ligne entre le «ça marche pas j’arrête ça» et «est-ce que ça vaut encore la peine de mettre de l’énergie là-dedans». Parce que les débuts de relations, je trouve ça beau, mais oh-mon-dieu compliqué. Il semblerait qu’il faut jouer la game pour garder l’autre moitié intéressée, pour séduire. Sauf que moi j’ai manqué ce bout-là dans mon apprentissage.

Alors j’en viens toujours à me poser un millier de questions à l’heure. Pour être ben honnête, la plupart du temps, par peur de me re-re-retrouver seule, c’est souvent le «j’vais mettre encore plus d’énergie là-dedans, tsé des fois que ça serait LE bon» qui l’emporte. Mais pas cette fois-ci. Cette fois-ci, j’ai décidé d’être fidèle à moi-même et à mes valeurs, alors je l’ai laissé partir.

Je l’ai laissé partir parce que c’est pas comme ça que je veux me sentir avec quelqu’un avec qui j’ai envie de bâtir ma vie. Ou du moins un chapitre de ma vie. Parce que je ne veux pas avoir l’impression de marcher sur des œufs une journée sur deux parce qu’aujourd’hui c’est pas une bonne journée.

Je l’ai laissé partir parce que je ne devrais pas me sentir comme une version diminuée de ce que je suis quand j’étais en sa présence. Parce que je ne devrais jamais devenir une version plus terne de moi-même en sa présence, au contraire.

Je l’ai laissé partir parce que je suis une personne extraordinaire. Et parce qu’il est une personne extraordinaire. Pis ensemble, des fois, on pouvait être extraordinaires. Mais d’autres fois, on pouvait se trouver dans la même pièce et pourtant être à des milliers de kilomètres l’un de l’autre, prisonniers de nos passés.

Je l’ai laissé partir parce qu’il avait le pouvoir de rendre mes journées merveilleuses ou exécrables en l’espace de quelques petites secondes. Je l’ai laissé partir parce qu’au final, je me suis choisie au lieu d’un potentiel «nous». Parce que l’énergie que je prenais pour bâtir ce que j’espérais tellement, ben je sais qu’elle va être mieux investie sur moi-même.

Cette énergie, je veux l’utiliser à poursuivre les projets que j’ai dans ma vie professionnelle et personnelle. Je veux l’utiliser pour apprendre sur les nombreux domaines qui m’intéressent. Je veux l’utiliser pour travailler sur moi-même, à devenir le genre de personne que je veux être pour atteindre les buts que je me fixe.

Je l’ai laissé partir et ça m’a bouleversée. Parce qu’il y avait indéniablement une chimie entre nous, mais il y avait un mais. Et j’ai laissé ce mais gagner pour me ramasser avec beaucoup de si et de peut-être. Mais les réponses à ces si et ces peut-être, je ne les aurai jamais.

Je me suis choisie. Et j’en suis fière. Je suis fière d’avoir été honnête avec moi-même. Je suis fière d’avoir eu le courage de dire que ce n’est pas le genre de relation que je recherche, alors je préfère être «seule». Je sais que j’ai fait le bon choix parce que j’ai choisi la seule personne avec qui j’ai la certitude de passer le restant de mes jours: moi. Cette personne, j’apprends à la mettre dans la case «la personne la plus importante dans ma vie». Cette personne je ne veux pas la décevoir, je veux la voir heureuse et épanouie. Cette personne avec qui j’ai envie de vivre en paix. Et c’est pour toutes ces raisons que je l’ai laissé partir.

Continuez votre lecture

Ma famille, je l’ai choisie!

Ma famille, je l’ai choisie!

Joanie Hébert -
J’ai choisi d’arrêter la pilule

J’ai choisi d’arrêter la pilule

J’ai vraiment essayé d’y croire

J’ai vraiment essayé d’y croire

Éliza Lafond -
J’ai plus qu’une vocation

J’ai plus qu’une vocation

Mélissa Lavoie -
Quand l’amitié survit à la distance

Quand l’amitié survit à la distance

Audrey Chabot -
Je l’avoue, j’ai été la blonde jalouse

Je l’avoue, j’ai été la blonde jalouse

Ethel Gutierrez -
Ce que j’ai découvert en réalisant ma bucket list

Ce que j’ai découvert en réalisant ma bucket list

Audrey Chabot -
Je vais travailler à l’étranger, parce que je peux

Je vais travailler à l’étranger, parce que je peux

Partir à l’aventure

Partir à l’aventure

Nerds -
Se mettre au défi avec 30 jours d’entraînement

Se mettre au défi avec 30 jours d’entraînement

4 réalisations que j’ai faites en 2016

4 réalisations que j’ai faites en 2016

Sarah-Jane Vocelle -
La fois où j’ai dû partir pour mieux revenir

La fois où j’ai dû partir pour mieux revenir

Audrey Chabot -
À toi qui m’as brisée…

À toi qui m’as brisée…

Ethel Gutierrez -
Est-ce que tu l’aimes?

Est-ce que tu l’aimes?

Marilyne Jetté -
Je nous pardonne

Je nous pardonne

Audrey Chabot -