All time BetterBe Branchez-vous Carrières

Le jour où mes parents ont compris mon besoin de voyager

Par Marie-Joëlle Pratte – le dans Voyage
Voyager, au départ, c’était de la curiosité et un désir de liberté. Puis, avec le temps, ma quête d'indépendance est devenue une passion et en quelque sorte un mode de vie. Même si pour moi ça fait bien du sens, mes parents, eux, n’ont pas toujours compris mon envie de m’expatrier à certains moments.  

Quand j’étais plus jeune, ça se traduisait par mon besoin de passer du temps avec mes amies à l’extérieur de la maison. Ado, j’adorais les vacances, mais j’étais plus absorbée par mon p’tit nombril pour penser à partir découvrir le monde. Je n’aurais jamais pensé que ça deviendrait une envie constante d’explorer et un désir récurrent d’être émerveillée et bouleversée à la fois.

Mes parents trouvaient ça cute quand ce n’était encore qu’une idée en l’air. Au fur et à mesure que mes plans se concrétisaient, ils devenaient de plus en plus inquiets. Ils ne trippaient pas de devoir laisser partir leur fille à l’autre bout de la planète pour plusieurs mois. Ils ne sautaient pas de joie non plus à l’idée de me laisser prendre la route pour traverser le continent. Mais bon, j’étais une adulte. Ils ne pouvaient pas y faire grand chose à part me couvrir de tous les avertissements possibles. À leur place, j’aurais probablement fait pareil. Cependant, leurs craintes ne me donnaient que plus envie de leur prouver que j’évoluais, que mon p’tit nombril m’intéressait moins et que j’étais capable de me débrouiller toute seule.

Mis à part leurs inquiétudes concernant ma sécurité, ils étaient également préoccupés par ma situation financière. Comment pouvais-je réussir à me payer des billets d’avion avec un salaire d’étudiante? Ils ne comprenaient pas non plus pourquoi j’avais besoin de partir si j’étais heureuse ici. Pour eux, des vacances c’est un moment qu’ils attendent toute l’année et pour lequel ils ont vraiment travaillé fort. Ils ne se rendaient pas compte que c’est en partie grâce à eux si je suis en mesure de voyager. Parce qu’ils m’ont appris à économiser et à «bûcher» pour avoir ce que je veux. Parce qu’ils m’ont appris à ne pas jeter mon argent par les fenêtres pour acheter n’importe quel bidule. Parce qu’ils m’ont toujours encouragé à faire ce que j’aime et à croire en moi. Parce que j’aimerais leur apprendre à mon tour qu’il est possible de travailler fort et de se gâter plus souvent. Parce que j’aimerais leur montrer qu’ils n’ont pas besoin d’être millionnaires ou à la retraite pour explorer la destination de leurs rêves. Parce que j’aimerais vraiment qu’ils comprennent que c’est important qu’ils prennent soin d’eux au travers de leurs milliers de responsabilités.

Peu à peu, ils ont réalisé que mon envie de découvrir le monde me rendait moins égoïste. Ils se sont rappelé que ma curiosité avait toujours fait partie intégrante de ma personnalité. Ils ont réalisé que s’ils bénéficiaient des mêmes opportunités, ils en feraient probablement de même. Ils se sont rappelé qu’ils voulaient que je sois heureuse et que c’était une de mes manières d’y arriver.  Ils ont réalisé qu’ils étaient fiers de me découvrir plus débrouillarde et fonceuse qu’auparavant. Ils ont compris que je ne quittais pas pour fuir quoi que ce soit. Ils ont accepté que je menais une vie différente de la leur et que je faisais mon propre chemin sans me laisser influencer par l’opinion des autres. Ils ont compris que je vivais sans regrets et surtout que je ne partirais jamais sans leurs donner de nouvelles. Ils ont compris que mon envie d’aventures ne signifiait pas que je voulais déménager à l’autre bout de la planète pour autant.

Voyager, au départ, c’était de la curiosité et un désir de liberté. Puis, avec le temps, ma quête d’indépendance est devenue une passion et en quelque sorte un mode de vie. C’est plus qu’une expérience culturelle, sensorielle et introspective.  C’est un moment où tu prends réellement conscience de ta chance et où tu prends le temps d’apprécier ce que tu as. Un moment où tu prends le temps de comprendre pourquoi. Et tout ça arrive sans même que tu t’en rendes compte. Parfois, on voit tellement plus clair quand on prend une certaine distance.

Voyager, pour moi, c’est une occasion d’apprendre. Apprendre sur ce qui passe à l’extérieur de ma zone de confort, m’imprégner de différentes cultures mais aussi apprendre à reconnecter avec moi-même et devenir plus forte. Chacun de mes périples m’a changé d’une certaine façon tout en me permettant de me retrouver.

Et finalement, au travers de la route, ils ont compris.

Parce que tout au long du chemin, ils m’ont tellement appris.

Continuez votre lecture

J’ai enfin compris mes parents

J’ai enfin compris mes parents

Sarah-Jane Vocelle -
Lettre à mon corps

Lettre à mon corps

Karine Boileau -
Je t’aime de toute mon indépendance

Je t’aime de toute mon indépendance

Eve Bilodeau -
La fois où j’ai réalisé que mes parents ne s’aimaient plus

La fois où j’ai réalisé que mes parents ne s’aimaient plus

Kim Bélisle -
Sayonara, arrivederci, salut bye 2016!

Sayonara, arrivederci, salut bye 2016!

Marie-Joëlle Pratte -
L’impact des emplois étudiants, trop souvent sous-estimé

L’impact des emplois étudiants, trop souvent sous-estimé

Laurence Lécuyer -
Pourquoi tu pleures?

Pourquoi tu pleures?

Premier appart : est-ce que mes parents avaient raison?

Premier appart : est-ce que mes parents avaient raison?

Sarah Leblanc -
Choisir d’être la fille parmi les gars

Choisir d’être la fille parmi les gars

Camille Bourbonnais -
2017 arrive, c’est le temps des bilans

2017 arrive, c’est le temps des bilans

Apprivoiser la vieillesse avec un brin de sagesse

Apprivoiser la vieillesse avec un brin de sagesse

Kim Bélisle -
Mes 628 jours sans embrasser

Mes 628 jours sans embrasser

Mélissa Lavoie -
Je t’aime de toute mon insécurité

Je t’aime de toute mon insécurité

Eve Bilodeau -
Ces moments où les garçons m’ont fait douter

Ces moments où les garçons m’ont fait douter

Marilyn Claveau -
Au jour le jour, l’amour: des vacances sans son amoureux

Au jour le jour, l’amour: des vacances sans son amoureux