All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

La nouvelle sensation, Émile Bilodeau : vous me remercierez plus tard

Par Mathieu Rousseau – le dans Divertissement
Un genre de mélange entre le regretté Dédé Fortin et l’éclaté Bernard Adamus. C’est comme ça que je décrirais ma plus récente découverte musicale, Émile Bilodeau.

En fait, parler de découverte récente serait vous mentir un peu. Émile se trouve à être le bon ami d’un de mes très bons chums et ce dernier m’avait montré quelques vidéos de lui sur YouTube, il y a 2 ans de cela environ. À l’époque, Émile était loin d’être le musicien qu’il est aujourd’hui. Toutefois, son style particulier m’avait immédiatement séduit. J’ai depuis continué à me tenir au courant de l’avancement de sa carrière avec la ferme conviction qu’un jour, le grand public aurait l’occasion de profiter de son immense talent. Ce jour est enfin arrivé!

emile580-1feuavolonte.com

Des débuts impressionnants

Au moment d’écrire sa première chanson, Émile n’a que 16 ans. Rien pour l’arrêter toutefois, puisqu’à peine 1 an plus tard, il remporte le Prix du public et le Prix de la meilleure présence scénique au Festival International de la Chanson de Granby, enchaînant même avec une présence en finale de la 19e édition des Francouvertes.

Rites de passage

Il n’en fallait pas plus pour la Grosse Boîte, une maison de disque basée à Montréal qui travaille également avec Jean Leloup, Cœur de pirate, Les sœurs Boulay, Bernard Adamus, Omnikrom (sont encore dans le portrait eux autres?)! #notbad. Convaincue du potentiel du jeune homme, la maison de disque le prend sous son aile et s’en suivra la production du premier album d’Émile Bilodeau, Rites de passage.

Avec une production signée Philippe B, nous étions en droit de nous attendre à un produit de qualité, ce qu’Émile a réussi à nous livrer avec brio. En passant, ceux qui ne connaissent pas Philippe B, il a été le mentor de Pierre Lapointe lors de la 3e édition de La Voix. Moi, je me dis qu’il sait de quoi il parle.

Rites de passage est un album rempli de réflexions d’un jeune homme qui pourrait être n’importe lequel d’entre nous. C’est une des choses que j’apprécie particulièrement chez Émile; c’est facile de s’identifier à ce qu’il nous raconte. Y’a un peu de nous autres là-dedans.

« Monsieur, pouvez-vous me dire sans trop être furieux si j’ai le droit de partir de votre cours d’é-co-co-nomie, qui me remplit le coco d’ennui? Car je suis sûr que l’offre et la demande pourraient attendre, si on prenait le temps d’en discuter avec monsieur le PIB, je suis sûr qu’il pourrait vous parler du fait que votre réalité est frette. La vie ne se résume pas qu’à l’argent, il y a l’amour et puis le temps. » – Moi dans tous mes cours d’économie au Cégep et Émile dans le premier extrait de son album, J’en ai plein mon cass.

Émile parle bien évidemment de l’amour dans son œuvre puisque quel artiste qui se respecte ne parlerait pas d’amour? Toutefois, ce que j’apprécie d’Émile c’est qu’il réussit à prendre un sujet tellement répandu comme l’amour et l’exploiter avec énormément d’originalité! Désolé Marc Dupré…

« J’ai fait un gros feu de joie, avec des photos de toi. Mais ce n’était pas tes plus belles, fait que prends-le pas personnel! » – Tu me dirais-tu

It’s about to go down

Honnêtement, j’ai vraiment l’impression qu’on a pas fini d’entendre parler d’Émile Bilodeau. Vous risquez d’ailleurs d’entendre J’en ai plein mon cass à la radio. D’habitude, c’est bon signe! Lorsqu’il sera connu de tout le monde, je pourrai enfin sortir ma phrase d’hipster préférée: «En tout cas, moi je le connaissais avant qu’il soit connu!» J’ai tellement hâte.

Il entamera bientôt une tournée de spectacles qui lui permettra de faire le tour du Québec. De Rimouski, en passant par Matane, Sherbrooke, Chicoutimi, Québec, Victoriaville, Trois-Rivières, Longueuil, Montréal et j’en passe, vous n’aurez pas d’excuses pour le rater. En passant, je vous le rappelle, récipiendaire du Prix de la meilleure présence scénique au Festival International de la Chanson de Granby. Il doit être pas pire en show…

En conclusion, j’aimerais vous encourager à acheter l’album d’Émile. Que vous ayez téléchargé illégalement le dernier album de Drake, honnêtement I’m fine with it! Quand tu me flash ta vie de riche dans tes vidéoclips, excuse-moi de ne pas me sentir mal si je ne paie pas pour ton album. Par contre, pour nos artistes québécois, la situation est très différente. Le marché au Québec n’est pas le même et on doit tous faire notre part pour encourager la culture de chez nous. Acheter les albums de nos artistes québécois favoris est un bon moyen de participer à l’épanouissement d’une culture qui gagne à être connue.

Bon, maintenant que j’ai fait mon petit discours moralisateur, je vous laisse avec une performance d’Émile pour Tu me dirais-tu:

et ma personal favorite, Dehors :

Plus de divertissement

10 cadeaux originaux à offrir pour un shower de bébé

10 cadeaux originaux à offrir pour un shower de bébé

Les 10 meilleures auditions de X Factor de tous les temps !

Les 10 meilleures auditions de X Factor de tous les temps !

Netflix Canada: nouveautés disponibles en novembre 2019

Netflix Canada: nouveautés disponibles en novembre 2019

Populaires

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Et toi, t’as couché avec combien de gars dans ta vie?

Et toi, t’as couché avec combien de gars dans ta vie?

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles

Atteindre le burnout avec succès en 5 étapes faciles