All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Andre Papanicolaou sous les projecteurs

Par Nerds – le dans Divertissement

En 2013, après plusieurs années à accompagner différents artistes sur scène, Andre Papanicolaou lance Into the Woods, Out of the Woods, un premier album solo dont l’atmosphère folk-rock côtoie la pop. Mercredi dernier, il lançait un second album, Strange Nights, qui ne fait que prouver qu’on n’a pas fini d’entendre parler de lui.

andre-papanicolaou

Tout juste une semaine après la sortie de Strange Nights, l’auteur-compositeur-interprète se réjouit de la réception positive de son album dans la sphère culturelle. Mais cette critique, selon lui, était secondaire puisque ce qu’il présente est le fruit d’un travail acharné et dont il est très fier: «Quand j’ai fini l’album, j’étais hyper satisfait. Ce que je chante, c’est juste du réel. Je n’ai jamais mis un mot cool pour habiller une chanson. J’étais en paix avec cet album et je me disais que peu importe ce qui arriverait, je serais content. Après, c’est certain que tout le monde aime se faire dire que les gens apprécient notre travail…»

Deux ans après la sortie de son premier album, Papanicolaou revient en force avec un album qu’il qualifie de plus «focalisé». «Le disque est plus mature que le premier, j’avais une fin en tête, je voulais m’y rendre. Je voulais aussi que toutes les chansons se tiennent pour faire un tout au lieu d’un disque de singles.» Cette idée de faire un tout fonctionne bien. Avec Strange Nights, on se sent davantage dans une expérience nocturne ponctuée de nostalgie et d’une part de mélancolie, mais tout ceci prend la forme d’une poésie lumineuse. Le son demeure toutefois fidèle au son folk-pop que l’on retrouve dans son premier album bien qu’on le retrouve plus calme par moments.

Andre écrit des compositions spécialement pour ce deuxième album. Véritable exercice d’écriture, mais de quoi s’inspire t-il? «De l’incertitude, dans plusieurs facettes de ma vie. Mon premier album était plutôt axé sur un changement émotionnel, cet album est plutôt personnel et comporte beaucoup d’aspects géographiques. Je parle beaucoup de lieux et de dualité.»

C’est d’ailleurs ce qui a inspiré la pochette de son album où l’on aperçoit la façade d’un typique magasin à grande surface. C’est l’étrange qu’il a voulu évoquer avec cette pochette : un couché de soleil derrière une grosse chaine américaine. L’ambiance est donnée, l’effet est réussi.

2109544

«J’ai déménagé à Laval et je ressens cette dualité dans le calme préfabriqué. Un calme acheté, pas naturel.» Mais il s’inspire du beau qu’il y retrouve, à mi-chemin entre la ville et la campagne. Où l’on sort de la ville sans en être réellement séparé. Il y a cette notion de différence aussi qui se fait sentir. «La différence entre mes voisins et moi, mais aussi avec mes amis du Plateau parce que je n’habite pas ici. Je ne suis pas un pur francophone, mais pas non plus un pur anglophone puisque je parle français et je ne suis pas totalement grec non plus parce que ma mère ne l’est pas. Mais je pense que toute cette dualité me place dans une position d’observation intéressante.» Son processus de création aura également été teinté de quelques univers musicaux tels que LCD Soundsystem, Bob Dylan, Arcade Fire, mais c’est dans le dernier disque de War On Drugs qu’il retrouve des sons électroniques qui lui plaisent; il décide alors d’en incorporer dans son album.

C’est avec Brad Barr (Barr Brothers) qu’il a co-réalisé Strange Nights. C’est notamment pour son grand instinct qu’Andre Papanicolaou a fait appel à lui. «Je voulais qu’il ait un dernier mot sur ce que je faisais. Je suis quelqu’un qui pense énormément à tous les détails, il m’a poussé à me laisser aller et voir où ça nous mènerait. Dès le départ, je savais que je voulais travailler avec lui. C’était lui, sinon je l’aurais fait seul.»

En plus d’être auteur-compositeur-interprète, Andre Papanicolaou est un guitariste de studio et de tournée. Dans les dernières années, il a joué avec Vincent Vallières, Pascale Picard, Patrice Michaud et plusieurs autres. Leurs univers musicaux l’inspirent, et il dit être bien dans ce rôle. C’est notamment pourquoi sa première expérience en solo a été plutôt intimidante: «Un côté de toi te dit que tu ne belong pas ici.» Mais ce sentiment s’est vite dissipé et sa grande aise se fait sentir autant sur scène que dans ses albums. À savoir s’il écrira un jour en français, il répond qu’il le fera lorsqu’il sera confiant, que les paroles se tiendront. «Parler français c’est une chose, mais faire de la poésie s’en est une autre…»

Pour suivre Andre sur Facebook, c’est ici.

Par Solveig
Collaboratrice spontanée

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Plus de divertissement

10 cadeaux originaux à offrir pour un shower de bébé

10 cadeaux originaux à offrir pour un shower de bébé

Les 10 meilleures auditions de X Factor de tous les temps !

Les 10 meilleures auditions de X Factor de tous les temps !

Netflix Canada: nouveautés disponibles en novembre 2019

Netflix Canada: nouveautés disponibles en novembre 2019

Populaires

Tu vas t’en remettre, je te le promets

Tu vas t’en remettre, je te le promets

Quand il ne reste que le confort

Quand il ne reste que le confort

Quand ton plan de vie prend l’bord

Quand ton plan de vie prend l’bord

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.