All time Branchez-vous Branche Toi BetterBe Nerds Carrières

Asexualité : redéfinir l’amour et le sexe

Par Nerds – le dans Sexe
Il y a ceux qui s’intéressent aux hommes, ceux qui s’intéressent aux femmes, ceux qui s’intéressent aux deux et… ceux qui ne s’intéressent à personne. L’asexualité. Cette orientation sexuelle que peu de gens connaissent, même souvent ceux qui font partie du 1% de la population qui ne ressent pas de désir sexuel, ou du moins très peu. Comment vit-on sans sexe dans une société ou la sexualité semble être la chose la plus importante?

Rencontre avec Joanie*, une étudiante asexuelle, pour démystifier la question. 

Découvrir son orientation sexuelle

Dans une société où l’hétérosexualité est considérée comme normale et l’homosexualité plus « marginale », on laisse souvent de côté les nombreuses autres orientations auxquelles quelqu’un peut s’identifier. Ainsi, plusieurs personnes ne connaissant pas l’asexualité peuvent croire que leur absence de désir est un problème, et non une orientation sexuelle. Encore pour cette orientation, il existe des zones grises. Tout n’est pas noir, tout n’est pas blanc, et il peut exister autant de formes d’orientations sexuelles qu’il existe de personnes dans le monde. Il ne faut pas tout de suite se ranger dans la case que le monde nous impose et ensuite avoir de la difficulté à s’en sortir. Il faut plutôt suivre nos envies (ou nos absences d’envies) sans avoir à se fondre dans un moule qui ne sera jamais assez bien ajusté pour nous.

Joanie* se définit comme asexuelle et vit très bien avec sa décision.

« Contrairement à ce que les gens peuvent croire, ce n’est pas nécessaire d’avoir déjà eu des relations sexuelles pour connaître son orientation. On peut essayer de rendre mon identité invalide en disant que c’est juste la peur, que je n’ai pas encore trouvé la personne idéale, etc. Je leurs réponds: « Tu n’as probablement pas besoin de faire l’amour avec une personne du sexe opposé pour savoir que tu es homosexuel. Tu n’as probablement pas besoin de faire l’amour  avec  une personne du même sexe pour savoir que tu es hétérosexuel. » Dans mon cas, je me suis plutôt  posée des questions et je faisais des recherches avant de m’identifier comme tel. »

source: asexuality.org
source: asexuality.org

Abstinence et asexualité

L’abstinence est un choix, l’asexualité est une orientation sexuelle. La personne asexuelle ne se considère pas comme telle parce qu’elle ne réussit pas à trouver de partenaire ou qu’elle a préféré résister à la tentation pour toutes sortes de raisons. Comme il n’y a pas de tentation, elle ne s’abstient de rien.

«  Ça m’arrive souvent de me faire dire que c’est triste de ne pas pouvoir ressentir d’attirance sexuelle. Ça m’arrive aussi qu’on essaie de me convaincre que c’est bon le sexe.  Je ne fais que répondre que je suis née comme ça. » 

Ce que les asexuels pensent du sexe

Ce n’est pas parce que les asexuels ne s’intéressent pas au sexe qu’ils détestent la chose. Certains seraient dégoûtés à l’idée d’avoir eux-mêmes des relations sexuelles avec quelqu’un, mais cela ne veut pas dire qu’ils jugent tous ceux qui se prêtent à cette activité. D’autres ne s’en préoccupent pas vraiment et peuvent accepter d’avoir du sexe avec quelqu’un pour différentes raisons. En fait, très peu d’asexuels ont une attitude négative à l’égard du sexe. Et cette attitude peut aussi être présente chez des personnes de toute autre orientation sexuelle.

« Je n’ai pas choisi de détester le sexe. Il ne fait juste pas partie de mes priorités et pourtant, ça ne me tue pas. »

source:toulouseinfos.fr
source:toulouseinfos.fr

Pas de sexe, mais de l’amour

Si le sexe sans amour existe, pourquoi les gens ne comprennent-ils pas que l’amour sans sexe existe également? Si les asexuels ne s’intéressent pas aux relations sexuelles, rien n’empêche certains de s’intéresser à l’amour.

« C’est très possible d’être en amour avec quelqu’un parce que l’orientation romantique et l’orientation sexuelle sont deux choses différentes.  Elles peuvent être alignées ou non.  On peut aimer une personne sans pour autant avoir le désir de coucher avec elle, tout comme une personne peut avoir des relations sexuelles sans avoir à être amoureuse.  Une personne asexuelle peut être hétéroromantique, homoromantique, biromantique, panromantique, etc. Dans mon cas,  je m’identifie aussi comme aromantique, c’est-à-dire que je ressens peu ou pas vraiment d’attirance romantique envers quelqu’un. » 

Une personne s’intéressant seulement à une relation amoureuse peut se retrouver avec un partenaire lui aussi asexuel ou encore avec un partenaire intéressé au sexe dans certains cas. Dans cette situation, l’asexuel plutôt « indifférent » face au sexe peut s’engager dans une relation sexuelle pour satisfaire son partenaire, sans pour autant y être intéressé.

La communication est donc essentielle:

« Je vais lui dire (à un asexuel) qu’il ne doit pas se sentir obligé à coucher avec quelqu’un. S’il est en couple, il se doit de dire ce qu’il ressent avec son partenaire, s’il accepte de faire plaisir à son partenaire ou bien s’il est ouvert à l’idée que son partenaire ait des relations sexuelles avec quelqu’un d’autre tout en ayant une relation romantique avec lui. »

  

 7f90308043e1e3b7dcf59fd36d1fde9bef2f87b68201d18b54b98569f6242226 

Est-elle heureuse malgré cela?

Pourquoi se sentir mal de ne pas avoir quelque chose qu’on ne veut pas? Si ce n’est pas l’orientation elle-même qui peut rendre malheureux, c’est plutôt la réaction des gens face à cela. Dans une société où la sexualité est aussi présente et où l’asexualité reste méconnue, une personne ne ressentant pas de désir peut facilement croire qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec elle.

« Je peux confier que ce qui me perturbait était l’idée de croire qu’une personne  soit hétéro, bi ou homo. Dans le temps au secondaire, j’étais confuse par rapport à l’identification et parce qu’on vit dans un monde hypersexuel. J’avais l’impression d’être entourée de propagande tellement que ça parlait partout que le sexe est bien ou l’idée que le sexe permet d’être en santé.  Je savais bien que ce n’était pas un problème dans mon cas. »

Qu’est-ce que fait une personne sans sexualité?

Le problème est en fait peut-être à quel point les gens se préoccupent tant de la sexualité. Elle devient parfois le centre de leurs préoccupations et souvent une grande force lorsqu’elle est utilisée pour influencer le monde. Alors comment les personnes asexuelles comblent-elles leur temps libre?

« Je suis intéressée par les arts, par la philosophie, par la spiritualité, l’occultisme et le paranormal. J’écris des histoires fantastiques. Je lis des romans. Je regarde des films au cinéma. Je fais de la peinture.  Je clavarde avec des amis. Bref, je n’ai pas l’impression d’avoir manqué quelque chose dans la vie. Je me sens bien à l’idée d’être seule. »

 Paper chain people

Certaines personnes ne croient pas en l’asexualité, l’associant à une personne qui n’assume pas qu’elle est toujours rejetée, qui veut attirer l’attention ou qui a vécu un traumatisme. On ne peut pas nier que toutes les sortes de personnes existent… dont les véritables asexuels. Le chercheur Alfred Kinsey qui a étudié le comportement sexuel humain et interrogé près de 18 000 personnes confirme d’ailleurs l’existence de cette orientation sexuelle. Comme pour n’importe quelle orientation sexuelle, une personne s’identifiant comme asexuelle à un certain moment de sa vie peut plus tard ressentir un désir sexuelle, tout comme il est possible pour elle de ne jamais en ressentir. Chacun vie sa sexualité différemment.

Un asexuel est une personne tout à fait normale et son orientation est bel et bien valide. 

Pour retrouver une communauté, de l’information ou de l’aide :

Aven, réseau d’entraide des asexuels francophones et information sur l’asexualité

Blogue Asexualité-s

Ava, association donnant une voix aux personnes asexuelles

Par Charlotte Poitras
Collaboratrice spontanée

Tu veux que ton texte soit publié sur lesnerds.ca? Voici comment:
Soumettre un texte spontané

Vidéo récente
- Sexe

10 choses qui prouvent que tu es avec la bonne personne

Plus de sexe

Le polyamour ou aimer plus qu’une personne à la fois

Le polyamour ou aimer plus qu’une personne à la fois

Et si on s’envoyait quelques sextos aujourd’hui?

Et si on s’envoyait quelques sextos aujourd’hui?

La deuxième chance de trop

La deuxième chance de trop

Kim Bélisle -

Populaires

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Mon avis sur le lifting colombien des fesses

Marie-Pier Hamon -
Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Ce que tu dois savoir avant de tester le microblading

Jessica Dussault -
Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Vernis à ongles: les tendances printemps-été 2019 que tu dois essayer

Nerds -

Nerds

Des plus belles destinations voyage aux bars à découvrir en passant par des tranches de vie de toutes sortes, l'équipe de Nerds te propose quotidiennement du contenu de qualité, divertissant et à l'image de la jeune femme épanouie que tu es.